Le problème

La zone contestée Îles Diaoyu / Îles SenkakuSur 10 septembre 2012, Le Japon a annoncé avoir acheté une partie des îles Diaoyu à un famille qui leur avait revendiqué la propriété dans les années 1970. La zone maritime, y compris les îlots situés autour de l'île et situés à 25 ° 44 ′ 41,49 ″ de latitude nord, 123 ° 28 ′ de 29,79 ″ de longitude est, constitue un territoire litigieux puisque la Chine, Taiwan et le Japon revendiquent leur souveraineté. Les Japonais appellent ces îles Senkaku, alors qu'en chinois leur nom est Diao (ou Tiao) Yu Tai (signifiant «plate-forme de pêche»), et le nom même que l’on choisit pour ces îles est déjà un quasi-accusé de réception de l’une ou l’autre des revendications. La nationalisation japonaise a suscité de vives protestations à divers niveaux de la part de la Chine, qui considère que les îles font partie de son territoire, voire de Taiwan. Depuis lors, la situation est tendue et s'aggrave, chaque fois qu'un mouvement est effectué dans l'une des zones maritimes litigieuses de la région.

Nous sommes confrontés à une escalade, qui dépend des perceptions, des actions, des interprétations des actions et des réactions de chacun.

Les joueurs

Les acteurs, en termes de pays, sont la Chine, y compris Taiwan, le Japon, les États-Unis, les deux Corées et la Russie. Pour chacun d'eux, nous devons non seulement envisager des actions et des interactions stratégiques et bilatérales au niveau officiel classique (Premier ministre, ministère des Affaires étrangères, Défense, Forces armées, etc.), mais également une dynamique de la politique intérieure (et locale), y compris des citoyens. et mobilisation sociopolitique. En attendant, le contexte stratégique global global et régional systémique ne doit pas être oublié.

Nous nous concentrerons ici uniquement sur la Chine et sur un aspect unique mais absolument déterminant de ses perceptions.

Une clé pour la perception de la Chine

Les normes et les croyances constituent les lentilles à travers lesquelles une société ou un groupe comprend le monde (Scott, 1985; Elias, 1989; Anderson, 1991; Pye, 1996; Camroux, 1997). Leur compréhension est cruciale pour évaluer les interprétations, les positions et donc les actions futures (ainsi que pour expliquer le passé et le présent), comme le montre Jervis (1970, 1976) avec ses études de images, perception et perception erronée en politique internationale. Ces normes et croyances sont historiquement construites (Elias, 1989); chacun peut interagir avec tous les autres, créant des systèmes complexes - nous pouvons même les appeler complexes (Lavoix, 2005).

En ce qui concerne le problème des îles Diaoyu, deux ensembles de normes ou de complexes sont essentiels pour la perception de la Chine et devraient fortement contribuer à déterminer ce qui se passera ensuite.

Une norme de souveraineté construite pendant le «siècle de honte et d'humiliation»

Avant tout, il y a la perception chinoise de la souveraineté, qui vient avec la volonté, voire la nécessité impérative perçue de survivre, de surmonter le «siècle de la honte et de l'humiliation».

This dark period of Chinese history, when the Chinese World Order of the time collapsed and, worse, when the very foundation of what it means to be Chinese was questioned and had to be reinvented (Lin Yü-Sheng, 1979; Elvin, 1990; Yu Keping, 1994), started with the 1839 Opium War and the 1842 treaty of Nanking (Nanjing). In November 1839 the British defeated the Chinese at the battle of Chuenpi. They threatened to bombard Nanking and thus led the Chinese to sign the first treaty settlements. From then on evolved the imposition by “the West”* upon China of the (inégal) Système de port de traité. Selon ce système, le nombre de villes ouvertes au commerce extérieur sous un statut juridique ou un autre passa de cinq en 1842 à quatre-vingt-douze en 1917; parmi eux, des colonies de peuplement étrangères où la souveraineté était attribuée à une puissance étrangère étaient établies dans 16 ports sous traité (Feuerwerker 1983: 128-129).

En conséquence, compte tenu des valeurs, de la vision du monde et du système préexistants de la Chine, la Chine a dû faire face à une longue agonie impliquant une réévaluation en profondeur de sa société. Il a connu la tourmente intérieure de la Rébellion Taiping (1851-1864) au nationalisme et à la création de la République de Chine de 1912 dans le contexte de bouleversements politiques croissants. En parallèle, des changements externes se produisaient qui étaient, selon la Chine, des expressions de l'effondrement d'un ordre. La «perte du Japon» s’est notamment produite avec le Guerre sino-japonaise de 1894 et a souligné la nécessité de repenser la vision du monde chinoise (Howland, 1996: 240-241). La défaite chinoise a entraîné la Traité de Maguan de 1895 avec le Japon et impliquait également la "perte de la Corée", tandis que le Japon commençait à bénéficier du système de ports conventionnels. Le Japon est devenu une nouvelle puissance modifiant la configuration stratégique régionale - et bientôt globale - (Iryie, 1965, 1974).

Alors que la Chine luttait toujours pour que les traités soient révisés et que l’extra-territorialité soit abrogée, elle a dû faire face à un Japon de plus en plus hostile et envahissant, concrétisé par l’invasion de la Mandchourie par le Japon en 1931. Malgré tous ses efforts, malgré le massacre de Nanjing en 1937 par l'armée impériale japonaise, la Chine ne pouvait obtenir le soutien de la société internationale, alors représentée par la Société des Nations, car son statut n'était pas reconnu. L'acceptation de la Chine dans la «famille des nations civilisées» ne serait finalement accordée qu'en 1942 (Gong, 1984a).

La construction, pour la Chine, des normes de souveraineté, de territorialité et d’indépendance (les attributs normatifs de l’État dans la société internationale étatique actuelle) a été réalisée à travers l’expérience historique du «siècle de honte et d’humiliation», qui comprenait menace de survie, toute question connexe fera ressortir les perceptions de danger extrême. Dans le cas des îles Diaoyu, le fait que l'agression perçue soit commise par le Japon ne peut que renforcer ce sentiment, compte tenu en particulier des relations tendues entre le Japon et la Chine et des démentes historiques de l'histoire de la part d'acteurs japonais.

La géographie comme récit: iconographie et cartographie historiques

Le deuxième élément crucial de la perception qui intervient dans le problème des îles Diaoyu est le fait que la géographie chinoise était traditionnellement non plus et non moins constituée d'iconographie que de géographie moderne, mais de récits (Howland, 1996). Ces récits, qu’ils soient «poétiques» ou «expositifs» (Howland, 1996), racontent l’histoire et, à mesure que la géographie a été transformée en cartes géographiques, elle ne peut continuer à être imprégnée de son contenu original (Thongchai, 1994). dans le cas de la Chine, avec l'histoire. Ainsi, l'aspect géographique du problème des îles Diaoyu ne fera que renforcer sa dimension historique et sera immédiatement lié à des convictions liées à la souveraineté et à la territorialité.

En effet, si nous suivons les actions actuelles des Chinois pour établir leurs droits aux yeux du monde sur les îles Diaoyu, nous pouvons voir que cela se fait en partie par un mélange de cartographie moderne, d’histoire et d’iconographie historique, en utilisant le médium virtuel. monde du world wide web. La couverture spéciale réalisée en ligne par China Central Television (CCTV.com) est un exemple concret de cette approche, comme le montre l'image ci-dessous:

Les preuves chinoises de l'appartenance des îles Diaoyu à la Chine - CCTVEn attendant, des «cartes thématiques» officielles plus classiques sont en cours d’émission (Xinhua, 18 septembre 2012) et toute déclaration officielle, y compris le 25 septembre 2012 Livre blanc - Diaoyu Dao, territoire inhérent à la Chine, utilise abondamment l'histoire comme preuve.

En conclusion: avertissement

Avec confiance, nous pouvons donc estimer que la Chine (et le peuple chinois) resteront forts sur leurs positions et n'abandonneront jamais leur souveraineté sur ce qu'ils perçoivent comme faisant partie de leur territoire. Toute action, y compris en termes de déclarations, qui tenterait de les forcer à agir autrement, ou semblerait aller dans cette direction, ou qui semblerait favoriser les assertions du Japon et les acteurs japonais, ne pouvait être perçue que comme une agression et générerait ainsi actions d'escalade. Au contraire, la Chine pouvait et pouvait tenir compte du statu quo antérieur, car elle ne mettait pas en cause sa souveraineté et ne menaçait donc pas sa survie. En conséquence, les actions qui inciteraient à revenir à ce statu quo se stabiliseraient.

———-

* «L'Occident» est un raccourci, car les nations qui ont bénéficié du système de ports du Traité n'étaient pas seulement les premières puissances (France, Royaume-Uni et États-Unis) et la plupart des pays européens (Autriche-Hongrie, Belgique, Prusse, puis Allemagne). Italie, Portugal, Suède, Norvège, Russie, etc.), mais aussi et surtout au Japon à partir de 1895.

———–

L'image en vedette: La découpeuse «Haijian 66» de la surveillance marine de Chine et la découpeuse «Kiso» des garde-côtes japonais se sont affrontées près des îles Diaoyu. 24 septembre 2012, Par 中国 海 监 总队 / Surveillance de la marine en Chine (中国 海 监 / Surveillance de la Chine en Chine) [Domaine public], via Wikimedia Commons

Références

Anderson, Benedict, Imagined Communities, (Londres: Verso, 1991).

Chronologie de l'examen de Beijing, Couverture spéciale sur les îles Diaoyu.

Camroux, David, «Des nations imaginées à la région rêvée», de L'Asie Retrouvée, Paris, Editions du Seuil, 1997.

Cheng-China Huang, Différend sur les îles Diaoyu, Études de cas ICE, juin 1997.

Cohen, Paul A, L'histoire à trois clés: les boxeurs en tant qu'événement, expérience et mythe(New York: Columbia University Press, 1997).

Elias, Norbert Les Allemands: Les luttes de pouvoir et le développement de Habitus aux XIXe et XXe siècles, éd. Par Michael Schröter (publié pour la première fois en Allemagne en 1989 sous le titre Studien über die Deutschen, traduit de l'allemand par Eric Dunning et Stephen Mennell), (Cambridge UK: Polity Press, 1989, [1996]).

Fairbank, John K. et Goldman, Merle, Chine: une nouvelle histoire, (Cambridge: Belknap Press, 1998).

Fairbank, John K., «Un cadre préliminaire» dans L'ordre mondial chinois: Les relations extérieures de la Chine traditionnelle, éd. par Fairbank John K. and Co. (Cambridge: Harvard University Press, 1968), p. 1- 19.

Fairbank, John K., «Le système des premiers traités dans l'ordre mondial chinois» dans L'ordre mondial chinois: Les relations extérieures de la Chine traditionnelle, éd. par Fairbank John K. and Co. (Cambridge: Harvard University Press, 1968), p. 257 - 275.

Fairbank, John K., éd. 1983. L'histoire de Cambridge en Chine Vol.12: La Chine républicaine 1912-1949, 1ère partie. Cambridge: Cambridge University Press.

Feuerwerker, Albert, “The Foreign Presence in China», Dans Fairbank, éd. 1983, 128-207.

Gong, Gerrit W., «Entrée de la Chine dans la société internationale», dans The Expansion of International Society, éd. par Bull Hedley et Watson Adam (Oxford: Clarendon Press, 1984a).

Gong, Gerrit W., Le standard de la «civilisation» dans la société internationale, (Oxford: Clarendon Press, 1984b).

Howland, DR, Frontières de la civilisation chinoise: géographie et histoire à la fin de Empire, (Durham et Londres: Duke University Press, 1996).

Iriye, Akira, Après l'impérialisme: À la recherche d'un nouvel ordre en Extrême-Orient, 1921-1931 (Cambridge: Harvard University Press, 1965). Réimprimé: (Chicago: Imprint Publications, 1990).

Iriye, Akira, La guerre froide en Asie: une introduction historique, (Englewood Cliffs, NJ, 1974).

Ito, Masami, “Le propriétaire accepte le métro en vue d'acheter les îles Senkaku contestées, ”The Japan Times Online, vendredi 18 mai 2012

Jia, Ruixue, L'héritage de la liberté forcée: les ports du traité de Chinai, IIES, Université de Stockholm, Review of Economics and Statistics, 20 janvier 2011.

Lavoix, Hélène, «Nationalisme» et «génocide»: construction de la nation, autorité et opposition - le cas du Cambodge (1861-1979) - Thèse de doctorat - École d'études orientales et africaines (Université de Londres), 2005.

Lin Yü-Sheng, La crise de la conscience chinoise: l'antitraditionnalisme radical à l'époque du 4 mai (Wisconsin: Presse de l'Université du Wisconsin, 1979).

Mark Elvin, «Le double désaveu: l'attitude des penseurs radicaux à l'égard de la tradition chinoise», en Chine et en Occident: Idées et activistes ed. par David SG Goodman, (Manchester: Manchester University Press, 1990).

Pye, Lucien W., «Mémoire, imagination et mythes nationaux», dans Se souvenir et oublier: l'héritage de la guerre et de la paix en Asie de l'EstEd. par Gerrit W. Gong, (Washington DC: CSIS, 1996).

Scott, James C., Armes des faibles: formes quotidiennes de la résistance paysanne, (New Haven: Yale University Press, 1985).

Shambaugh, David,  L'identité de la Chine en tant que puissance majeure, Université George Washington.

Donc, Yip et al, “Traité de la Chine moderne sur l'économie portuaire dans une perspective institutionnelle», Document présenté à la conférence sur l'histoire des ports, la conférence sur l'histoire économique et des affaires de la région Asie-Pacifique, organisée conjointement par le groupe All-University of California d'histoire économique et la Society of Economic History de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande, tenue à Berkeley, CA, 18-20 février 2011.

Tongchai Wichinakul, Siam Mapped: une histoire du géo-corps d'une nation, (Chiang Mai: Silkworm Books, 1994).

Xinhua, La Chine publie une carte thématique sur les îles Diaoyu, 18 septembre 2012.

Yu Keping, «Culture et modernité dans la pensée chinoise dans les années 1930: commentaires sur deux approches de la modernisation en Chine», Documents de travail sur les études de l'Asie et du Pacifique, (Beijing: Institute of Contemporary Marxism, 1994).

A propos de l'auteur: Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (Relations internationales), est le directeur de The Red (Team) Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte en matière de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur l'intelligence artificielle, la science quantique et la sécurité. Elle enseigne au niveau Master à SciencesPo-PSIA.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont utilisées.

FR
EN FR