Déclenchés par la crise financière et économique, les mouvements de protestation se sont répandus, notamment en Europe et aux États-Unis, qu'ils soient célèbres et démocratiques (Los Indignados/Real Democracy Now, Occupy, etc.) ou non. Nous les appelons ici les "nouveau lien avec l'opposition.” Malgré de nombreux licenciements et leurs difficultés internes (intrinsèques aux nouveaux mouvements), ils sont aujourd'hui suffisamment préoccupants, au moins en Europe, pour inciter l'armée suisse à mener des exercices sur le thème de "l'instabilité violente en Europe", appelés Stabilo Due (du 6 au 21 septembre 2012).

Si vous suivez ces mouvements, alors une tendance intéressante, du point de vue des sources, s'est dessinée au cours des derniers mois. Les gens se réfèrent et utilisent de plus en plus la TR pour s'informer.

RT est l'acronyme de Russia Today, un Réseau de télévision russe, parrainé par l'État mais indépendant sur le plan éditorial créé en 2005. Depuis lors, elle a suscité son lot de critiques pour ses partis pris, la promotion de points de vue proches de la théorie du complot et ses efforts pour diffuser des opinions pro-russes, comme le décrit, entre autres, Wikipédia, ou comme l'a fait remarquer Zwick, "Pravda Lite : Pourquoi les libéraux prêtent-ils de la crédibilité à une chaîne de télévision russe loufoque ?" dans La nouvelle républiqueen essayant d'obtenir un jugement objectif (2012).

Mais cela ne dissuade pas le public, comme le montrent les différentes mesures d'abonnement aux réseaux sociaux, qui peuvent être considérées comme des indications indirectes de l'influence exercée sur le World-Wide-Web, où le nouveau lien d'opposition prospère et s'organise.

RT arrive bien avant VOA, ou la Xinhua chinoise (et CNC World) et CCTV en termes d'adeptes de Twitter, mais elle est encore éclipsée par les grandes chaînes CNN et BBC World, et beaucoup moins suivie que Al Jazeera English et Bloomberg News. Les résultats sont inversés sur YouTube, où la RT obtient ses résultats les plus étonnants. Cette mesure d'octobre 2012 confirme la tendance observée par l'enquête Pew menée du 1er janvier 2011 au 30 mars 2012 ("YouTube et nouvelles(juillet 2012) et signalée par Jennifer Martinez sur le Hill Technological Blog. Nous assistons à une augmentation de 12,8% en 10 mois (l'enquête Pew a compté plus de 280.000 abonnés à la RT, contre 315.940 aujourd'hui).

Au départ, comme le montrent les archives de la RT lorsqu'elles sont consultées entre Mars et juin 2011, tant pour RT.com que pour Actualidad RT (RT chaîne espagnole), le réseau n'a pas suivi plus la montée d'un nouveau mouvement d'opposition en Europe par rapport aux autres médias. Cette naissance, en Europe et non aux États-Unis avec Occupy, continue d'être ignorée par des chronologies d'événements par ailleurs très intéressantes telles que le Guardian "Crise de la zone euro : trois ans de souffrance.”
Cependant, lorsque le mouvement s'est étendu, cette fois aux États-Unis avec Occupy, et notamment lorsque les affrontements avec le NYPD l'ont rendu célèbre, la RT a commencé une couverture en profondeur qui lui a valu une nomination pour le International Emmy Awards.

Plus important encore du point de vue du nouveau lien avec l'opposition, depuis lors, la RT fait non seulement partie des médias qui suivent de près les diverses manifestations, mais elle est aussi l'un des rares à avoir tendance à se concentrer d'abord sur les manifestations, parfois même à rechercher des événements plus extrêmes (par exemple, comparez la vidéo de la RT ci-dessous sur la manifestation du 20 octobre à Londres avec celle d'Al Jazeera), plutôt que sur les affaires, l'économie et l'approche unilatérale de l'élite politique. Malgré les reportages approfondis réalisés par certains, tels que Le télégrapheCrise de la dette : comme elle s'est produite"ou Le Gardien La crise de la zone euro en directLa RT est parfois la seule (ou la première) à rendre compte de certains éléments d'information : par exemple, la participation de Les réservistes grecs des forces spéciales dans la manifestation anti-Merkel du 9 octobre 2012. Sans vouloir exagérer les incidents, il faut aussi les prendre en compte car, une fois cumulés, ils sont le signe d'une tension croissante, ici en Grèce. Dans ce cas précis, l'implication des réservistes pourrait être un signal faible indiquant que les moyens mêmes qui permettent à l'État de préserver son monopole sur la violence pourraient potentiellement commencer à se fracturer. Plus généralement, si les incidents sont, en fait, sortis de leur contexte et repris par les acteurs politiques, alors la perception qu'ils créent devient en soi une escalade.

S'appuyant sur les vues financières peu orthodoxes de la série de rapports du Kaiser, a débuté en novembre 2009Cela fait de la RT un média de choix pour les partisans des protestations, pour les personnes qui recherchent et s'intéressent à des visions du monde non conventionnelles, donc alternatives, ainsi que pour les étudiants de ces mouvements.

L'influence croissante de la RT indique également l'importance relative croissante de l'intérêt porté à ces points de vue alternatifs. Alors que de plus en plus de personnes expérimentent dans leur vie quotidienne l'impact violent d'une crise implacable, prennent conscience d'une multiplication des problèmes, et pourtant ne se voient offrir par les chaînes généralistes que de vieilles recettes, des explications et des rassurances, elles cherchent ailleurs le sens et les réponses.

Alors que les médias traditionnels continuent à avoir une forte influence, nous pourrions assister au début d'une polarisation croissante, notamment au sein de la société occidentale, la RT jouant un rôle crucial en termes d'information, de choix de celle-ci et d'idées. Si ce schéma devait se confirmer, alors, ironiquement, ce ne serait pas sans rappeler, toutes choses égales par ailleurs, le rôle que certaines radios occidentales (RFE, RFL, VOA, et BBC World) ont joué pour la dissidence soviétique pendant la guerre froide.

Image en vedette : Russia Today studios building, Moscou, 2013, par Artem Svetlov de Moscou, Russie (Russia Today studios building, Moscou) [CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR