Salvador Dali, Changement climatique, Monde hobbesien, Guerre civileL'existence du changement climatique est désormais reconnue comme un fait, à l'exception de quelques sceptiques climatiques. Son impact est cependant très loin d'être systématiquement pris en compte dans les analyses, comme cela devrait être fait et comme ce sera, espérons-le, de plus en plus la norme.

Une grande partie des efforts liés au changement climatique se concentrent sur des scénarios traitant de l'avenir à long terme - la fin du siècle - et cet effort multidisciplinaire crucial doit se poursuivre, voire être renforcé. Cela ne doit cependant pas nous dispenser de nous pencher également sur l'avenir à court et moyen terme (jusqu'à dix ans), car le changement climatique et ses conséquences ne sont pas seulement quelque chose que nos enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants connaîtront, mais un changement de contexte qui a déjà commencé. En outre, ces impacts directs et indirects à court et moyen terme et la manière dont ils sont traités ont de fortes chances d'avoir un impact crucial sur notre compréhension et nos capacités futures à long terme. Ici, je voudrais me concentrer sur les impacts potentiels des catastrophes naturelles croissantes sur l'État (le gouvernement en termes américains) et les conséquences possibles.

Un nombre croissant de catastrophes naturelles et de pertes globales dans le monde

Pour pouvoir commencer à envisager de tels impacts, il faut briser au moins deux autres biais. Le premier est hérité de l'après-guerre".l'autodétermination"Les principaux problèmes sont d'abord que les pays riches doivent payer pour les pertes énormes que les pays pauvres subiront, ensuite qu'ils doivent aussi payer pour les pays qui s'enrichissent rapidement (par exemple la Chine et l'Inde), parce que le "premier monde" a pollué dans le passé pour devenir riche. Le deuxième biais est que seuls les événements rares, importants et perceptibles comptent et auront un impact sur nous. De tels événements, par exemple Sandy, comptent certainement, et peuvent en outre servir à sensibiliser les gens, surtout lorsqu'ils touchent un pays bien médiatisé, tant en termes de médias classiques que de couverture mondiale, comme les États-Unis. Néanmoins, ce ne sont pas les seuls, et tous les événements doivent être pris en compte (idéalement, la perte de biodiversité et de "services écosystémiques" devrait également être incluse).

Les données détenues et rendues publiques par les compagnies de réassurance sont actuellement l'un des meilleurs points d'entrée pour les estimations de l'existence passée et des coûts des événements liés au changement climatique. Munich-Redispose notamment de "l'une des plus grandes bases de données au monde sur les catastrophes naturelles" (Munich-Re, 2013 : 3) et publie régulièrement des analyses relatives aux catastrophes naturelles. Si nous voulions nous concentrer uniquement sur le changement climatique, il faudrait alors laisser de côté les événements géophysiques (tremblements de terre, volcans, tsunamis). Cependant, ces derniers risquent  font également partie des conditions à évolution lente auxquelles une société doit faire face en matière de sécurité, notamment dans le Anneau de feu en considérant la tectonique des plaques, comme nous l'a rappelé le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011 au Japon (Tōhoku). Il convient donc de les conserver.

En termes de localisation géographique, les trois cartes mondiales des catastrophes naturelles pour 2010, 2011 et 2012 ci-dessous (à télécharger sur Munich-Re pour le pdf en taille réelle), montrent que, de toute évidence, le monde entier est touché.

2012_mrnatcatservice_natural_disasters2012_worldmap_fr

2011_mrnatcatservice_natural_disasters2011_worldmap_touch_en

2010_mrnatcatservice_natural_disasters2010_worldmap_touch_en

La répartition par continent de toutes les catastrophes naturelles entre 1980 et 2012 (Munich-Re, Thèmes Géo 2012, 2013, pp. 54-55), en termes de nombre d'événements, de décès et de pertes globales est encore plus révélateur. Les pertes monétaires sont beaucoup plus élevées dans les pays dits développés, tandis que le nombre de décès augmente de façon spectaculaire dans les pays pauvres. Ni l'un ni l'autre n'est une raison de se réjouir, et le premier peut avoir des répercussions sur le second.

1980-2012 Catastrophes naturelles, nombre de morts, pertes globales, nombre d'événements

Le monde connaît aussi de plus en plus de catastrophes naturelles (notez la série plus longue pour les États-Unis, à partir de 1950), comme le montrent les chiffres ci-dessous, et des catastrophes plus coûteuses, les États-Unis supportant le plus gros des pertes assurées (Munich-Re, 2012 NatCat Year in Review).

tendances mondiales événements 1980 2012

numéro US 1950 2011

les tendances mondiales coûtent 1980 2012

Un coût pour les États et les gouvernements : une exposition fiscale accrue

Ces événements ont évidemment un coût direct pour les États, comme le souligne le Rapport 2013 sur les risques élevés de la Bureau de la responsabilité du gouvernement américain (U.S. Government Accountability Office) (alors que ce coût est généralement peu évoqué, notamment dans les discussions sur le déficit public, l'austérité et les budgets) :

 "Ces impacts [le changement climatique] entraîneront une augmentation de l'exposition fiscale du gouvernement fédéral dans de nombreux domaines, y compris, mais sans s'y limiter, son rôle en tant que (1) propriétaire ou opérateur d'infrastructures étendues telles que les installations de défense et les biens fédéraux vulnérables aux impacts climatiques, (2) assureur des biens et des cultures vulnérables aux impacts climatiques, (3) fournisseur de données et d'assistance technique aux gouvernements des États et locaux responsables de la gestion des impacts du changement climatique sur leurs activités, et (4) fournisseur d'aide en réponse aux catastrophes. Par exemple, les déclarations de catastrophes ont augmenté au cours des dernières décennies, et l'Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA) a engagé plus de $80 milliards d'aide fédérale pour les catastrophes déclarées au cours des exercices 2004 à 2011[3]. En outre, le 7 décembre 2012, le Bureau de la gestion et du budget (OMB) au sein du Bureau exécutif du Président a demandé $60,4 milliards de ressources fédérales pour les efforts de redressement de Superstorm Sandy afin de "construire une nation plus résiliente prête à faire face aux défis actuels et futurs, y compris un climat changeant".

Pour 2012, pour les États-UnisMunich-Re estime la perte globale (directe ?) à US$101,13 milliards, ce qui représente 9.28% du déficit public (US$1,089 milliard d'euros). En comparaison, l'Institut Watson de l Projet "Coûts de la guerre a estimé le coût global de la guerre en Irak, pour les États-Unis, à $2,2 trillions de dollars. Cela correspondrait à environ US$251,43 milliards par an (coût total encouru entre le 20 mars 2003 et décembre 2011, soit 105 mois). Ainsi, pour les États-Unis, les coûts directs des catastrophes naturelles estimés pour 2012 représentent 40,22% du coût annuel estimé de la guerre en Irak. L'une des principales différences entre les deux est que les pertes dues aux catastrophes naturelles ne s'arrêteront pas mais augmenteront plutôt.

Il ne faut pas non plus oublier les coûts indirects pour les États en termes de perte de revenus : chaque catastrophe a un impact économique sur tous les acteurs, des particuliers aux entreprises (ainsi que, probablement, des coûts liés à la santé des personnes), qui sera ensuite traduit en moins d'impôts donc des revenus pour l'État.

Non seulement cela est vrai - adapté aux spécificités de chaque État - pour tous les pays, mais "l'exposition budgétaire accrue" est plus susceptible d'avoir eu lieu au moins depuis le début des années 1990, si l'on considère les graphiques de Munich-Re. Des recherches spécifiques devraient être menées pour acquérir des connaissances plus claires et meilleures. La part de ces coûts supplémentaires dans le déficit public de tant de pays devrait donc être estimée et prise en compte.

Pour l'avenir, comme le souligne le rapport sur les risques élevés de l'Organisation mondiale de l'aviation civile 2013, nous devrions également ajouter à ces pertes accumulées le coût des mesures d'adaptation au changement climatique, coûteuses mais nécessaires et moins coûteuses que l'inaction (par exemple, la modernisation ou la modification des infrastructures : adaptation des ponts, des routes, des bâtiments, etc.

Une route vers l'enfer ?

Ainsi, nous avons des coûts croissants liés à des dangers qui ne peuvent plus être évités. Parallèlement, les politiques visent à réduire les dépenses de l'État pour lutter contre l'augmentation du déficit public, alors que faire face à des catastrophes naturelles signifie évidemment augmenter les dépenses publiques.

En attendant, ces mêmes dangers font très probablement baisser les revenus, ce qui ne peut que contribuer à creuser le déficit public global. Si nous restons dans le même cadre politique, qui, entre autres, ne tient pas pleinement compte du changement climatique et des autres catastrophes naturelles, cela entraînera une nouvelle réduction des dépenses publiques.

Les conséquences les plus probables, si nous restons sur cette trajectoire, sont que les États ou les gouvernements seront de plus en plus incapables d'assurer la sécurité de leurs citoyens, ce qui aura un impact en termes de légitimité, qui, à son tour, ne pourra qu'entraîner des troubles sociaux. En conséquence, le nombre de morts et de victimes ne peut qu'augmenter dans tous les pays du monde en raison de l'impact sans entrave des catastrophes, des troubles civils, de la hausse de la criminalité et de la réduction de l'aide et de la coopération. Nous nous dirigerions donc vers un monde pré-Leviathan hobbesien, mais dans un environnement naturel plus rude.

La privatisation et l'externalisation ne sont peut-être pas la panacée universelle, en l'absence d'un État fort, car des cadres réglementaires respectés et maintenus sont nécessaires (OCDE, 2011 : 18) et comme les personnes appauvries touchées par de multiples catastrophes ne sont peut-être pas les meilleurs clients pour réaliser des bénéfices.

Les sociétés humaines n'ont peut-être pas eu à faire face à des changements environnementaux anthropiques dans le passé, mais, tout au long de l'histoire, elles ont réussi à relever les défis de l'augmentation des coûts de gouvernance en raison de nouveaux dangers. Toutes choses étant égales par ailleurs, ces périodes passées pourraient nous donner des idées sur les solutions à imaginer puis à mettre en œuvre.

A moins de tomber dans des systèmes autoritaires extrêmement prédateurs, où quelques-uns peuvent survivre au désespoir du plus grand nombre - et je recommande la lecture de l'excellent roman de Suzanne Collins Les Jeux des Hongrois comme exemple de l'un des nombreux visages qu'un tel système pourrait prendre - les solutions doivent impliquer de nouveaux revenus pour les autorités politiques afin de leur permettre d'assurer la sécurité, ce qui conduira très probablement à la création de nouveaux modèles d'organisation sociopolitique. Dans un monde qui semble avoir perdu son espoir, son enthousiasme et ses repères, un tel défi gigantesque pourrait être interprété comme un immense projet mobilisateur et rassembleur, pour les dirigeants qui ont une vision.

—————

Nous remercions tout particulièrement le Dr Jean-Michel Valantin, spécialiste de la sécurité environnementale et auteur du récent Guerre et Nature (War and Nature) pour de nombreuses discussions passionnantes et pour m'avoir aidé à surmonter la surcharge d'informations et à retrouver le rapport sur les risques élevés de l'U.S. G.A.O. 2013. 

Della Croce, R., C. Kaminker et F. Stewart (2011), "Le rôle des fonds de pension dans le financement des initiatives de croissance verte", Documents de travail de l'OCDE sur le financement, les assurances et les pensions privées, n° 10, Éditions de l'OCDE. http://dx.doi.org/10.1787/5kg58j1lwdjd-en

Munich-Re, 2012 NATURAL CATASTROPHE YEAR IN REVIEW, 3 janvier 2013.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR