Editorial - Une étude de cas sur l'escalade : L'OTAN, les États-Unis et la Russie. Si nous examinons très froidement l'évolution de la situation entre l'OTAN, les États-Unis et la Russie, il semble indéniable que nous sommes en présence d'une grave escalade, qui ne cesse de s'amplifier et de s'approfondir. L'espoir de désescalade qu'avait suscité la rencontre Kerry-Lavrov, suivi du début du retrait des troupes russes du territoire russe proche de la frontière ukrainienne, comme l'ont constaté Reuters et la BBC (voir Jonathan Marcus, première question, Doorstep statement by NATO Secretary General Anders Fogh Rasmussen, 1 April - video), s'est arrêté avec la série de déclarations de l'OTAN, commençant par "Malheureusement, je ne peux pas confirmer que la Russie se retire...".

La partie restante de cet article est destinée à notre membres. Assurez-vous d'obtenir de vraies analyses et non des opinions ou, pire, de fausses nouvelles. Devenez l'un de nos membres et accédez à cet article. Log in si vous êtes membre.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

FR