Depuis que le «printemps arabe» est arrivé en Égypte en janvier 2011, la situation politique a évolué assez rapidement (Georges Corm, Le Proche-Orient éclaté, 2012). De nombreux observateurs considèrent le paysage politique égyptien comme un champ de bataille entre l'armée, les Frères musulmans et un nombre croissant de personnes désireuses de faire l'expérience de la démocratie, alors que la situation dans son ensemble est mise à mal par une situation économique très dégradée (Seumas Milne, The Revenge d'histoire, 2013). De plus, ces différents acteurs participent aux tensions politiques entre les pays arabes, notamment le Qatar et l'Arabie saoudite, et entre ces pays et les États-Unis (Corm, ibid). L’Égypte a une énorme importance politique au Moyen-Orient, en Afrique et aux niveaux international et mondial. Depuis l'antiquité, ce très singulier […]

Pour accéder à cet article, vous devez devenir l'un de nos membres. Log in si vous êtes membre.

A propos de l'auteur: Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Sécurité de The Red (Team) Analysis Society. Il est spécialisé en études stratégiques et en sociologie de la défense, notamment en géostratégie de l'environnement. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, Amérique prépare la guerre du climat". "(Guerre et nature: l’Amérique se prépare à la guerre climatique) et de" Hollywood, le Pentagone et Washington ".

FR
EN FR