Depuis mars 2014, l'"envoi de troupes russes en Crimée", et le référendum contesté en Crimée suivi de son incorporation à la Fédération de Russie, la rhétorique "occidentale "* veut que la Russie soit isolée, et que les États-Unis et leurs alliés s'emploient à l'isoler davantage (par exemple Zeke J Miller, "Obama : Obama : U.S. Working To 'Isolate Russia'", Time, 3 mars 2014). Comme la guerre en Ukraine orientale semble être perçue principalement à travers le "prisme de la Crimée", cette politique occidentale, ajoutée aux séries de sanctions, vise à voir une Fédération de Russie de plus en plus isolée se plier à une vision "occidentale" de ce que devrait être l'ordre international. La déclaration de l'ancien secrétaire général de l'OTAN Rasmussen à la télévision estonienne, selon laquelle "la Russie est globalement isolée en raison de ses actions en Ukraine", n'est qu'un exemple de commentaires similaires [...].

La partie restante de cet article est destinée à notre membres. Assurez-vous d'obtenir de vraies analyses et non des opinions ou, pire, de fausses nouvelles. Devenez l'un de nos membres et accédez à cet article. Log in si vous êtes membre.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

FR