Depuis mars 2014, " l'envoi de troupes russes en Crimée ", et le référendum contesté en Crimée suivi de son incorporation à la Fédération de Russie, la rhétorique de " l'Occident "* est que la Russie est isolée, et que les États-Unis et leurs alliés vont travailler à l'isoler davantage (par exemple, Zeke J Miller, " Obama : U.S. Working To 'Isolate Russia'", Time, 3 mars 2014). Comme la guerre dans l'Est de l'Ukraine semble être perçue principalement à travers les "lentilles de la Crimée", cette politique occidentale, ajoutée aux séries de sanctions, vise à voir une Fédération de Russie de plus en plus isolée se plier à une vision "occidentale" de ce que devrait être l'ordre international. La déclaration du bientôt ex-secrétaire général de l'OTAN, M. Rasmussen, à la télévision estonienne, selon laquelle "la Russie est globalement isolée en raison de ses actions en Ukraine", n'est qu'un exemple de commentaires similaires ...

La partie restante de cet article est destinée à notre membres. Assurez-vous d'obtenir de vraies analyses et non des opinions ou, pire, de fausses nouvelles. Devenez l'un de nos membres et accédez à cet article. Log in si vous êtes membre.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

FR