Le monde est de plus en plus éprouvé, et avec une portée géographique toujours plus grande, par des attaques "djihadistes" d'origines diverses, voire complexes. Pour ne citer que quelques-uns des cas les plus signalés et les plus récents, nous avons été confrontés à des attentats en Belgique, au Canada, en Australie et, dernièrement, en France - avec des conséquences en Allemagne (11 janvier 2015, The Telegraph). Au Liban, nous avons eu une attaque à Tripoli (10 janvier 2015, BBC News) et le nord du pays semble plonger dans la guerre. Au Pakistan, nous nous souvenons de l'attentat du 16 décembre contre une école de Peshawar (BBC News, 13 janvier 2015), alors que la situation générale est de plus en plus instable et qu'un ancien groupe taliban, Khorassan Shoura, a renouvelé son allégeance à l'État islamique en janvier 2015 (The Long War Journal, 13 janvier 2015). Au Nigéria, deux [...]

La partie restante de cet article est destinée à notre membres. Assurez-vous d'obtenir de vraies analyses et non des opinions ou, pire, de fausses nouvelles. Devenez l'un de nos membres et accédez à cet article. Log in si vous êtes membre.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

FR