La décision du Premier ministre Tsipras (par exemple Le Gardien) le 26 juin 2015 pour consulter les citoyens grecs lors d'un référendum sur leur volonté d'accepter ou non les mesures d'austérité sans fin exigées dans le cadre du renflouement actuel était évidemment une démarche inattendue pour les créanciers de la Grèce. Du point de vue du gouvernement grec, il était cependant logique, compte tenu de l'intransigeance des créanciers, de refuser de coGrexit, Grèce, banque BRICSnsidérer le sort de la plupart des Grecs, ainsi que considérer l'absurdité de mesures qui ne font que réduire sans cesse la richesse nationale globale de la Grèce, comme le souligne à nouveau, par exemple, le prix Nobel d'économie Paul Krugman ("La Grèce au bord du gouffre“, Le New York Times29 juin 2015). Elle a envoyé des ondes de choc dans tout le "système des créanciers" de la Grèce.

Depuis lors, les fonctionnaires se font concurrence pour faire des déclarations visant à expliquer avec beaucoup de difficulté qu'un référendum est une erreur dans un système qui est censé maintenir la démocratie comme une valeur fondamentale et à convaincre le peuple grec que le renflouement avec les célèbres réformes structurelles du FMI et les mesures d'austérité exigées par l'Europe sont la seule voie à suivre, menaçant les conséquences horribles d'une défaillance (par exemple, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, "conférence de presse sur la Grèce"(29 juin 2015). Toutefois, les négociations se poursuivent également (par exemple BBC News 30 juin). Pendant ce temps, les médias tentent d'imaginer si nous aurons un Grexit, c'est-à-dire une sortie de la zone euro, quel pourrait être l'impact pour le monde financier, en soulignant également les terribles conséquences pour les gens.

Il existe cependant un autre scénario potentiel, que tout exercice de prospective devrait prendre en considération et qui, du moins publiquement, n'est pas mentionné : La Grèce n'est pas isolée, et il existe d'autres acteurs, y compris sur le plan financier, dans le monde que le FMI et l'establishment néo-libéral européen.

La Grèce, premier pays également renfloué par la nouvelle banque et le nouveau fonds BRICS ?

En effet, en supposant que le 5 juillet 2015, les citoyens grecs votent "non" aux réformes d'austérité recommandées par leur Premier ministre, que se passerait-il si la Grèce était renflouée par la "nouvelle banque de développement BRICS de $100 milliards et ... une réserve monétaire de $100 milliards supplémentaires" qui devrait être lancée - quel calendrier synchrone ! - au cours du 7e sommet du BRICS et du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) qui se tiendront du 8 au 10 juillet à Oulfa, en République du Bachkortostan, en Russie (RT26 juin 2015) ? Ce scénario suppose évidemment que de tels sauvetages feront partie de la mission de la banque et des fonds potentiellement associés.

Compte tenu du montant et de la répartition de la dette grecque (voir le graphique Open Europe, "Qui la Grèce doit-elle ? BBC Newsle 30 juin 2015), Il est peu probable qu'un tel nouveau renflouement puisse couvrir la dette globale. Cependant, on peut supposer qu'il couvrirait au moins la part du FMI, la Grèce étant peut-être en défaut de paiement sur cette partie de la dette.

Grexit, Grèce, banque BRICS, UE
D'après les photos Flickr d'Alexis Tsipras prises le 23 mars 2015 - (CC BY-SA 2.0)

À la table des négociations européennes pour aider la Grèce, ce ne sont plus Lagarde et le FMI qui seront assis, mais le directeur de la nouvelle banque BRICS et, à travers lui, Rousseff (Brésil), Poutine (Russie), Modi (Inde), Xi Ping (Chine) et Zuma (Afrique du Sud). Il serait alors très probable que la nouvelle banque BRICS ne demande pas de mesures d'austérité car elle offre un modèle socio-idéologique différent du modèle néo-libéral.

En effet, aucun des BRICS n'a intérêt à un effondrement de l'euro, car leur objectif est de favoriser un monde véritablement multipolaire (par exemple "Les BRICS, clés d'un monde multipolaire - Poutine“, Le poste BRICS22 mars 2013). Leur intérêt est plus susceptible de mettre fin à un monde unipolaire dirigé par les États-Unis et donc à la suprématie du dollar américain, confirmée par le consensus de Washington, comme nous l'avons suivi ici (voir "D'Arabie Saoudite, de Turquie et de Petrodollars", le 16 avril 2015 ; "Risques sur la suprématie du dollar"), le 27 mars 2014, etc. Ainsi, les BRICS, dans l'hypothèse où un tel scénario se produirait, essaieraient probablement dans un premier temps de négocier aux côtés de la Grèce pour que celle-ci reste dans la zone euro. Cependant, ils seraient probablement aussi prêts à accueillir la Grèce dans leur giron si aucune autre option n'était laissée ouverte. Lors des négociations dans le cadre de ce scénario, ceux qui seraient soumis à une pression énorme seraient les dirigeants européens car, très probablement, les États-Unis feraient alors tout leur possible pour que l'Europe ne se range pas davantage du côté du nouveau pôle dirigé par les BRICS et moins du leur.

Un tel scénario est-il plausible ?

Tous les BRICS, en favorisant une véritable multipolarité, favoriseraient aussi très probablement l'émergence d'une Europe et d'États européens relativement forts, qui joueraient pleinement un rôle indépendant sur la scène mondiale. Cette Europe ne serait ni inféodée aux États-Unis, ni perpétuellement sous la menace d'une défaillance. Cette Europe et ses États sont nécessaires à un monde multipolaire. Le pays BRICS, comme expliqué ci-dessus, aurait également un intérêt évident à supplanter le FMI.

Pour tous les pays BRICS, et c'est probablement plus particulièrement important pour les pays ayant une longue histoire, c'est-à-dire la Russie, l'Inde et notamment la Chine, être celui qui renflouera un autre "vieux pays" au passé prestigieux signifierait que le temps où l'on était méprisé, traité avec condescendance et parlé avec condescendance est terminé et qu'ils sont non seulement des partenaires pleinement égaux à la table des nations, mais aussi qu'ils y occupent une position forte.

Grexit, Grèce, banque BRICS, Chine
D'après les photos Flickr d'Alexis Tsipras, prises le 19 février 2015 - (CC BY-SA 2.0)

La Chine, notamment avec sa stratégie "une ceinture, une route", a certainement intérêt à ce que la Grèce ne tombe pas dans le chaos mais fasse partie de la ceinture, comme l'explique JM Valantin ("La Chine et la nouvelle route de la soie : la stratégie pakistanaise", le 18 mai 2015 ; "Chine, Israël et la nouvelle route de la soie", le 8 juin 2015 ; The Red Team Analysis Society). En outre, la Chine est déjà un investisseur sérieux en Grèce (Silvia Merler, "La Chine cherche à tirer profit des crises européennes“, Bruegel16 octobre 2014).

Grexit, Grèce, banque BRICS, Russie
D'après les photos Flickr d'Alexis Tsipras, prises le 8 avril 2015 - (CC BY-SA 2.0)

La Russie a déjà signé un contrat avec la Grèce pour son nouveau gazoduc Turkish Stream (RT19 juin 2015), et, compte tenu de la position agressive continue de l'OTAN et des États-Unis - qu'elle soit considérée comme légitime ou non par la partie dirigée par les Américains - (voir par exemple la série d'articles connexes dans 25 juin 2015 Hebdomadaire), ainsi que les sanctions européennes concernant l'Ukraine, n'ont peut-être qu'un intérêt à voir l'équilibre général des pouvoirs changer sur le continent européen. Ce pourrait aussi être l'occasion pour la Russie de montrer qu'elle a vraiment voulu construire un monde coopératif (parmi les nombreuses déclarations, "''.La Russie n'a pas de plans agressifs, elle préférera toujours un règlement politique" - Poutine“, RT25 juin 2015) et de promouvoir une stratégie eurasienne pacifique (S. Frederick Starr et Svante E. Cornell, éd. La grande stratégie de Poutine : l'Union eurasienne et ses mécontentements, Central Asia-Caucasus Institute & Silk Road Studies Program, 2014), mais sans autoriser quiconque à menacer directement son intérêt stratégique et national essentiel, ce qui, du point de vue russe, a conduit à la nécessité d'intégrer la Crimée dans la Fédération de Russie (par exemple, Mearsheimer, "Pourquoi la crise ukrainienne est la faute de l'Occident“, Affaires étrangères, Sept-Oct 2014).

La majorité des citoyens grecs ainsi que le gouvernement actuel de Syriza et ses députés auraient certainement intérêt à un tel scénario, car cela signifierait potentiellement qu'ils ne seraient en défaut que pour une petite partie de leur dette et/ou seulement temporairement, pouvant alors renégocier un remboursement de leur dette dans des conditions qui n'impliqueraient pas une lente disparition du pays et une paupérisation sans fin de sa population (entre autres, Krugman, ibid.).

Au contraire, les oligarques grecs et ceux qu'ils ont cooptés n'ont aucun intérêt dans ce scénario. De même, les partisans occidentaux du système néo-libéral et les oligarques ne voient peut-être qu'une menace dans le fait même que ce scénario puisse être envisagé, car il montre que l'hégémonie de leur idéologie s'estompe.

En supposant que les acteurs mondiaux aient réellement réfléchi à ce scénario, la bataille pour le cœur et l'esprit du peuple grec jusqu'à dimanche n'épargnera probablement aucun moyen, y compris de nouvelles négociations comme c'est le cas le 30 juin 2015 (voir "Crise de la dette grecque : "Discussions de dernière minute après une nouvelle offreBBC News).

Pourquoi, alors, si ce scénario est plausible, personne du BRICS ou du gouvernement Tsipras ne fait-il allusion à cette possibilité ? Pourquoi, au contraire, la Russie semble-t-elle insister sur le fait qu'elle n'a pas l'intention de prêter de l'argent à la Grèce (Associated Press, “Les dernières nouvelles : La Russie rejette les discussions sur le prêt d'argent à la Grèce"(30 juin 2015) ? En ce qui concerne la Russie, un renflouement par la banque BRICS ne serait pas fait par la Russie, donc techniquement ils ne mentiraient pas. Pourtant, n'auraient-ils pas intérêt à donner de l'espoir au peuple grec ? Compte tenu du niveau élevé de tension dans le monde, et de la propension à accuser la Russie de propagande, si le scénario imaginé ici devait réussir, il serait alors important que le peuple grec prenne sa décision seul, sans aucun soupçon de manipulation. En outre, du point de vue du prêteur, il serait également important que la banque BRICS soit pleinement certaine que le gouvernement grec actuel bénéficie du soutien de sa population. En effet, même sans des mesures d'austérité aussi strictes que celles imposées par les prêteurs actuels et sans les réformes structurelles chères au FMI, le chemin à parcourir serait néanmoins très probablement difficile. Le choix doit donc rester entre les mains des citoyens grecs.

L'impact d'un tel scénario, s'il devait se produire, serait énorme car, au-delà de la refonte immédiate et relativement soudaine des conditions monétaires et financières pour la Grèce et le monde, au-delà d'un nouveau coup sévère porté à la suprématie du dollar américain telle que confirmée par le consensus de Washington, il impliquerait qu'un modèle socio-idéologique qui n'est pas celui du néo-libéralisme capitaliste existe, soit viable et soit choisi par une nation occidentale. La Grèce étant le berceau de la démocratie, et le choix ayant été fait par le biais d'un référendum démocratique, la force et l'attrait potentiels de ce nouveau modèle seraient multipliés.

La transition en cours vers un avenir qui se crée activement s'accélère.

Image en vedette : Les chefs d'État et de gouvernement des BRICS se tiennent la main en vue du sommet du G-20 de 2014 à Brisbane, en Australie. 15 novembre 2014 par Roberto Stuckert Filho [CC BY 3.0 br (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/br/deed.en)], via Wikimedia Commons.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

Rejoindre la conversation

5 commentaires

  1. Voici un article que j'ai écrit il y a deux jours :

    Choc du marché ! La Grèce adopte le yuan chinois

    Dr. Gary K. Busch

    Dans un geste rapide après l'annonce de la convocation d'un référendum en Grèce pour le 5 juillet 2015, le gouvernement grec a également annoncé qu'en raison de la réticence de la BCE à continuer à fournir des liquidités aux banques grecques, la Banque centrale grecque a reçu l'ordre de changer sa monnaie de l'euro au yuan chinois immédiatement.

    Toutes les transactions bancaires seront désormais libellées en yuan. Les euros détenus par les banques grecques seront convertis en yuans au prix au comptant actuel de la monnaie chinoise et les coûts de la conversion seront ajoutés à la dette théorique de la Grèce envers ses anciens partenaires bancaires en euros. Il est prévu que le transfert physique des espèces chinoises vers les banques grecques et les distributeurs automatiques de billets prendra fin le 7 juillet, après le référendum. D'ici là, les banques grecques seront fermées pour permettre l'échange. Aucun épargnant ou titulaire de compte courant grec n'en souffrira, car le yuan est une monnaie librement convertible.

    Le mardi 30 juin 2015, à l'échéance du paiement du FMI, le gouvernement grec annoncera qu'il ne transférera pas les sommes exigées par le FMI et qu'il est en défaut. Il annoncera alors officiellement qu'il ne fait plus partie de la zone euro mais qu'il est désormais membre de la nouvelle banque de développement BRICS (NDB) formée en 2014 par le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud. La NDB est située à Shanghai et les Chinois lui ont apporté un soutien important en tant que première organisation internationale ayant son siège à Shanghai et première organisation financière internationale ayant son siège en Chine. La NDB devrait contribuer à renforcer les efforts visant à faire de Shanghai un centre financier international.

    Cela s'inscrit bien dans le projet chinois de nouvelle route maritime de la soie, dont le centre de distribution se trouve au Pirée. Parmi les quelques développements positifs de l'économie grecque, on peut citer l'investissement majeur de la China Ocean Shipping Company, COSCO Pacific, au Pirée, le plus grand port de Grèce. Dans sa quête pour améliorer l'efficacité de ses chaînes d'approvisionnement en Europe et étendre sa présence dans l'économie mondiale, la Chine a passé ces dernières années à déployer son initiative "Une ceinture, une route". Le Pirée est récemment devenu un point central de cette stratégie, et en particulier de la "Route maritime de la soie du XXIe siècle" que la Chine prévoit de mettre en place et qui vise à relier le pays à l'Europe via l'océan Indien et le canal de Suez.

    En 2008, COSCO, le géant chinois du transport maritime détenu par l'État, a conclu un accord de 4,3 milliards d'euros avec le gouvernement conservateur de Kostas Karamanlis, donnant aux Chinois le droit d'exploiter le deuxième terminal de l'Autorité portuaire du Pirée (PPA), ainsi que de reconstruire et d'exploiter un troisième terminal inutilisé, pour une période de 35 ans. Depuis 2010, date à laquelle COSCO a commencé à opérer au Pirée, elle a quadruplé le nombre de conteneurs maritimes passant par Athènes chaque année.

    En outre, l'entrée des Grecs dans la NDB et la zone du yuan permettra des investissements chinois massifs dans les chantiers navals grecs bien équipés, avec leurs travailleurs qualifiés, qui sont inactifs depuis plusieurs années. Cet afflux d'argent et le renforcement de l'économie grecque en dehors du carcan de ses "partenaires" européens d'antan permettront de rajeunir l'économie et de relever le niveau de l'emploi de manière spectaculaire.

    Tout aussi importante pour les aspects économiques de l'accord gréco-chinois est l'opportunité pour la marine chinoise de reconstruire sa présence navale sur la côte adriatique. En 1968, la marine chinoise a construit et équipé une base navale en Albanie. Le chef d'état-major de la marine Huang Young-shen et d'autres officiers supérieurs de la marine chinoise se sont rendus à Tirane le 6 décembre 1968 pour signer les conditions de la base navale et de missiles chinoise sur la côte albanaise. Cette base, ainsi que la base de sous-marins qu'elle a construite, n'ont été fermées que vingt-deux ans plus tard. Les Grecs n'ont pas encore traité de l'impact d'une base navale chinoise sur le territoire d'un membre de l'OTAN, mais l'accord de Chypre pour accueillir une base navale russe à Chypre pourrait s'avérer un guide pratique.

    Les premiers commentaires en Grèce sur ce passage de l'Europe à la Chine ont été mitigés. Les premiers commentaires ont été notés lors d'une émission de radio locale qui a diffusé le flash d'information lorsqu'un auditeur a donné son verdict sur l'UE et la zone euro "Όποιος γίνεται πρόβατο τον τρώει ο λύκος" (celui qui se comporte comme un mouton sera mangé par les loups"). Un autre a commenté "Ekei pou tazoun polla kerasia, pare mikro kalaithi" (où ils promettent beaucoup de cerises, prennent un petit panier). Un troisième a proposé "Aftos Pou Pidai Pola Paloukia Tha Tou Hothi Kai Ena Sto Kolo" (l'homme qui saute de nombreuses perches finira par en avoir une dans le cul).
    Le monde attend la réaction du marché à cette nouvelle dramatique.

  2. Cher Dr Gary K. Busch,

    En référence à votre article, Market Shock !! La Grèce adopte le yuan chinois, avez-vous des sources auprès desquelles vous avez obtenu l'information selon laquelle la Banque centrale grecque a reçu l'ordre de changer sa monnaie de l'euro au yuan chinois immédiatement ?

    Merci beaucoup,

    Bien à vous

    1. Bonjour "Random Field",

      Gary confirmera probablement, mais son commentaire sur notre article est un scénario, c'est-à-dire un récit sur l'avenir qu'il juge possible. Par conséquent, comme il s'agit en fait d'une histoire imaginaire, il n'y a pas de source. L'état de l'art en matière de scénarios aurait exigé qu'il évalue la plausibilité de ses scénarios en fonction d'indications réelles. Ensuite, une analyse de scénario plus approfondie, tant pour notre article que pour le scénario de Gary, aurait exigé l'ajout d'indicateurs, de probabilité, d'impact et de calendrier.

      Tous nos vœux de réussite
      Dr Hélène Lavoix

  3. Laissez le monde faire face à un nouveau défi. La sagesse de la Grèce est en jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR