Note de l'éditeur: la Chine a prévu de lancer un contrat de dérivés ou contrat à terme de pétrole brut au Shanghai International Energy Exchange (INE) libellés en yuan pour les deux dernières années. Le contrat aurait dû commencer initialement à la fin de 2015, puis, en septembre 2016, il a de nouveau été retardé d’un an (Henry Sanderson, Financial Times15 septembre 2016). Le contrat devrait maintenant être lancé d'ici la fin de 2017 (RT25 octobre 2017). En supposant que cela se produise enfin, sommes-nous sur le point d'assister à un défi à la suprématie de l'USD, d'autant plus qu'elle est liée au pétrole? Quel est le système de pétrodollars qui pourrait être ainsi défié? Quel est le lien entre ce «système de pétrodollars» et la suprématie globale du dollar américain? Quels sont les acteurs impliqués dans ce possible changement spécifique? Quel est le rôle de la Chine? Ce sont quelques-unes des questions abordées ici.

Cet article porte principalement sur le système des pétrodollars, qui est au cœur de la suprématie du dollar américain, et sur les défis qu’il doit relever. En attendant, ces essais commencent à définir les futurs possibles pour le système monétaire international.

En étudiant les avenirs possibles de la suprématie du dollar américain dans cette série d'articles, nous précédemment souligné que certaines fonctions monétaires internationales ont des effets importants non seulement sur le secteur économique privé de l'émetteur, mais également sur sa position internationale en matière de puissance. Il s’agit de la fonction de réserve de valeur tant au niveau privé que public et de la fonction commerce. Dans le cas de la suprématie de l'USD, le système des pétrodollars est au cœur de la fonction commerciale. Nous nous intéressons donc ici non seulement à son rôle dans le maintien du statut du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale, mais également aux défis auxquels cet arrangement géo-politico-économique est actuellement confronté.

Résumé

Alors que nous poursuivons notre analyse approfondie des tests de la suprématie du dollar américain afin de prévoir l'avenir du système monétaire international et les possibles changements politiques et géopolitiques qui en résultent, cet article, qui se concentre sur l’un des principaux pivot de l’hégémonie monétaire américaine, analyse le système des pétrodollars et les défis qui se posent à lui.

Le système des pétrodollars est au cœur de la puissance américaine. En résumé, le système de pétrodollars est fondé sur le fait que si un pays a besoin de pétrole et que son prix est libellé en dollars, il doit posséder des dollars ou des actifs libellés en dollars pour acheter le pétrole dont il a besoin. Il résulte d'un accord conclu en 1973 entre le président américain Richard Nixon et le roi Faisal bin Abdulaziz Al Saud d'Arabie saoudite, aux termes duquel les États-Unis ont acheté du pétrole saoudien en dollars américains en échange d'une protection américano-saoudienne et de l'achat d'équipements militaires américains. Le système global a permis aux États-Unis de financer la dette américaine croissante, maintenant ainsi non seulement les importants déficits courants de Washington, mais aussi leurs diverses opérations militaires à l'étranger.

Le système de pétrodollars est confronté à une série d'essais, qui devraient encore se développer à court et à moyen terme. Premièrement, des «rivaux» géopolitiques aux États-Unis, tels que l'Iran, le Venezuela ou la Russie, promeuvent et signent des accords commerciaux pétroliers libellés dans des monnaies autres que le dollar américain. Deuxièmement, la Chine est probablement en faveur de la montée du Petroyuan. Deux moteurs principaux, notamment lorsqu'ils fonctionnent ensemble, permettraient à cette dynamique de se développer. Premièrement, en évoluant vers l’indépendance énergétique, les États-Unis sont eux-mêmes de facto acheter moins de pétrole, ce qui diminue la quantité de dollars US en circulation et fragilise le système, à moins que d'autres pays ne continuent à acheter leur pétrole en USD. C'est l'accord dès le début du système de pétrodollars qui est en jeu. Deuxièmement, et de manière connexe, la Chine est devenue le premier importateur mondial de pétrole. Il pourrait donc avoir plus de poids auprès des pays exportateurs, tels que l’Arabie saoudite, pour promouvoir le yuan. Parallèlement, la Chine diversifie son portefeuille de fournisseurs, répartissant ainsi l'utilisation possible de sa monnaie lors de l'achat de pétrole. 

Les défis posés au système des pétrodollars sont complétés par un éventail d’accords commerciaux non liés au pétrole et libellés dans des monnaies autres que le dollar américain. Les acteurs impliqués ne sont pas seulement la Chine, la Russie et l'Iran, mais également la Turquie et le Japon.

En conclusion, nous soulignons que Beijing, Moscou et Téhéran sont liés par une profonde convergence d'intérêts qui pourrait conduire à une profonde transformation du système monétaire mondial.

Article complet de 3723 mots - pdf 17 pages

L'accès pour les non-membres ou pour votre forfait est limité.
Pour continuer à lire, Devenir membre de The Red (Team) Analysis Society, ou achat une version pdf de l'article avec les droits d'auteur.
Si vous êtes déjà membre, s'il vous plaît s'identifier (n'oubliez pas d'actualiser la page).

Si vous ou votre institution avez acheté la version pdf de cet article, vous pouvez télécharger votre article en cliquant dessus. lien ou aller à votre capacités de téléchargements - S'il vous plaît s'identifier premier.

L'image sélectionnée: Raffinerie de pétrole Shell au crépuscule par James Daisa, Flickr CC 2.0 Certains droits réservés

A propos de l'auteur:  Leonardo Frisani (MA Paris) se concentre actuellement sur les défis à la suprématie du dollar américain. Au-delà de cela, il se spécialise dans la sécurité internationale et s'intéresse principalement à la géopolitique, à la macroéconomie, au changement climatique, à l'énergie internationale et à l'histoire.

Principales références:

Al Gergawi, M. (2017) «La Chine observe un investissement stratégique majeur dans le pétrole de l'Arabie saoudite», 26 octobre 2017, consulté le 10 novembre 2017.

Amadeo, K. (2017) «Pétrodollar: système, histoire, recyclage, s'effondrera-t-il?», L'équilibre30 juin 2017. Consulté le 4 novembre 2017.

Amadeo, K. (2017), «L'économie iranienne: impact de l'accord sur le nucléaire et des sanctions», L'équilibre, 26 octobre 2017. Date de consultation: 6 novembre 2017.

Bellomo, S. (2017) «La préparation de la foi par les pétrodollari», Il Sole 24 Ore7 septembre 2017. Données récupérées: 8 novembre 2017.

Blas, J. (2013) "La Chine devient le premier importateur mondial de pétrole", Financial Times4 mars 2013. Consulté le 14 novembre 2017.

Bryan, B. (2016) «BP: Les États-Unis seront indépendants de l'énergie dans 5 ans», Interne du milieu des affaires24 mars 2016. Date de consultation: 14 novembre 2017.

Cohen, Benjamin J. (2015), Puissance monétaire. Comprendre la rivalité monétaire. Princeton: Princeton University Press.

DiSavino, S. (2017) «La stabilité du pétrole alors que les tensions au Moyen-Orient compensent la hausse de la production américaine» Reuters8 novembre 2017. Récupéré le: 9 novembre 2017.

El Gamal, R. et Lawler, A. (2017) «Exclusif: la Chine propose d’acheter directement 5% de Saudi Aramco - sources», Reuters16 octobre 2017. Date de consultation: 11 novembre 2017.

Frankel, J. (2011), «La montée du renminbi en tant que monnaie internationale: les précédents historiques», Vox10 octobre 2011. Consulté le 8 novembre 2017.

Meredith, S. (2017), «La Chine« contraindra »l'Arabie saoudite à échanger du pétrole en yuan - et cela affectera le dollar américain», CNBC, 11 octobre 2017. Consulté le 8 novembre 2017.

Pizzi, M. (2014) «La Russie et la Chine signent un accord pour contourner le dollar américain», Al Jazeera America20 mai 2014. Consulté le 14 novembre 2017.

Puzzanghera, J. (2013) «La Chine demande que le dollar soit remplacé comme monnaie de réserve mondiale», Los Angeles Times14 octobre 2013. Consulté le 14 novembre 2017.

Qiang, S. et Xiaokun, L. (2010) «La Chine et la Russie abandonnent le dollar», China Daily, 24 novembre 2010, consulté le 14 novembre 2017.

Qingqing, C. (2017) «L'essor des relations commerciales entre la Chine et la Russie», Le Global Times30 octobre 2017. Date de consultation: 12 novembre 2017.

Reuters Staff (2013) «UPDATE 4-Les puissances émergentes que la Chine et le Brésil se dirigent vers un commerce sans dollar», 26 mars 2013. Consulté le 14 novembre 2017.

Reuters Staff (2017) «La Russie est le premier fournisseur de pétrole de la Chine pour le quatrième mois consécutif en juin, sa plus longue séquence jamais réalisée» Reuters24 juillet 2017. Récupéré le: 9 novembre 2017.

Reuters Staff (2017) «Le Venezuela publie les prix du pétrole en devise chinoise pour éviter le dollar américain», Reuters, 15 septembre 2017. Récupéré le 6 novembre 2017.

Saul, J. et Hafezi, P. (2014) «L'Iran et la Russie s'emploient à conclure un accord de 20 milliards de dollars contre du pétrole contre des marchandises - sources», Reuters2 avril 2014. Consulté le 14 novembre 2017.

US Energy Information Administration, Annual Energy Outlook 2017, 5 janvier 2017.

Valantin, J. (2016) «L'Iran, la Chine et la nouvelle route de la soie», The Red (Team) Analysis Society4 janvier 2016. Récupéré le: 14 novembre 2017.

Valantin, J. (2016) «La Chine, la Russie et la nouvelle route de la soie en Asie centrale: la grande co-autonomisation», The Red (Team) Analysis Society7 mars 2016. Consulté le 14 novembre 2017.

Wong, A. (2016) «L'histoire inédite derrière le secret de la dette américaine de l'Arabie saoudite, qui a duré 41 ans», Bloomberg31 mai 2016. Date de consultation: 14 novembre 2017.

Wong, E. et Singer, N. (2011) «Accord de change pour le Japon et la Chine», Le New York Times26 décembre 2011. Consulté le 14 novembre 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont utilisées.

FR
EN FR