Le 7 mars 2017, le lieutenant général Liu Guozhi de la Commission des sciences et des technologies de la Commission militaire centrale a déclaré que "l'intelligence artificielle ... entraînera des changements fondamentaux, et même une profonde révolution militaire". (Wang Liang et al., "Liu Guozhi, député du NPC : L'intelligence artificielle va accélérer le processus de transformation militaire“, CNR Militaire7 mars 2017). Cette déclaration prévoyait l'effort national massif de la Chine pour devenir le leader mondial de l'intelligence artificielle (IA), lancé en juillet 2017 avec le "Plan de développement de l'intelligence artificielle de nouvelle génération” (新一代人工智能发展规划) et son plan d'investissement de 150 milliards de dollars (Sarah Hsu, "La Chine investit massivement dans l'intelligence artificielle et pourrait bientôt rattraper les États-Unis”, Forbes3 juillet 2017). Entre-temps, toujours en 2017, le Laboratoire national chinois d'ingénierie pour la technologie de l'apprentissage profond a été officiellement créé (Meng Jing, "Le premier "laboratoire d'apprentissage profond" de Chine intensifie le défi lancé aux États-Unis dans la course à l'intelligence artificielle », South China Morning Post, 21 février 2017).

Spoutnik / Sergey Pivovarov - "Juste à temps pour Noël : Trois robots de combat chinois dévoilés à Pékin" - 08.12.2015 - Cliquez ici pour accéder à l'article

En attendant, les entreprises chinoises développent également des robots à intelligence artificielle à l'échelle industrielle. En d'autres termes, la Chine intègre le développement de l'IA et, dans la même dynamique, développe ce qu'Hélène Lavoix définit comme sa "puissance IA" et sa "gouvernance IA" (Hélène Lavoix "L'intelligence artificielle - forces, moteurs et enjeux"et "L'intelligence artificielle au service de la géopolitique - Présentation de l'IA" et dans "Intelligence artificielle et apprentissage approfondi - Le nouveau monde de l'IA en devenir”, The Red Team Analysis Societyle 26 mars 2018).

C'est dans ce contexte que la militarisation chinoise de l'IA a lieu : l'armée chinoise développe rapidement l'intégration de l'IA à ses capacités de projection de forces aériennes, maritimes, terrestres, cybernétiques et spatiales. Ce processus est géré grâce à une relation militaro-civile très étroite établie entre l'Armée populaire de libération (APL) et les laboratoires de recherche-développement civils et les entreprises industrielles (Elsa B. Kania dans "La trajectoire de l'APL de la guerre informatisée à la guerre "intelligentifiée”, Le pont8 juin 2017). Cette militarisation de l'IA nous amène à nous interroger sur les conséquences de ce processus, non seulement en termes opérationnels, mais aussi en termes de stratégie et de grande stratégie, c'est-à-dire au niveau où se croisent les intérêts politiques, économiques et stratégiques.

Dans le premier article de cette série, nous allons nous concentrer sur la façon dont l'APL travaille à l'intégration de l'IA aux systèmes d'armes. Ensuite, nous verrons comment ce processus est intégré dans le développement civil de l'IA et de la robotique par un processus de "fusion militaro-civile". Ensuite, nous nous interrogerons sur la signification stratégique de ce développement de l'IA par l'armée chinoise.

L'IA et les systèmes d'armes chinois

La Commission des sciences et des technologies de la Commission militaire centrale chinoise dirige les efforts de recherche et de développement de l'APL dans le domaine des systèmes non habités, et plus particulièrement dans les "systèmes non habités intelligents et les systèmes de systèmes" (Aleksandra Urman, "Des robots tueurs intelligents : L'avenir militaire de la Chine pourrait reposer sur l'intelligence artificielle”, Le poste de défense2 janvier 2018). Comme l'a souligné Elsa B. Kania, le développement chinois des systèmes non habités et de l'intelligence artificielle est étroitement lié à la recherche civile et aux développements et applications de l'IA ("Témoignage devant la Commission d'examen des questions économiques et de sécurité États-Unis/Chine : Les avancées chinoises en matière de systèmes sans pilote et d'applications militaires de l'intelligence artificielle - La trajectoire de l'APL vers une guerre sans pilote et "intelligente”, Te Groupe de stratégie à long terme, 23 février 2017).

Par exemple, en 2016, la China Electronics Technology Group Corporation a réussi à faire fonctionner un essaim de soixante-dix petits véhicules aériens sans pilote (UAV). Ces drones ont été exploités de manière autonome. En 2017, la même société a affirmé avoir réussi à lancer un essaim de drones intelligents, dirigé par un contrôle autonome au sol et des réseaux ad hoc (cependant, la société n'a pas divulgué d'informations sur la date et le lieu de ce test, voir Jon Walker, "Véhicules aériens sans pilote (UAV) - Comparaison entre les États-Unis, Israël et la Chine”, Techemergencele 1er septembre 2017).

La Chine annonce des réductions de troupes lors du défilé de la Seconde Guerre mondiale (capture d'écran) 201591801334

La même dynamique s'applique à la recherche-développement de "missiles intelligents". Par exemple, la China Aerospace Science and Industry Corporation (CISCA) travaille sur le développement de futurs missiles de croisière avec un très haut niveau d'automatisation et d'intégration de l'IA (Zhao Lei, "La prochaine génération de missiles de la nation doit être très flexible”, China Daily, 2016-08-19). Le commandement et le contrôle pourraient même être exercés en temps réel, tandis que les tâches et les cibles des missiles pourraient être modifiées en cours de vol. Wang Changqing, directeur du département de conception générale de la troisième académie de la CISCA, souligne que

"L'intelligence artificielle pourrait permettre aux missiles d'avoir des capacités avancées en matière de détection, de prise de décision et d'exécution de missions, notamment en acquérant un certain degré de "cognition" et la capacité d'apprendre... De plus, nos futurs missiles de croisière auront un très haut niveau d'intelligence artificielle et d'automatisation" (Zhao Lei, ibid).

L'APL développe et teste également d'autres types de véhicules sans pilote pour l'armée de terre et la marine, tels que des drones de reconnaissance et des sous-marins sans pilote (Stephen Chen, "Le plan de la Chine pour utiliser l'intelligence artificielle afin de renforcer les capacités de réflexion des commandants de sous-marins nucléaires“, South China Morning Post4 février 2018).

Pendant ce temps, la militarisation de l'IA est étudiée pour son potentiel dans les opérations du cyberespace. Cette réflexion est menée par la Strategic Support Force, dédiée à la guerre électronique, afin d'utiliser des drones équipés de capteurs pour capturer des signaux électroniques et pour soutenir les missions de guerre électronique (William Carter, "Déclaration devant le sous-comité de la commission des services armés de la Chambre des représentants sur les menaces et les capacités émergentes "Les avancées chinoises dans les technologies émergentes et leurs implications pour la sécurité nationale des États-Unis".”, SCRS9 janvier 2018).

L'accent mis sur l'autonomie est une question cruciale pour le développement des véhicules militaires sans pilote et des systèmes d'armes, en raison de la complexité et de la dangerosité potentielle de l'environnement dans lequel ils peuvent devoir fonctionner. Il faut rappeler que, désormais, ces missions couvriraient les domaines du renseignement, de la surveillance et de la reconnaissance, des liaisons de données et des capteurs pour la collecte de données (Jean-Michel Valantin, "Le robot sino-russe et la coopération spatiale (1)- Chine”, The Red Team Analysis Society8 janvier 2018).

La fusion civilo-militaire de l'AI-robotique

Ces développements sont étroitement liés aux progrès réalisés dans la recherche civile, notamment dans la manière dont les robots dotés d'une intelligence artificielle peuvent exécuter des tâches d'une complexité croissante, (Jean-Michel Valantin, "La révolution de l'intelligence artificielle chinoise”, The Red Team Analysis Societyle 13 novembre 2017). La Chine, outre les entreprises privées américaines, est à l'avant-garde de la double dynamique du développement des robots et de l'intelligence artificielle (Ma Si "Des robots pour mieux comprendre le monde”, China Daily, 2017-09-25).

Les énormes progrès réalisés dans le domaine de la robotique de l'IA conduisent à la "fusion civilo-militaire" chinoise dirigée par l'APL et par le gouvernement chinois grâce à l'implication personnelle du président Xi Jinping, qui soutient massivement l'intégration de l'IA par l'armée chinoise ("Le Chinois Xi appelle à une intégration civilo-militaire plus étroite pour renforcer la combativité de l'armée“, Xinhuanet, 2015-03-12). La "fusion civilo-militaire" permet aux militaires chinois de bénéficier des développements accompagnant la dynamique alliant robotique et IA (Lorand Laskai, "Fusion civilo-militaire et poursuite de la domination de l'APL dans les technologies émergentes », La Fondation JamesTown9 avril 2018).

Cette dynamique a été officiellement définie par le gouvernement dans le rapport "Made in China" de 2015, qui fait état de la volonté politique nationale de faire de la Chine le leader international, entre autres, dans les domaines de la voiture électrique/intelligente, des technologies de l'information, des équipements aérospatiaux, des machines agricoles, qui sont tous liés à l'IA et à la robotique, considérée en fait comme un sous-domaine de l'IA ("Fabriqué en Chine 2025” Plan, Le Conseil d'État de la République populaire de Chinele 19 mai 2015 et Jean-Michel Valantin, "Chine : Vers la révolution écologique numérique ?”, The Red Team Analysis Society22 octobre 2017 ; Hélène Lavoix, "L'intelligence artificielle au service de la géopolitique - Présentation de l'IA“, The Red Team Analysis Society27 novembre 2017).

Xi Jinping mars 2017

Cette politique soutient les partenariats géants ainsi que les fusions et acquisitions entre les entreprises chinoises et les principales entreprises étrangères. Par exemple, la gigantesque entreprise chinoise de robotique Midea a maintenant acquis le géant allemand de la robotique industrielle Kuka (Li Xuena, Wang Cixin, Zhang Boling, "Les usines chinoises construisent une nation de robots”, ChinaFile10 mars 2015). En d'autres termes, en développant littéralement une main-d'œuvre robotisée coordonnée par de multiples niveaux d'IA, la Chine s'installe à l'avant-garde de la productivité industrielle "intelligente" à l'échelle mondiale (Jane Perlez, Paul Mozur, Jonathan Ansfield, "La technologie chinoise pourrait bouleverser l'ordre commercial mondial”, Le New York Times7 novembre 2017). En 2017 seulement, la Chine a produit plus de 120 000 robots ("La Chine produit plus de 100 000 robots industriels au cours des dix premiers mois”, Global Times, 2017/12/13). Ces développements sont "canalisés" afin de favoriser l'intégration civile et militaire de l'IA et les transferts de technologie des développements civils vers les militaires ("Military-Civil Integration Development Committee Established", Xinhua, 23 janvier 2017, http://news.xinhuanet.com/finance/2017-01/23/c_129458492.htm).

Clausewitz et l'"intelligentisation" de l'Armée populaire de libération

Le développement des liens entre l'IA et les robots, dont les drones, et les systèmes d'armes ne se limite pas à l'intégration de ces systèmes non habités et "intelligents" dans l'arsenal de l'APL. L'APL réfléchit à la manière dont la militarisation de l'IA pourrait conduire à ce que le lieutenant général Liu Guozhi qualifie d'"entrée dans l'ère de l'intelligentification" pour l'APL (Elsa B. Kania, Singularité du champ de bataille : Intelligence artificielle, révolution militaire et future puissance militaire de la ChineCenter for a New American Security, novembre 2017).

Par conséquent, il est fort probable que l'APL étudie de près le potentiel stratégique qui pourrait résulter de l'intégration de l'IA à tous les niveaux de l'armée, ainsi que de la conduite des opérations de guerre. En d'autres termes, l'intégration de l'IA pourrait déclencher une transformation de l'APL, qui passerait de la guerre "informatisée" actuelle, basée sur la circulation de l'information à travers des réseaux informatisés, à des opérations de guerre "intelligentifiées". Ces dernières impliqueraient la gestion d'opérations par des véhicules aériens, terrestres et maritimes dirigés par l'IA, par des unités entières dirigées par l'IA, ainsi que par des unités de cyberguerre dirigées par l'IA (Kania, "La trajectoire de l'APL de la guerre informatisée à la guerre "intelligentifiée”, Le pont8 juin 2017).

Cependant, ces capacités sont spécifiques au niveau tactique. Il est possible que l'APL réfléchisse également à la manière dont l'IA pourrait être intégrée dans ses capacités de commandement et de contrôle. Cela est signalé par certains articles rédigés par des officiers et des chercheurs chinois (Elsa B. Kania, Singularité du champ de bataille :Artificial Renseignement, révolution militaire et future puissance militaire de la ChineCenter for a New American Security, novembre 2017). Cette intégration de l'IA à ce niveau de commandement pourrait constituer un puissant soutien à la coordination et au processus de décision communs. Le lien entre ces différents niveaux militaires de l'IA pourrait ainsi transformer l'IA et la technologie alimentée par l'IA en une nouvelle façon de gérer le niveau stratégique de la gestion des opérations de tout un théâtre d'opérations (Edward Luttwak, Sla tratégie, la logique de la guerre et de la paix, 1987).

S'appuyant sur l'idée d'"AI-power" d'Hélène Lavoix, cette évolution possible de l'armée chinoise nous amène à suggérer que l'APL développe actuellement sa propre "AI-firepower". Cette nouvelle "AI-puissance" chinoise doit être comprise non seulement en termes militaires et tactiques, mais aussi en termes stratégiques. À cet égard, Carl von Clausewitz définit le rôle de l'armée comme un outil de guerre et établit que "la guerre ... est un acte de violence destiné à contraindre notre adversaire à accomplir notre volonté". Clausewitz (Carl von Clausewitz, Sur la guerreLivre 1, chapitre 1, 1 832, Penguin Classics, Londres, p.101). En tant que telle, la guerre est un duel de volontés par l'exercice de la coercition, qui peut être imposée sous les nombreuses formes des capacités militaires.

Ainsi, d'un point de vue clausewitzien, l'IA pourrait augmenter considérablement la capacité de coercition de l'application de la volonté militaire et politique chinoise grâce à la capacité accrue de violence militaire physique, électronique et informationnelle qu'elle pourrait rassembler et projeter sur ses opposants. En d'autres termes, grâce à l'intelligentification de l'armée chinoise, la "puissance de feu de l'IA" chinoise pourrait devenir une "extension" et un renforcement de la volonté politique chinoise, et ainsi participer pleinement à la nouveauté de l PLANS Ningbo (DDG-139)"gouvernance de l'IA", telle que définie par Hélène Lavoix, et de la puissance géopolitique chinoise (Hélène Lavoix, "L'intelligence artificielle au service de la géopolitique - Présentation de l'IA” (accès ouvert), The Red Team Analysis Societyle 27 novembre 2017).

Si nous utilisons la perspective clausewitzienne, il semble que la façon dont l'APL envisage l'intégration de l'IA à ses capacités, et éventuellement à ses opérations, pourrait faire de l'IA un multiplicateur de force, de rapidité et de précision, qui serait ainsi appliqué à ce qui est aujourd'hui un énorme appareil militaire en pleine expansion (Gavin Fernando, "La Chine augmente ses dépenses militaires à 224 milliards par an”, News.com6 mars 2018). Cette évolution militaire a lieu aussi bien dans le monde physique que dans le monde cybernétique.

Dans le prochain article, nous examinerons les implications de ce processus d'intelligentisation en termes de stratégie et de géopolitique chinoises et ce que cela signifie pour le nouveau monde AI (Hélène Lavoix, "L'intelligence artificielle au service de la géopolitique - Présentation de l'IA”, The Red Team Analysis Societyle 27 novembre 2017).

Image en vedette : Vue générale de la fosse n°1 du musée de Xi'an, Guerriers en terre cuite, par StormyDog101, Domaine public, PixaBay

À propos de l'auteurJean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Géopolitique de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et sécurité de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Rejoindre la conversation

1 commentaire

  1. Article fascinant sur l'approche chinoise pour diriger l'intégration de l'IA à travers les domaines militaires et géopolitiques et les environnements opérationnels de la mer, de l'air, de la terre, de l'espace et de l'éther. Il est évident que les Chinois prennent à cœur le commentaire de B. H. Lidell Hart selon lequel "une satisfaction suffisante des connaissances actuelles est le principal obstacle à la poursuite de la connaissance".

    Dans un monde en mutation rapide et dans des environnements opérationnels en expansion, et confrontés à des problèmes démographiques à long terme très importants, les Chinois semblent investir dans l'IA et en tirer parti pour améliorer non seulement leur capacité de production, mais aussi pour remplir le rôle historique des masses asiatiques en guerre en tant que contrepoids aux autres grandes puissances.

    Les deux grandes puissances historiques concurrentes de la Chine, des États-Unis et de la Russie, ont des approches différentes et évolutives de l'IA et du monde cybernétique. L'histoire de la Russie remonte peut-être à la première attaque de brouillage radio par "déni de service" d'un opérateur radio à éclateur à Port Arthur, lors du bombardement japonais de 1904, qui a empêché de manière innovante les observateurs japonais de transmettre des corrections pour le feu des croiseurs Kasuga et Nisshin.

    Depuis lors, bien entendu, diverses approches de la cyberguerre et des attaques ont été développées et mises en œuvre par diverses organisations russes, militaires, de renseignement, et éventuellement criminelles ou commerciales, afin de soutenir des actions militaires et d'influencer l'activité politique, depuis l'Estonie, la Géorgie, l'Ukraine, et d'autres attaques programmées pour apparemment fermer l'internet et les infrastructures financières en conjonction avec des activités physiques ou politiques telles que des votes sur des sujets intéressant la Russie .

    Aux États-Unis, comme le fait remarquer le Dr Valantin, les entités commerciales semblent montrer la voie, alors que les bureaux de l'armée de la 24e armée de l'air au bureau exécutif du programme de l'armée pour la simulation, la formation et l'instrumentation (PEO STRI) essaient des approches pour mieux intégrer les développements commerciaux dans la capacité militaire. Bien que les commentaires d'Elon Musk, Bill Gates et Stephen Hawking sur l'IA puissent ralentir certains efforts publics de développement de l'IA aux États-Unis, l'amélioration et la synergie catalytique de l'apprentissage machine, des systèmes distribués et des grandes données avec l'analyse vont certainement entraîner des changements incroyables au cours des 20 prochaines années.

    Alors que les grandes puissances actuelles rivalisent à l'échelle mondiale pour définir leur espace dans ces environnements opérationnels, et qu'une grande partie du monde connaît un développement fulgurant induit par ces technologies, ces puissances ont des approches différentes de la pensée humaine, de la prise de décision, des intelligences artificielles et des limites éthiques qui leur sont imposées, ce qui se traduira probablement par des résultats très différents. Cela se manifestera en particulier dans l'écosystème mondial complexe, alors que d'autres puissances voisines de ces trois puissances actuelles tenteront de survivre et de développer leur propre espace opérationnel.

    Alors que de plus en plus de nos vies deviennent virtuelles, que nous communiquons avec des "amis" du monde entier, que nous gérons virtuellement les richesses, que nous nous approvisionnons en ligne en toutes sortes de logistiques, de la nourriture aux logiciels, et que nous réalisons des transports locaux via Uber, la capacité à contrôler cette infrastructure et ces liens virtuels devient plus puissante dans un monde interdépendant et interconnecté. Si ces technologies puissantes peuvent améliorer considérablement la qualité de vie et l'efficacité du marché, elles réduisent également l'autosuffisance distribuée. La perte de ce contrôle peut rapidement donner à une population un sentiment d'impuissance. Encore une fois, comme l'a déclaré B.H. Liddell Hart, "L'impuissance induit le désespoir, et l'histoire atteste que c'est la perte de l'espoir et non la perte de vies qui décide de la question de la guerre".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR