Impact sur les enjeux et les incertitudes

➚➚ L'escalade de la course à la puissance IA, notamment entre les États-Unis d'une part, la Chine et, dans une moindre mesure, la Russie d'autre part.

➚➚ Redessiner la carte du pouvoir dans le monde en fonction de l'état du pouvoir de l'AI

➚➚ L'incertitude croissante concernant le monde émergent de l'influenza aviaire

Élargissement possible de la gamme de réponses, y compris une réponse non létale à la menace nucléaire
➚ Nécessité de revoir et de repenser la dissuasion nucléaire, les frappes nucléaires préventives

➚ Rééquilibrage de l'énergie nucléaire en fonction de la présence ou non de systèmes AI efficaces de détection de lancement de missiles nucléaires

L'influence et la capacité des États-Unis en matière d'I.A.
➚➚ L'influence des États-Unis risque de ne pas être maîtrisée
➚ La capacité des États-Unis à endiguer un éventuel déclin et, par conséquent
➘ Les États-Unis se sentent menacés, ce qui est peut-être un facteur de stabilisation mondiale

 Potentiel d'escalade de la tension États-Unis - Chine

Faits et analyses

Selon Phil Stewart pour Reuters, le Pentagone américain mènerait une série de recherches dans divers systèmes d'intelligence artificielle (IA) visant à anticiper les lancements de missiles nucléaires et ainsi à mieux protéger les États-Unis.

L'objectif serait de permettre une détection très précoce, par exemple par le suivi de signaux très faibles, afin de permettre l'élaboration d'une réponse appropriée dans l'ensemble du gouvernement, y compris sur le plan diplomatique.

Liens connexes

Notre série en cours : L'intelligence artificielle du futur - Un monde en puissance

"Certains responsables pensent que des éléments du programme de missiles AI pourraient devenir viables au début des années 2020".

Un seul de ces efforts de recherche - parmi les nombreux autres - a pu être identifié dans le budget de l'année prochaine comme atteignant $83 millions, c'est-à-dire triplé par rapport aux budgets précédents.

Compte tenu des craintes persistantes ou croissantes de voir l'utilisation de l'IA entrer dans le domaine des armes nucléaires, et de la précipitation des ravages nucléaires, la décision finale sur l'action à mener resterait du ressort des humains.

En conséquence, et comme prévu, la course à la puissance IA prend forme et se propage. En outre, c'est un exemple de la façon dont cette course à la puissance IA est de plus en plus susceptible de se dérouler, y compris dans le domaine de la sécurité conventionnelle, en fait en termes d'armes de destruction massive (ADM). Une fois que ces systèmes d'IA seront opérationnels, la stratégie et la doctrine devront être révisées. Les capacités d'IA en termes de détection des tirs de missiles nucléaires pourraient modifier profondément l'idée de destruction mutuelle assurée, tout en réexaminant les frappes préventives : ceux qui bénéficient des systèmes d'IA pourraient avoir un avantage tellement supérieur en termes de préemption, que la possibilité même de représailles pourrait être niée ou fortement réduite. L'équilibre des pouvoirs serait alors fondamentalement modifié.

Source et signal

Article original sur Reuters : Le Pentagone a un programme secret d'IA pour trouver des missiles nucléaires cachés

Au plus profond du Pentagone, un programme secret d'IA pour trouver des...

WASHINGTON (Reuters) - L'armée américaine augmente ses dépenses dans un effort de recherche secret visant à utiliser l'intelligence artificielle pour aider à anticiper le lancement d'un missile à capacité nucléaire, ainsi que pour suivre et cibler des lanceurs mobiles en Corée du Nord et ailleurs.

 

Bibliographie connexe sélectionnée

Edward Geist, Andrew J. Lohn, Comment l'intelligence artificielle peut-elle influer sur le risque de guerre nucléaire ?, RandLe Conseil de l'Union européenne a adopté une résolution sur le sujet en avril 2018.

—-

Image en vedette : Image satellite du Pentagone, [domaine public], via Wikimedia Commons.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR