Ce site web est axé sur l'anticipation de toutes les questions relatives aux risques et incertitudes politiques et géopolitiques, à la sécurité nationale et internationale, aux questions de sécurité traditionnelles et non traditionnelles ou, pour utiliser une approche militaire, à la sécurité conventionnelle et non conventionnelle[1]. En d'autres termes, nous traiterons de toutes les incertitudes, risques, menaces, mais aussi opportunités, qui ont un impact sur la gouvernance et les relations internationales, des pandémies à l'intelligence artificielle en passant par les technologies perturbatrices, de l'énergie au changement climatique, de l'eau aux guerres. Cette activité peut être appelée plus spécifiquement prospective et alerte stratégique (SF&W) ou gestion des risques, même s'il existe de légères différences entre les deux. La définition que nous utilisons s'appuie sur la pratique et les recherches des experts et praticiens de longue date Fingar, Davis, Grabo et Knight.

Définition de la prospective et de l'alerte stratégiques - Gestion des risques liés aux incertitudes stratégiques

"La prévision et l'alerte stratégiques (gestion des risques liés aux incertitudes stratégiques) est un processus organisé et systématique visant à réduire l'incertitude quant à l'avenir, qui a pour but de permettre aux responsables politiques et aux décideurs de prendre des décisions avec un délai suffisant pour que ces décisions soient mises en œuvre au mieux". (Fingar, Davis, Grabo et Knight)

D'une manière générale, elle s'inscrit dans le domaine de l'anticipation - ou des approches du futur, qui comprend également d'autres perspectives et pratiques centrées sur d'autres thèmes.

Le programme SF&W peut emprunter des idées et des méthodologies à ces approches, tout en les adaptant à son objectif spécifique, et c'est ce qu'il fait. Par exemple, un pays comme Singapour, avec son Évaluation des risques et analyse d'horizon - Bureau du programme RAHSqui fait partie de la Secrétariat de coordination de la sécurité nationale au Cabinet du Premier ministre, utilise un mélange de la plupart de ces perspectives, les retravaille et les combine pour ses propres besoins, tout en créant et en concevant des outils, des méthodologies et des processus originaux. En outre, divers acteurs utilisent également des noms différents pour les SF&W, ou des approches très similaires. Il est donc important de clarifier la signification des différents labels et noms, même si les frontières entre les catégories sont souvent floues.

Nous trouvons, par ordre alphabétique (le point "Système d'alerte précoce" se trouve sous la rubrique "Alerte") :

Futures études (aussi futurologie)

Les études de prospective (également la futurologie), pratiquées par les futuristes, se sont développées depuis les années 1960. Elle a, au départ, comme principal marché les organisations à but lucratif, c'est-à-dire les entreprises et les sociétés, bien qu'elle ait aussi de plus en plus tendance à fournir des services aux collectivités territoriales et aux agences de l'État, généralement dans des domaines sans rapport avec la sécurité (par exemple, l'urbanisme, l'éducation, l'avenir du travail, etc.) ). Compte tenu de la vision de ses pères fondateurs et des textes connexes, elle tend à se caractériser par une vision utopique favorable à la paix, une insistance sur l'intention humaine, une pluridisciplinarité spécifique axée sur l'économie et les affaires, la technologie, certaines parties de la sociologie et de l'anthropologie, la critique littéraire et la philosophie. Elle tend également à avoir été influencée par le post-modernisme. Il est le plus souvent enseigné dans les écoles de commerce ou dans le cadre de programmes de gestion, comme le L'école de Whartonde Turku Centre de recherche sur l'avenir de la Finlandeou le Université de HoustonCentre de recherche d'Hawaï pour les études prospectives semble être une exception à la règle puisqu'il fait partie du département des études politiques. Elle tend à être fortement ancrée dans une approche post-moderne.

Prévisions

La prévision fait généralement référence à l'utilisation de techniques quantitatives, notamment de statistiques, pour aborder l'avenir. Ce n'est cependant pas toujours le cas et, par exemple, Glenn et Gordon dans leur étude exhaustive, Méthodologie de la recherche sur l'avenir, ont tendance à utiliser indifféremment les prévisions, les méthodes de prospective et la prévoyance. Comprendre la prévision comme une technique quantitative semble néanmoins être le sens le plus généralisé et le plus clair. Il s'agit d'un outil qui est ou peut être utilisé dans n'importe quelle discipline, par exemple la démographie. Elle est aussi parfois considérée comme la seule façon appropriée d'anticiper l'avenir. Il a alors tendance à ignorer ce qui a été développé dans d'autres domaines et les raisons de cette évolution comme la complexité du monde. De nombreuses approches de la prévision sont principalement axées sur les affaires et l'économie, bien que certaines parties des sciences politiques - notamment celles qui traitent des élections - ou plus rarement certaines parties des relations internationales utilisent également la prévision. On peut notamment se référer ici aux travaux de Philip Schrodtou de la Groupe de travail sur l'instabilité politique - PITF (financé par la CIA).

Prospective

La prospective, notamment en Europe, tend à être utilisée pour des approches de l'avenir axées presque exclusivement sur la science et la technologie, les innovations et la recherche et le développement, par exemple le Plate-forme européenne de prospective qui remplace le Réseau européen de surveillance de la prospective (EFMN), mais aussi ailleurs dans le monde. Si la prospective est destinée à être utilisée pour d'autres questions, elle est alors précisée : par exemple, la prospective en matière de sécurité.

Analyse d'horizon

Le balayage horizontal est utilisé principalement au Royaume-Uni et à Singapour - voir le post "Analyse d'horizon et surveillance pour l'anticipation" pour plus de détails.

Renseignements

Pour la CIA, "Réduit à sa plus simple expression, le renseignement est la connaissance et la prescience du monde qui nous entoure - le prélude à la décision et à l'action des décideurs politiques américains". (CIA, 1999 : vii). Il est à noter que Michael Warner (2002) fait référence à dix-huit définitions différentes du "renseignement". Il est donc plus large que le SF&W et devrait idéalement l'inclure, bien que la fonction SF&W puisse ou non faire partie du système de renseignement. Une différence majeure que l'on peut souligner entre le renseignement d'une part, et les SF&W d'autre part, est que le premier commence par et dépend des exigences des décideurs ou des responsables politiques, tandis que le second ne le fait pas (voir le Cycle SF&W).

Estimation du renseignement national

Aux États-Unis, les "National Intelligence Estimates" (NIE) "représentent un effort analytique coordonné et intégré au sein de l'entreprise de renseignement [américaine] et constituent les jugements écrits de la CI [communauté du renseignement] qui font le plus autorité en matière de sécurité nationale et d'estimation du cours des événements futurs" (ODNI, 2011: 7). Les NIE sont produits par la Conseil national du renseignement (NIC). Le site NIC est l'héritier du Board of National Estimates créé en 1950, qui s'est transformé en National Intelligence Officers en 1973 et qui est finalement devenu le National Intelligence Council, dépendant du directeur de la Central Intelligence, en 1979. Il fait partie du ODNI, Mission Intégration (MI) dirigé par le directeur adjoint du renseignement national pour l'intégration des missions, Edward Gistaro. Ils sont toutefois le résultat d'un effort et d'un processus collectifs. "Les NIE sont généralement demandées par des décideurs politiques civils et militaires de haut niveau, par des dirigeants du Congrès et sont parfois initiées par le Conseil national du renseignement (NIC)" (Estimation des renseignements nationaux - Iran : Intentions et capacités nucléaires, novembre 2007 - pdf). Ils peuvent utiliser ou non des méthodologies de prospective et d'alerte stratégiques, et sont généralement concernés par un calendrier à moyen terme (jusqu'à dix ans). La plupart du temps, les NIE sont classés, mais certains sont publics et peuvent être trouvés dans le Collection NIC (publique). Pour plus de détails sur le processus des NIE, lire, par exemple, Rosenbach et Peritz, "Estimations des services de renseignement nationaux,” 2009.

Évaluation du renseignement national

Les évaluations du renseignement national ou NIA sont des produits tels que les Évaluation de la communauté du renseignement sur la sécurité mondiale de l'eau (février 2012)ou le rapport 2008 Évaluation du renseignement national sur les implications du changement climatique mondial pour la sécurité nationale à l'horizon 2030. Selon Tom Fingar, ancien président du NIC, "La différence entre une NIA et la plus connue des estimations du renseignement national ou NIE s'explique brièvement par le fait qu'une NIA traite de sujets qui sont si lointains ou sur lesquels il y a si peu de renseignements qu'ils ressemblent davantage à des documents de réflexion étendus qu'à une analyse estimative. Les NIA s'appuient davantage sur des hypothèses soigneusement formulées que sur des faits établis". (Fingar, 2009 : 8). Tant les NIE que les NIA soulignent et évaluent la confiance qu'ils ont dans leurs propres jugements et évaluations, ce qui est rarement fait ailleurs et devrait être largement adopté.

La Prospective

La Prospective est l'équivalent français, au sens large, à la fois des approches de prospective et de la prospective stratégique (ou Strategic Futures). On peut notamment se référer aux travaux réalisés par Futuriblesqui se concentre sur le futurisme pour les entreprises, ainsi que sur l'enseignement dispensé à l CNAMnotamment axée sur l'innovation.

Gestion des risques

Gestion des risques 

La gestion des risques (initialement connue sous le nom d'analyse des risques[2]) est une approche de l'avenir qui a été développée par le secteur privé dans le domaine de l'ingénierie, de l'industrie, des finances et des évaluations actuarielles. Elle a commencé à être de plus en plus à la mode dans les années 1990. L'Organisation internationale de normalisation (ISO) la codifie aujourd'hui dans la famille ISO 31000 sous le label de la gestion des risques.[3] La gestion des risques reste principalement un outil du secteur privé avec ses besoins et priorités spécifiques, mais ces approches sont maintenant largement évoquées, intégrées et utilisées au sein des gouvernements. La gestion des risques comprend le contrôle et la surveillance, comme le renseignement, l'alerte stratégique et les SF&W.

Évaluation des risques

L'évaluation des risques est, comme défini dans la gestion des risques, le processus global d'identification, d'analyse et d'évaluation des risques. Elle tend également à être utilisée dans un sens plus large, comme dans le RAHS de Singapour, ou dans le plan quinquennal de la DIA américaine, lorsque cette dernière mentionne qu'elle "fournira une alerte stratégique et une évaluation intégrée des risques" (p.3).

Le risque politique

Le risque politique est le plus souvent pratiqué par de nombreux cabinets de conseil comme une analyse "classique" des conditions politiques dans un pays sans grande méthodologie, au contraire de ce qui devrait être fait.
Les cabinets de conseil traitant du risque et du risque politique traitent en fait assez souvent des "risques pour les infrastructures" et des risques opérationnels directs. Ici, nous sommes davantage dans le domaine des risques tactiques et de la collecte quotidienne de renseignements pour prévenir, par exemple, les attaques terroristes ou criminelles contre des bureaux ou des sites d'exploitation.

Gouvernance des risques

La gouvernance du risque est le label utilisé par la L'OCDE se penche sur la gestion des risques. Bien qu'ils aient commencé par se concentrer sur les risques économiques et infrastructurels, ils abordent maintenant risque tous risques. (Voir également la section Gestion stratégique des crises ci-dessous).

Science

Bien que cela ait tendance à être oublié dans les "cercles d'anticipation" - ou refusé par une partie du monde universitaire dans le cas des sciences sociales pour diverses raisons - la première discipline à s'occuper de l'avenir est la science, car elle ne peut être qualifiée comme telle que si elle a un pouvoir descriptif, explicatif et prédictif (avec bien sûr toutes les spécifications nécessaires et évidentes qui doivent être ajoutées au mot "prédiction", compte tenu notamment de la science de la complexité et de la nécessité d'oublier la prédiction de type boule de cristal 100% pour l'approche probabiliste plus réaliste).

Analyse stratégique

L'analyse stratégique est un terme qui peut être utilisé par diverses institutions, par exemple par l Unité de sensibilisation à la situation de la police de sécurité finlandaise (SUPO)et est définie par eux comme une "évaluation générale des changements dans l'environnement opérationnel, des incidents, des phénomènes ou des menaces" pour les décideurs". On le trouve également mentionné dans le plan quinquennal de la DIA dans le cadre des responsabilités en matière d'alerte stratégique. Il peut donc être considéré comme faisant partie des SF&W.

Anticipation stratégique 

L'anticipation stratégique est un terme vague qui peut être utilisé pour couvrir toutes les activités stratégiques liées à l'avenir.

Prospective stratégique

La prospective stratégique couvre l'anticipation stratégique pour les questions stratégiques conventionnelles et non conventionnelles comme nous le faisons, mais sans la composante d'alerte. Un exemple est le Institut Clingendaelun important groupe de réflexion sur les relations internationales et la sécurité utilise le terme Prospective stratégique pour son département et sa recherche correspondants.

Gestion stratégique des crises

La gestion stratégique des crises est l'étiquette utilisée par un département de la section de la gouvernance des risques de l'OCDE. Il cherche à traiter la gestion des crises au fur et à mesure qu'elles se produisent, mais pas seulement. Il couvre également exactement le même processus et les mêmes questions que celui que nous abordons ici, mais en le faisant au moment où la crise s'est produite ou pendant qu'elle se produit. Par conséquent, il tient compte de la tendance croissante des responsables politiques et des décideurs à attendre que la crise ait frappé pour commencer à penser à l'anticipation. Nous avons été fiers de prononcer l'un des deux discours principaux de leur atelier de 2015 s'est concentré plus particulièrement sur l'anticipation

Futurs stratégiques

Strategic Futures est un terme qui est utilisé dans le système de renseignement américain, par exemple avec le groupe Strategic Futures du NIC. Avant 2011, le Strategic Futures Group était appelé Long Range Analysis unit. Il contribue, outre les bureaux nationaux de renseignement, au processus global qui produit le Série Tendances mondiales du NIC (dernières tendances mondiales : Le paradoxe du progrès). Global Trends utilise toutes les méthodologies disponibles en fonction des besoins.

Renseignement, avertissement,

Strategic Futures peut être considéré comme synonyme de prospective stratégique, dans sa dimension exploratoire. Il peut également intégrer une dimension d'alerte, et dans ce cas, serait équivalent à la SF&W. En effet, il est intéressant de noter que le National Intelligence Council avait l'habitude d'avoir parmi ses agents de renseignement nationaux un agent de renseignement national pour l'alerte (comme le montre ici la version en cache de son site web public du 22 août 2010 - Ce bureau avait été créé par le Directeur du renseignement central Directive NO. 1/5, en vigueur le 23 mai 1979). Cet Office a ensuite disparu (comparer par exemple avec version en cache pour le 10 avril 2011), tandis que l'unité d'analyse à long terme a été rebaptisée en groupe de prospective stratégique.

Alerte stratégique

Si le National Office for Warning a disparu du NIC, l'alerte stratégique (également appelée Indications et Alerte), qui vise à éviter les surprises, reste néanmoins cruciale au sein du système de renseignement américain, comme le réaffirme notamment la DIA dans le Plan 2012-2017 (lire également Pellerin, DoD News, juillet 2012). La mission d'alerte stratégique de la DIA a été réaffirmée en juin 2018 dans "L'Agence de renseignement de la défense : un avertissement pour le 21e siècle” (Nouvelles du DoD). L'alerte stratégique couvre notamment "les méthodes et techniques de collecte et d'analyse prospective nécessaires, ... pour garantir que l'alerte est transmise avec précision et en temps utile". (p. 6). Il est très similaire, voire identique, à l'alerte stratégique, mais met l'accent sur l'aspect de l'alerte.

Dans la rubrique "Avertissement", on trouve également l'appellation qui est promue notamment par l'Union européenne, comme Systèmes d'alerte précoce (voir Conclusions du Conseil de 2011 sur la prévention des conflits dans le cadre du traité de Lisbonne - Article 21c), et qui tend à se concentrer essentiellement sur la prévention des conflits. Il convient de noter que les quatre étapes du processus (1/ analyse des situations à haut risque et des situations qui se détériorent, 2/ identification des pays "à risque" qui nécessitent une analyse et une action plus poussées de l'UE, 3/analyse comprenant la fixation d'objectifs explicites en vue d'actions préventives ou de consolidation de la paix à un stade précoce, 4/suivi des actions qui en résultent en termes d'impact sur les conflits (voir Fiche d'information de l'UE sur les SAP), au contraire de ce qui est promu dans le renseignement notamment pour des raisons éthiques y compris celles relatives au mandat démocratique détenu uniquement par les décideurs politiques (par exemple Fingar, Lecture 3, pp. 1-2, 6-7) intègre assez largement les réponses précoces dans son système. en attendant, les types d'actions disponibles sont prédéterminés et consistent en des actions "préventives ou de construction de la paix", bien que l'appellation large puisse laisser une certaine marge de manœuvre en termes d'établissement d'une stratégie efficace puis d'opérationnalisation de la réponse. Contrairement à d'autres approches, les SAP traitent exclusivement les conflits comme des problèmes.

Les spécificités mêmes de l'Union européenne en ce qui concerne l'évolution de ses institutions, la manière dont les décisions sont prises et les compétences (voir Compétences de l'UE) et les prérogatives de chacune de ses institutions selon les domaines, a de fortes influences sur l'approche promue pour les systèmes d'alerte précoce. Notamment la spécificité de la politique étrangère et de sécurité commune - PESC (voir Compétences spéciales de l'UE) est très contraignante pour la conception puis la pratique de l'alerte précoce. Enfin, la possibilité de voir la PESC évoluer vers une défense plus commune, compte tenu notamment des changements intervenus dans le contexte européen et international - après Brexit, élection du président américain Trump, élection du président français Macron, fervent partisan de l'UE - (par exemple Paul Taylor, "Le coup de foudre de Merkel pour la défense européenne", 30 mai 2017, Politico), est très susceptible d'entraîner des changements dans l'approche de l'UE en matière d'"alerte précoce".
Le document de novembre 2017 sur le SAP de l'UE sur les conflits explique l'objectif et le processus : Système européen d'alerte précoce en cas de conflit : Objectifs, processus et orientations pour la mise en œuvre - 2017

Intelligence stratégique

L'intelligence stratégique est un terme largement utilisé mais rarement défini que Heidenrich (2007) décrit comme "l'intelligence nécessaire pour créer et mettre en œuvre une stratégie, généralement une grande stratégie, ce que l'administration appelle une stratégie nationale. Une stratégie n'est pas vraiment un plan, mais la logique qui anime un plan". Selon la façon dont on comprend le renseignement et la sécurité, le renseignement stratégique et la prospective stratégique, ou plutôt dans ce cas-ci la prospective stratégique et l'alerte, se recoupent plus ou moins largement ; c'est le moins qu'on puisse dire, ils auront besoin l'un de l'autre.


1] "Non conventionnel", du point de vue du ministère de la défense, désigne les conditions et les contingences de sécurité nationale qui sont pertinentes pour la défense mais pas nécessairement spécifiques à la défense. Les défis de sécurité non conventionnels se situent en grande partie en dehors du domaine des combats de guerre traditionnels. Ils sont couramment d'origine et de caractère non militaire". Nathan Freier, Connues Inconnues : Les "chocs stratégiques" non conventionnels dans le développement de la stratégie de défense (Carlisle, PA : Peacekeeping and Stability Operations Institute and Strategic Studies Institute, U.S. Army War College, 2008), p.3.

[2] Il convient de noter que le Société pour l'analyse des risques considère l'évaluation et la gestion des risques comme faisant partie de l'analyse des risques.

La norme ISO31000 a été publiée pour la première fois en novembre 2009. Le site Guide ISO 73:2009 définit les termes et le vocabulaire utilisés dans la gestion des risques. Une nouvelle version des lignes directrices, ISO 31000:2018, Management du risque - Lignes directricesa été publié en février 2018. Les autres documents de l'ISO relatifs à la gestion des risques restent inchangés.


Bibliographie sélectionnée

Central Intelligence Agency (Office of Public Affairs), A Consumer's Guide to Intelligence, (Washington, DC : Central Intelligence Agency, 1999).

Davis, Jack "Alerte stratégique : Si la surprise est inévitable, quel rôle pour l'analyse ? Sherman Kent Center for Intelligence Analysis, Occasional Papers, Vol.2, Number 1 https://www.cia.gov/library/kent-center-occasional-papers/vol2no1.htm;

Fingar, Thomas, "Myths, Fears, and Expectations," Payne Distinguished Lecture Series 2009 Reducing Uncertainty : Intelligence and National Security, Lecture 1, FSI Stanford, série de conférences de la CISAC, 21 octobre 2009 et 11 mars 2009. 

Fingar, Thomas, "Anticiper les opportunités : Using Intelligence to Shape the Future," Payne Distinguished Lecture Series 2009 Reducing Uncertainty : Intelligence and National Security, Lecture 3, FSI Stanford, série de conférences de la CISAC, 21 octobre 2009.

Grabo, Cynthia M. Anticipating Surprise: Analysis for Strategic Warningsous la direction de Jan Goldman (Lanham MD : University Press of America, mai 2004).

Glenn Jerome C. et Theodore J. Gordon, Ed ; Le Projet du Millénaire : Futures Méthodologie de recherche, Version 3.0, 2009.

Heidenrich, John G. "L'état du renseignement stratégique", Etudes dans le domaine du renseignement, vol51 no2, 2007.

Chevalier, Kenneth Centré sur la prévoyance : Un entretien avec l'officier de renseignement national américain pour l'alerteSeptembre 2009, McKinsey Quarterly.

Pellerin, Cheryl, DIA Five-Year Plan Updates Strategic Warning Mission, American Forces Press Service, WASHINGTON, 18 juillet 2012.

Rosenbach, Eric et Aki J. Peritz, "National Intelligence Estimates", Mémo dans le rapport Confrontation or Collaboration ? Congress and the Intelligence Community, Belfer Center for Science and International Affairs, Harvard Kennedy School, juillet 2009.

Schrodt, Philip A., "Prévisions et éventualités : De la méthodologie à la politiqueDocument présenté lors du panel thématique "Utilité politique et recherche fondamentale" : Le problème du quadrant de Pasteur" à la Réunions de l'Association américaine de science politiqueBoston, 29 août - 1er septembre 2002.

Warner, Michael, "Wanted : A Definition of "Intelligence", Studies in Intelligence, Vol. 46, No. 3, 2002.

Image en vedette : Morris (Sgt), No 5 Army Film & Photographic UnitPost-Work : Utilisateur : W.wolny / Domaine public

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR