La nouvelle géopolitique du réchauffement de l'Arctique

De la géophysique à la géopolitique

2018 et 2019 constituent un tournant scientifique et géopolitique pour le réchauffement de la région arctique. Depuis 2013, les convois de marchandises chinois empruntent de plus en plus la route russe de la mer du Nord (Atle Staalesen, "Un pétrolier arctique chinois teste la glace de printemps le long de la côte russe éloignée », L'Observateur indépendant de Barents, 7 mai 2019). En effet, le réchauffement rapide de la région transforme ce passage en un espace navigable (Atle Staalesen, "L'hiver le plus chaud jamais enregistré sur la route maritime du Nord”, L'Observateur indépendant de Barentsle 28 mars 2019).

Disparition de la glace de mer arctique par Changement climatique de la NASA

Entre-temps, les autorités politiques, économiques et militaires russes ont lancé un vaste programme de développement des infrastructures, du transport maritime et de la défense de cette zone de 4500 km de long, reliant le détroit de Béring à la frontière entre la Russie et la Norvège (Jean-Michel Valantin, "Le réchauffement de l'Arctique russe : où convergent les intérêts stratégiques de la Russie et de l'Asie ?”, La société d'analyse rouge (Team)le 23 novembre 2016).

L'Amérique est de retour (dans l'Arctique)

Enfin, le 6 mai 2019, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo s'en est pris à la présence et à la politique de la Russie et de la Chine dans l'Arctique :

"Nous sommes préoccupés par la revendication de la Russie sur les eaux internationales de la route maritime du Nord, y compris ses plans récemment annoncés pour la relier à la route maritime de la soie de la Chine".

Mike Pompeo de Jennifer Anslen, "Pompeo : La fonte des glaces de mer "offre de nouvelles opportunités commerciales”, CNNLe 7 mai 2019.

L'affrontement entre les États-Unis et la Chine ne porte pas "seulement" sur le déficit commercial américain, mais aussi sur la politique de puissance dans un monde en réchauffement et en mutation.

En d'autres termes, le réchauffement de l'Arctique transforme cette région en la nouvelle frontière d'un nouveau moteur de la confrontation entre les États-Unis et la Chine. Il révèle que cette confrontation ne porte pas "seulement" sur le déficit commercial américain, mais qu'il s'agit également d'une question de politique de puissance dans un monde en réchauffement et en mutation.

1. Trois grandes puissances dans un Arctique qui se réchauffe

Le développement économique de l'Arctique russe a également été un sujet important lors du deuxième Forum de la ceinture et de la route, qui s'est tenu à Pékin du 25 au 27 avril 2019. Le président chinois Xi Jinping et le président russe Vladimir Poutine y ont échangé sur les investissements chinois et asiatiques nécessaires pour la prochaine phase de développement de la route maritime du Nord (NSR) (Atle Staalesen, "M. Putin intensifie les discussions avec Pékin sur le transport maritime dans l'Arctique”, L'Observateur indépendant de Barentsle 30 avril 2019).

Vers la "route de la soie polaire" sino-russe ?

De plus, Vladimir Poutine a fait passer le projet à la vitesse supérieure, en déclarant que la route maritime du Nord pourrait faire partie de l'initiative chinoise de ceinture maritime et de route. Cela impliquerait d'importants investissements chinois, afin de développer davantage les capacités logistiques et surtout de transbordement le long de la côte sibérienne (Staalesen, ibid).

Quelques jours plus tard, le 10 avril 2019, à Saint-Pétersbourg, le développement russe du réchauffement de l'Arctique a été un sujet central discuté lors du "Forum Arctique - Un territoire de dialogue". L'événement principal du forum a été une table ronde réunissant les quatre chefs de gouvernement de l'Arctique de la Norvège, de la Finlande, de la Suède et de l'Islande, organisée par le président Vladimir Poutine. Le sommet a attiré plus de 4000 personnes.

La table ronde entre les cinq dirigeants nationaux s'est concentrée sur le développement de meilleures relations politiques et commerciales (Atle Staalesen, " Un front nordique uni s'assied avec Poutine”, L'Observateur indépendant de BarentsLe 10 avril 2019.

Cela a été jugé nécessaire après les quatre années de relations difficiles qui ont suivi l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

De Finlande, avec moins d'amour

Comme il se produit, un mois plus tard, le 7 mai, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo s'est adressé aux participants du Conseil de l'Arctique en Finlande, de la de toutes les nations de la région arctique. Lors de son discours, il a déclaré que :

"L'Arctique est à la pointe de l'opportunité et de l'abondance, ... Il abrite 13 % du pétrole non découvert dans le monde, 30 % du gaz non découvert, une abondance d'uranium, de minéraux de terres rares, d'or, de diamants et des millions de kilomètres carrés de ressources inexploitées, La réduction constante de la glace de mer ouvre de nouveaux passages et de nouvelles possibilités de commerce, ... Cela pourrait réduire de 20 jours le temps nécessaire pour voyager entre l'Asie et l'Occident ... Les voies maritimes arctiques pourraient devenir les canaux de Suez et de Panama du 21e siècle".

Mike Pompeo de Jennifer Anslen, "Pompeo : La fonte des glaces de mer "offre de nouvelles opportunités commerciales”, CNNLe 7 mai 2019.

Cependant, Mike Pompeo a également axé sa déclaration sur la menace stratégique provenant La Russie et la Chine. Après avoir dénoncé la menace des sous-marins chinois dans les L'Arctique, a-t-il ajouté :

"Voulons-nous que l'océan Arctique se transforme en une nouvelle mer de Chine méridionale, marquée par la militarisation et des revendications territoriales concurrentes ? »

Mike Pompeo d'Anslen, ibid.

Cette remarque révèle comment l'Arctique, qui a été une "frontière perdue" de la géopolitique américaine pendant des décennies, devient aujourd'hui un pôle d'attraction pour la stratégie américaine. Ceci est dû à la puissante combinaison de la déstabilisation géophysique de la région et de la présence maritime, commerciale et politique chinoise sur place (Jean-Michel Valantin, "Arctique : les États-Unis ont perdu leur frontière ?”, L'analyse rouge (équipe)14 juillet 2014).

2. Commerçants et soldats au bout de la glace

L'OTAN dans la froid

Il faut noter que les remarques du secrétaire Pompeo font suite aux premières manœuvres de l'OTAN dans l'Arctique, appelées "Trident Juncture 2018". Ces manœuvres ont mobilisé 50.000 soldats, 150 avions, 10.000 véhicules terrestres et 60 navires de guerre (Christopher Woody, "L'US Navy se rapproche de la Russie dans des conditions de gel et prévoit de rester sur place.“, Initié aux affairesLe 7 novembre 2018. Ils étaient centrés sur la Norvège et l'Islande, où des exercices de débarquement, de déploiement et de combat ont eu lieu.

Ils ont été menés pour démontrer la capacité de réaction contre un adversaire hypothétique et anonyme qui mettrait en danger un autre membre de l'OTAN dans la région arctique. Cet "anonymat" officiel n'a pas empêché la Russie de protester officiellement contre cet exercice militaire se déroulant très près de ses frontières terrestres et maritimes (Christopher Woody, "La Russie mène ses exercices de missiles au coude à coude avec les plus grands jeux de guerre de l'OTAN depuis des années”, Initié aux affaires31 octobre 2018).

Il se trouve qu'en termes militaires et géo-économiques, la jonction Trident pourrait très bien être comprise comme une "déclaration". Elle "exprime" ou "rappelle" la capacité potentielle de l'OTAN à "bloquer" l'extrémité nord-atlantique de la route maritime du Nord.

Ce "duel avec trois parties prenantes" redessine les cartes de la mondialisation. Il s'agit notamment vrai étant donné la montée de la convergence économique et militaire de la Russie et Chine.

Le Russe le réchauffement de l'Arctique, un attracteur asiatique

Le réchauffement de la L'Arctique russe a des conséquences géopolitiques et commerciales gigantesques, parce que les effets mêmes du changement climatique sont transformés en un moteur de la Le pouvoir d'attraction de la Russie (Joe Romm, "Arctique Mise à jour de la spirale de la mort : ce qui se passe dans l'Arctique a des répercussions partout ailleurs“, Penser au progrès3 mai 2016). Par exemple, la L'entreprise énergétique Novatek construit l'énorme usine de GNL de Yamal, visant à produisant plus de 16,5 millions de tonnes de GNL par an (Oksana Kobzeva, "La Russie Yamal LNG est sur la bonne voie et respecte le budget, selon M. Novatek”, Reuters5 septembre 2016). 

Parallèlement, la Chine développe également des opérations pétrolières et gazières offshore dans l'espace économique russe exclusivement par le biais de la coopération avec des entreprises russes (Atle Staalesen, "La compagnie pétrolière chinoise s'intéresse au GNL russe de l'Arctique”, L'Observateur indépendant de Barents14 juin 2018) . Dans le même temps, elle construit une flotte de brise-glaces afin d'ouvrir la "route de la soie polaire".

Grâce à la puissante attraction exercée par la combinaison stratégique russe des opérations d'extraction de pétrole et de gaz dans l'Arctique avec le développement de la route maritime du Nord, son intégration continentale se fait sentir dans toute l'Asie. Cette attraction s'exerce sur les acteurs publics et privés dans les secteurs de l'énergie, du transport maritime, des chemins de fer et autres secteurs d'activité. Certains des principaux investisseurs sont originaires de Chine, d'Inde, du Japon, de Corée du Sud, de Thaïlande et du Vietnam (Jean-Michel Valantin, "Le réchauffement de l'Arctique russe : où convergent les intérêts stratégiques de la Russie et de l'Asie ?”, La société d'analyse rouge (Team)le 23 novembre 2016).

3. De la guerre commerciale à la guerre du froid ?

Vers un rhume guerre commerciale ?

En d'autres termes, Mike Pompeo transpose dans la région arctique les tensions qui naissent entre les États-Unis et la Chine depuis le début de la guerre commerciale en mars 2018, lorsque l'administration Trump a imposé de nouveaux droits de douane sur 50 à 60 milliards de marchandises chinoises. Elle a été suivie par de nouveaux droits de douane sur 200 milliards de dollars de marchandises chinoises en septembre 2018. Et une nouvelle hausse de 25% sur les marchandises chinoises pourrait suivre en mai 2019 (Sujet "Guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine”, Le Morning Post de la Chine du Sud).

La montée du néo-mercantilisme

Cependant, cette transposition de la guerre commerciale dans l'Arctique ne concerne pas "simplement" les tarifs. Il s'agit également du déploiement de la puissance maritime commerciale et potentiellement militaire chinoise dans tout l'Arctique. De là, elle "coule" également dans la région atlantique américaine et européenne. D'un point de vue géopolitique, cela signifie que les États-Unis sont conscients que la Chine pourrait tenter de compenser les effets de la guerre commerciale américaine. Et cette tentative pourrait avoir lieu par le biais de la croissance de ses relations commerciales avec l'Europe par le biais du NSR russe.

Vers une mer chaude / théâtre d'opérations en mer froide ?

En d'autres termes, le réchauffement de l'Arctique étend la confrontation entre les États-Unis et la Chine à l'Arctique. La comparaison faite par le secrétaire Pompeo entre la région arctique et la mer de Chine méridionale est importante.

Relier la mer de Chine méridionale au réchauffement de l'Arctique

En effet, il souligne que les États-Unis pourraient potentiellement étendre leur propre puissance maritime vers la mer de Norvège et l'océan Arctique. Cela pourrait se produire d'une manière similaire à l'installation de la puissance maritime américaine dans la mer de Chine méridionale depuis la Seconde Guerre mondiale. Il se trouve que les navires de la Septième flotte revendiquent régulièrement le droit des États-Unis à naviguer sur cette mer très contestée, notamment entre le Japon et la Chine (Jean-Michel Valantin, "Militarisation de la nouvelle route de la soie chinoise - Partie 1 - La mer de Chine méridionale”, La société d'analyse rouge (Team)le 13 mars 2017).

Ce n'est rien d'autre qu'une escalade d'une "guerre commerciale" à une "guerre froide" dans une région en réchauffement. Cela signifie également que les relations de pouvoir entre les États-Unis et la Chine lient désormais les tarifs commerciaux, la mer de Chine méridionale et la région arctique. Ce processus ouvre un paysage planétaire à de nombreuses expériences de néo-mercantilisme et de formes hybrides d'une confrontation croissante entre les États-Unis et la Chine.


Image en vedette : Le président Donald J. Trump et le président Xi Jinping au G20, le 8 juillet 2017 - La Maison Blanche [Public Domain]

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et sécurité de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Rejoindre la conversation

1 commentaire

  1. Très éclairant et effrayant ! !
    Bravo Jean Michel pour la qualité de cette analyse.
    Amitiés
    Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR
EN FR