Le design : Jean-Dominique Lavoix-Carli

Face à l'apocalypse

L'Apocalypse signifie littéralement "le livre de l'Apocalypse". D'un point de vue théologique aussi bien qu'heuristique, cela signifie que l'Apocalypse est le moment de l'histoire où des sociétés entières sont forcées de lever le voile des illusions. Ce faisant, la révélation de l'état réel des choses émerge, implacablement.

État d'or ou État brûlant ?

C'est pourquoi l'incendie de la Californie est une situation véritablement apocalyptique. En effet, le tsunami de feu qui engloutit le "Golden State" révèle que la Californie atteint les limites de sa durabilité.

Cependant, en termes géopolitiques, la Californie est un acteur majeur. En effet, c'est là que se trouvent Hollywood et la Silicon Valley. C'est là qu'ils prospèrent et c'est de là qu'ils exercent l'influence technologique et culturelle américaine à l'échelle mondiale. La Californie est également un acteur majeur dans le domaine industriel et agricole. Enfin, la Californie est aussi l'interface commerciale et militaire entre les États-Unis et la région Indo-Asie-Pacifique.

Par conséquent, l'incendie et l'aridification de la Californie signifient également une perturbation massive potentielle de la puissance et de l'influence américaines. En fait, l'importance stratégique de ces méga-feux est encore plus profonde. Nous pouvons la résumer en une simple question : quelle est la géopolitique d'un monde en feu ? En d'autres termes, qui brûlera et qui aura accès à l'eau ("Quand le déni et la passivité frôlent la stupidité” – Le Red (Team) Analysis Weekly - 9 janvier 2020) ?

L'Apocalypse du feu, maintenant !

Un "moment apocalyptique" n'est rien d'autre qu'un moment de révélation sur l'état réel des choses. Ainsi, qualifier l'année 2020 d'"apocalyptique" est en effet révélateur d'une vérité profonde sur la Californie et la réalité de sa fragilité.

Ces dernières années, avec les incendies annuels, une partie historique du paysage californien, l'écologie et le développement ont été remplacés par autre chose. Ce "quelque chose" est une singularité, c'est-à-dire des méga-feux qui ne sont pas alimentés par les conditions naturelles, mais par l'écologie de la Nouvelle Frontière (Ed Struzik, "L'ère des mégafeux : Le monde atteint un point de basculement climatique”, Yale 36017 septembre 2020).

Le climat comme lance-flammes

Cette "frontière du feu" apparaît comme si un lance-flammes continental dévastait toute la côte ouest ainsi que le sud-ouest, de la Colombie-Britannique au nord, de l'État de Washington, Oregon, au sud de San Diego (saison des feux de forêt de l'ouest des États-Unis 2020, Wikipédia).

Entre-temps, pendant tout l'été, d'immenses incendies ont ravagé les États voisins de l'Arizona, du Nevada et de l'Idaho.

La majorité des incendies étaient, ou sont, de proportions historiques. Au cours de l'été 2020, 5 millions d'hectares ont brûlé, dépassant tous les autres records précédents. Sachant que 17 des 20 plus grands feux de forêt de Californie ont eu lieu depuis 2003, ce nouveau record est un signal des événements à venir (Ed Struzik, "L'ère des mégafeux : Le monde atteint un point de basculement climatique”, Yale 36017 septembre 2020).

La violence des incendies de 2020 est telle que leur chaleur déclenche des tornades de catégorie F-2 et F-3 ainsi que des orages. Les vents qu'ils génèrent étendent les incendies et produisent des nuages d'éclairs. À leur tour, les éclairs créent de nouveaux incendies. Les vents accélèrent la coalescence des feux, transformant les feux de forêt en monstres impossibles à contrôler (Cynthia Gorney, "En Californie, où la foudre a frappé, la fumée est désormais plus effrayante que la pandémie », National Geographicle 21 août).

Le feu comme nouvelle nature sauvage

La présence d'immenses pans de forêts mortes finit par constituer d'immenses stocks de feu. En effet, ces forêts souffrent de l'assèchement du sol. Elles meurent aussi à cause de l'invasion du dendroctone du pin ponderosa, dont les larves ne sont plus tuées par l'hiver en raison des températures trop douces, et du sol sec (Jean-Michel Valantin, "L'incendie mondial (1)“, The Red Team Analysis Society27 janvier 2020).

Cette violence du feu est la bifurcation de l'histoire de la Californie et du monde dans la singularité du changement climatique. En effet, les causes du changement climatique actuel sont les interactions entre l'utilisation des combustibles carbonés pour le développement des sociétés modernes, et la géosphère. Ces interactions modifient radicalement les conditions planétaires dont elles sont issues.

Un tel événement, avec ce rythme et cette intensité, ne s'est jamais produit dans l'histoire de notre planète. C'est pourquoi il s'agit d'une singularité. Les méga-feux de 2020 sont un signal, parmi d'autres, de la façon dont les 21st siècle et des conditions totalement inconnues vont s'interpénétrer.

En termes historiques, il est fascinant de constater que la conquête de l'Ouest et la fermeture de la Frontière sont les conséquences de la conquête de la Californie. 150 ans après la fermeture de la frontière géographique, une frontière de singularité s'ouvre dans le même espace. L'enjeu est de savoir si les villes et les industries californiennes modernes issues du XIXe et du XXe siècle sont capables de s'adapter à ces conditions nouvelles et hostiles.

À cet égard, le cas du réseau électrique californien est assez intéressant.

Brûlez, le réseau électrique, Brûlez !

Tout d'abord, le réseau électrique de Californie a 60 ans. Ensuite, sa conception et sa construction appartiennent au climat qui régnait en Californie il y a 60 ans, et non au climat actuel qui change rapidement et violemment.

Cependant, ce même réseau transporte l'électricité vers les maisons, les villes, les services publics. Il alimente également des endroits tels que la Silicon Valley et ses "pure players" Internet mondiaux, de Google à Facebook.

Certains acteurs, entreprises ou particuliers, choisissent de se couper du réseau en se dotant de panneaux solaires, afin d'être énergétiquement autonomes. Cependant, dans tout l'État, des nuages de cendres massifs, résultant des incendies, recouvrent les panneaux, annulant ainsi leur efficacité (Comité de rédaction, " L'éclipse de puissance des feux de forêt en Californie », Le Wall Street Journal, 14 septembre 2020).

La fragilité électrique

En conséquence, les opérateurs californiens du secteur de l'électricité doivent procéder à de nombreuses réductions. Ils demandent également aux gens de consommer moins d'énergie à la maison, en arrêtant par exemple leur climatisation.

Dans le même temps, en ces temps difficiles, la Californie doit importer davantage d'électricité d'autres États. Pourtant, de multiples pannes d'électricité se sont produites. Le réseau électrique a été soumis à des tensions massives, obligeant les gestionnaires du réseau à "échanger" les réductions et les coupures d'électricité "contre" la surcharge d'un réseau vieillissant et dangereux au bord de l'effondrement.

En d'autres termes, dans une planète qui se réchauffe rapidement, la Californie doit moderniser son réseau électrique surchargé, tout en ayant des besoins croissants en électricité, en raison, entre autres, des besoins collectifs urbains en matière de climatisation en période de canicule (Sammy Roth, "Pourquoi le réseau électrique californien continue-t-il à flirter avec le désastre ? Nous avons des réponses”, Los Angeles Times8 septembre 2020). 

A la frontière du monde brûlant

Nous devons garder à l'esprit que la Californie est le 6th ou 7th l'économie mondiale. C'est aussi l'une des deux principales régions agricoles des États-Unis avec le Moyen-Orient. Cependant, le développement économique moderne est totalement dépendant de l'accès à l'électricité.

C'est d'autant plus vrai pour la Californie. En effet, les besoins en électricité de la Silicon Valley, des studios d'Hollywood et des mégapoles telles que Los Angeles, San Francisco et San Diego sont immenses.

Entrez dans le monde brûlant

Cependant, la multiplication des méga-feux menace l'approvisionnement en électricité de la Californie. Ces incendies brûlent des poteaux en bois et font fondre des fils sur des centaines de kilomètres, tout en menaçant les services publics et le matériel des énergies renouvelables. En d'autres termes, la Californie se transporte actuellement sur une nouvelle planète, le Burning World (David Wallace Wells, La terre inhabitable, la vie après le réchauffement, 2019).

On pourrait aussi dire que la nouvelle réalité est que le Burning World devient la nouvelle réalité écologique de la Californie. Là, les infrastructures actuelles sont devenues insuffisantes.

Le cas californien soulève la question suivante : l'adaptation est-elle possible, pour les sociétés modernes, à et dans le monde de Burning ? Cette question sera au cœur même du prochain article de cette série.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et sécurité de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR