"Tuer le messager" est une métaphore populaire qui souligne que ceux qui alertent sont le plus souvent blâmés, comme s'ils étaient responsables de ce qui a causé l'alerte. De ce fait, les alertes ne sont pas non plus prises en compte.

Cette image souligne que la norme est à l'opposé des objectifs de l'alerte précoce et de la prospective stratégique. De plus, elle montre que nous, praticiens de l'alerte précoce et de la prospective stratégique, pouvons être blâmés. Nous pourrions l'être même si nous avons à cœur d'améliorer la situation et même si nous écouter permettait effectivement de se préparer et de réagir au mieux.

Face à un tel dilemme, comment pouvons-nous améliorer les chances de voir les décideurs prêter attention à nos produits d'alerte précoce et de prévision stratégique. Accessoirement, comment pouvons-nous également nous protéger contre le risque de "se faire tuer" ?

Nous avons vu précédemment que si nous suivions soigneusement les étapes nécessaires à la livraison et communication de nos alertes précoces et de notre prospective stratégique, alors nous améliorions la probabilité de voir les décideurs prendre en compte ces anticipations (Helene Lavoix, "Communication de la prospective stratégique et de l'alerte précoce“, The Red Team Analysis Society, 3 mars 2021).

Nous avons également souligné que ce processus apparemment simple était semé d'embûches. Parmi ces obstacles, nous trouvons les nombreux biais qui peuvent affecter la cognition des décideurs et qui ont potentiellement un impact sur toutes les étapes du processus de diffusion et de communication, voire même sur l'action finale de "livraison" de l'alerte et de la prospective stratégique.

Dans cet article, nous nous concentrons donc sur un biais identifié comme "ignorance motivée" ou "évitement actif de l'information" (Daniel Williams, "Motivated Ignorance, Rationality, and Democratic Politics“, Synthèse, 2020 ; Golman, R.et al. "Information Avoidance“, Journal of Economic Literature, 2017). Ce biais, ainsi que d'autres, pourraient contribuer à faire dérailler l'alerte précoce et la prospective stratégique ou plus largement l'anticipation. En effet, il pourrait même empêcher la livraison et la communication même des produits d'alerte et de prospective. Nous allons d'abord expliquer ce biais et la manière dont il pourrait fonctionner dans notre cas. Puis, en supposant qu'il soit à l'œuvre, nous proposerons des moyens de l'atténuer pour améliorer la diffusion de nos alertes et de nos prévisions.

Qu'est-ce que l'ignorance motivée ?

Quand savoir est ressenti comme trop coûteux

Selon Williams (Ibid), l'"ignorance motivée" signifie qu'un individu refuse délibérément de savoir parce que le coût de la connaissance est trop élevé. Ici, nous nous intéressons à l'acte même d'obtenir et d'accéder à l'information. Ainsi, les exemples d'"ignorance motivée" ou d'"évitement actif de l'information" peuvent être : ne pas ouvrir une lettre, ne pas passer un test, ne pas lire quelque chose, ne pas écouter certains types de nouvelles. Dans certains cas, il peut s'agir de "tuer le messager". Ce refus de savoir ou cette non-action intentionnelle peuvent être à la fois conscients et inconscients (Williams, ibid).

" L'évitement actif de l'information " (Golman et al., 2017, p. 97) doit remplir deux conditions :

"(1) l'individu sait que l'information est disponible, et

(2) l'individu a un accès libre à l'information ou éviterait l'information même si l'accès était libre."

L'objectif des individus pratiquant l'ignorance motivée est de s'assurer qu'ils n'auront pas à tirer certaines conclusions qu'ils perçoivent comme préjudiciables (Williams, Ibid).

Comment Tigrane en est venu à couper la tête du messager.

Dans le cas de l'alerte précoce et de la prospective stratégique, l'ignorance motivée signifierait que les décideurs s'assurent, consciemment ou non, de ne pas écouter ou de ne pas devoir écouter les personnes qui pourraient leur fournir des connaissances, des informations et des analyses qu'ils cherchent à ignorer.

Dans les cas les plus extrêmes, les décideurs pourraient décider de ne pas mettre en place de systèmes d'alerte précoce ou, plus largement, de processus d'anticipation. Si ces systèmes existent déjà, l'ignorance motivée pourrait conduire les décideurs à trouver divers moyens pour ne pas écouter ce qu'ils produisent. Les systèmes d'alerte précoce et les capacités d'anticipation stratégique pourraient même être détruits, soit directement, soit indirectement en faisant en sorte qu'ils ne puissent pas fonctionner correctement.

Plus largement, au niveau de la société, l'ignorance motivée pourrait signifier que ceux qui peuvent être perçus comme détenant des connaissances, une compréhension ou simplement des informations que l'on souhaite éviter seront exclus, quelle que soit la manière de réaliser cette exclusion. De même, les connaissances, la compréhension et les informations produites seront écartées par tous les moyens possibles.

Cela explique en grande partie la "malédiction de Cassandre", ainsi que des métaphores anciennes et populaires telles que "tuer le messager". Nous pouvons rappeler ici ce que le philosophe grec Plutarque nous dit dans sa Vie de Lucullus:

"[XXXVI] Le premier qui vint apporter à Tigrane la nouvelle de l'approche de Lucullus n'eut pas à s'en féliciter ; il la paya de sa tête. Personne depuis n'osa lui en parler ; il resta parfaitement tranquille, ignorant que le feu ennemi l'environnait de toutes parts, et écoutant les propos flatteurs de ses courtisans..."

Plutarque, "Vie de LucullusLes Vies des hommes illustres (Vies parallèles),traduction de Ricard (1863) - https://mediterranees.net/histoire_romaine/plutarque/lucullus/lucullus3.html

L'histoire ne s'arrête pas là. Plutarque nous fait connaître le sort de Tigrane, et de ceux qui ont le malheur de servir de tels souverains, même ceux qui luttent contre l'ignorance motivée de leurs dirigeants avec la meilleure intention possible :

Mithrobazane fut le premier de ses amis qui osa enfin lui dire la vérité ; et il ne fut pas non plus bien payé de sa franchise, car sur-le-champ Tigrane l'envoya contre Lucullus, à la tête de trois mille chevaux et d'un corps nombreux d'infanterie, avec ordre d'amener le général en vie, et de passer sur le ventre à tout le reste. ... Le combat s'étant engagé, Mithrobazane périt, en combattant avec courage ; ses troupes, bientôt mises en déroute, furent taillées en pièces, à l'exception d'un petit nombre qui se sauvèrent.
[XXXVII.] A cette nouvelle, Tigrane abandonne Tigranocerte, ville très considérable, qu'il avait bâtie lui-même, et il se retira sur le mont Taurus, afin d'y rassembler toutes ses forces. ..."

Plutarque, "Vie de LucullusLes Vies des hommes illustres (Vies parallèles),traduction de Ricard (1863) - https://mediterranees.net/histoire_romaine/plutarque/lucullus/lucullus3.html

Répétant plusieurs fois la même erreur, Tigrane est vaincu. Au contraire, Lucullus, aristocrate romain, général et consul, écoute les conseils de ceux qui comprennent la situation et l'alertent, puis en fait la synthèse. Lucullus ajoute ensuite à ces analyses son propre génie et est victorieux.

De notre point de vue, l'histoire que conte Plutarque souligne l'importance d'une alerte précoce appropriée et de la prospective stratégique, par opposition à ce qui se passe si l'ignorance motivée est choisie.

En savoir assez peu pour permettre l'évitement et l'effet Dunning-Kruger

En outre, l'impact délétère de l'ignorance motivée peut s'aggraver et s'enraciner. L'ignorance motivée, en effet, finit par s'auto-favoriser. Voyons comment ce cercle vicieux peut se mettre en place.

Pour pouvoir pratiquer l'ignorance motivée, les individus doivent avoir une idée de ce qu'ils veulent ignorer. Ils doivent en savoir suffisamment pour connaître ce qu'ils veulent éviter. Ainsi, les individus qui pratiquent l'ignorance motivée ont une connaissance et une compréhension générales de la question qui les préoccupe. Pourtant, la plupart du temps, ces connaissances restent génériques et superficielles. S'ils avaient une connaissance spécifique et détaillée, ils ne pourraient pas prétendre être ignorants, ou s'ils le faisaient, nous serions alors dans le domaine du mensonge, ce qui est un phénomène différent.

Par conséquent, dans les cas d'ignorance motivée, un autre biais peut entrer en jeu, l'effet Dunning-Kruger. Selon ce biais, "les compétences qui engendrent la compétence dans un domaine particulier sont souvent les mêmes que celles qui sont nécessaires pour évaluer la compétence dans ce domaine" (Kruger et Dunning, "Unskilled and Unaware of It…”, 1999). En d'autres termes, moins on en sait sur quelque chose, plus on pense être bon dans ce domaine.

L'effet Dunning-Kruger pourrait donc agir comme un facteur renforçant l'ignorance motivée. En effet, en pratiquant l'ignorance motivée, les individus s'assureraient que leurs connaissances restent superficielles et ignoreraient ainsi les vérités qui dérangent tout en renforçant leur croyance en leur supériorité dans ce domaine. Comme une façon d'atténuer l'effet Dunning-Kruger est d'augmenter les connaissances des individus qui en sont victimes, l'ignorance motivée interdirait cette solution.

Faisons-nous donc face à un sort inéluctable ? Ceux qui, comme le Tigrane de Plutarque, s'engagent sur la voie de l'ignorance motivée sont-ils condamnés à rester ignorants et à succomber finalement à leur ennemi ou à toute menace et surprise qu'ils ignorent fièrement ? En tant que praticiens de l'alerte précoce et de la prospective stratégique, sommes-nous condamnés à échouer et à être abattus si le destin ou le manque de chance nous donnent comme décideurs des individus favorisant l'ignorance motivée, ou nous font vivre à une époque et dans une civilisation où règne l'ignorance motivée ?

Explorons davantage l'ignorance motivée, en examinant les causes qui poussent les gens à adopter un tel comportement. Nous pourrons ainsi essayer de concevoir des stratégies pour agir sur les causes. Notez toutefois que, puisque nous sommes confrontés à l'ignorance active, nos moyens de réduire ce biais sont singulièrement faibles. Nous devons certainement veiller à ne pas provoquer l'ignorance motivée pour notre prochaine alerte ou notre prochain produit de prospective, tout en continuant à "dire la vérité au pouvoir" ("speak truth to power"). Mais, la situation ici est plus difficile encore. Si c'est notre activité même qui est activement évitée, alors nous allons devoir contourner l'évitement. Ainsi, ce ne seront pas tant nos produits qui devront avoir des caractéristiques spécifiques, mais d'autres "choses" en dehors d'eux qui devront être mises en place, ces autres choses restant à déterminer en fonction des cas spécifiques. Pour ce faire, nous nous appuierons à nouveau sur les recherches de Williams (Ibid.).

Les raisons de l'ignorance motivée

Comme l'illustre le récit de Plutarque sur la victoire de Lucullus et le sort de Tigrane, l'ignorance motivée est un biais qui peut être extrêmement dangereux en termes de conséquences, tant au niveau individuel que collectif. Pour lutter contre ce biais, nous devons comprendre pourquoi les gens souhaitent ignorer quelque chose, même s'il semble, d'un point de vue extérieur, qu'il serait préférable de savoir et de comprendre.

Éviter les états émotionnels négatifs et stratégies de riposte

Il s'agit d'un article de qualité. Pour accéder à cet article, vous devez devenir l'un de nos membres ou s'inscrire à un cours en ligne.Log in si vous êtes membre ou si vous vous êtes inscrit à un cours.


Image en vedette : Photo par Harun Benli via Pexels, libre d'utilisation.

Bibliographie

André, Christophe, "Les émotions qui nous détruisent“, Chronique sur France Inter, 14 février 2017.

André, Christophe, "La sérénité, ça s'apprend", Conférence, MAIF, 12 mars 2015.

Britannica, Les éditeurs de l'Encyclopédie. "Le meilleur des mondes possibles“. Encyclopedia Britannica, 6 juin 2017.

Golman, R., Hagmann, D., & Loewenstein, G., "Information avoidance“, Journal of Economic Literature55(1), 2017, 96-135.

Hobbes, Thomas, Leviathan, 1651.

Kruger, Justin, et David Dunning, "Unskilled and Unaware of It : How Difficulties in Recognizing One's Own Incompetence Lead to Inflated Self-Assessments (en anglais seulement)“, Journal de la personnalité et de la psychologie sociale, vol 77, no 6, p 1121-1134, American Psychological Association (1999).

Lavoix, Hélène, "Communication de la prospective stratégique et de l'alerte précoce“, The Red Team Analysis Society, 3 mars 2021.

Lloyd, Sharon A. et Susanne Sreedhar, "Hobbes’s Moral and Political Philosophy“, The Stanford Encyclopedia of Philosophy (édition automne 2020), Edward N. Zalta, ed.

Marshall, G., Don’t even think about it: Why our brains are wired to ignore climate change, (New York, Londres : Bloomsbury, 2014).

Nerdahl, Michael, Bowdoin College, Review de Manuel Tröster, Themes, character, and politics in Plutarch’s Life of Lucullus : the construction of a Roman aristocratHistoria. Einzelschriften, Heft 201. Stuttgart : Steiner, 2008, Bowdoin College, Bryn Mawr Classical Review, 2008.

Pham, Michel Tuan "Emotion and Rationality : A Critical Review and Interpretation of Empirical Evidence," Review of General Psychology2007, Vol. 11, No. 2, 155-178, DOI : 10.1037/1089-2680.11.2.155.

Plutarque, "Vie de LucullusLes Vies des hommes illustres (Vies parallèles),Publié dans le Vol. II de l'édition de la Loeb Classical Library, 1914, Université de Chicago.

Voltaire, Candide ou l'Optimisme, 1759.

Williams, Daniel, "Motivated ignorance, rationality, and democratic politics“, Synthèse2020, https://doi.org/10.1007/s11229-020-02549-8

Williams, Daniel,"To communicate scientific research, we need to confront motivated ignorance“, LSE Impact of Social Sciences blog,, 13 janvier 2021

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR