Fusion dans l'Arctique: stratégies convergentes entre la Russie et la Chine

L'Arctique est-il en train de devenir un lac sino-russe? La question doit être posée, en raison de la manière dont ces deux géants eurasiens acquièrent une influence massive et coordonnée dans toute la région arctique, profitant des changements géophysiques causés par le réchauffement climatique (NASA, Changement climatique mondial). Par exemple, suite à l'accord historique de 400 milliards de dollars entre la Russie et la Chine, Gazprom, par lequel la Russie fournira du pétrole et du gaz à la Chine pendant trente ans, il a été annoncé que les sociétés des deux pays avaient hâte d'explorer et de développer l'Extrême-Orient russe. , qui fait partie ou est très proche de la région arctique et subarctique (Ding Ying, Un lien gazier, la coopération énergétique servira de nouveau lien entre […]

Pour accéder à cet article, vous devez devenir l'un de nos membres. Log in si vous êtes membre.

Chine arctique (2) - La formation chinoise du nord

Over the last few years China has been multiplying commercial and political relationships with Arctic countries. Reciprocally, these countries have been deepening their Chinese bonds. For example, on 24 April 2014, Queen Margrethe II of Denmark paid a state visit to China, and was received by President Xi Jinping (Global Times, “China, Denmark eye closer relationship“, 2014-4-25). During this visit, a ceremony was held over the signature of several agreements, “involving maritime technology, energy conservation, and poverty elimination among other fields.” (Global Times, ibid). These new political and economic ties between Beijing and Copenhagen are being developed alongside new relations between China and Greenland (Viviane du Castel et Paulo Brito, Groenland, entre independence et recuperation géostratégique?, 2014), which, today, is partly autonomous […]

Pour accéder à cet article, vous devez devenir l'un de nos membres. Log in si vous êtes membre.

Réchauffement de l'Arctique et grandes stratégies eurasiennes

En mai 2013, plusieurs pays asiatiques ont obtenu le statut «d'observateur permanent» auprès du Conseil de l'Arctique, l'organe regroupant les huit pays limitrophes de l'Arctique. Ces nouveaux «observateurs» sont la Chine, l'Inde, la Corée du Sud, Singapour et le Japon (Russia Today, exposition nord, 15 mai 2013). Cette ruée vers l'Arctique des pays asiatiques (dont certains tropicaux et équatoriaux) est l'une des dimensions les plus importantes de la course mondiale actuelle vers la région arctique (voir Valantin, «L'Arctique, le nouveau grand jeu»), déclenchée par la combinaison du réchauffement rapide du Nord et de la concurrence mondiale pour les ressources naturelles (Klare, La course pour ce qui reste, 2013). Les nouvelles grandes stratégies qui régissent cette course à l’Arctique, qui associent […]

Pour accéder à cet article, vous devez devenir l'un de nos membres. Log in si vous êtes membre.

FR
EN FR