Des informations contradictoires concernant l'État islamique et l'évolution de la guerre émergent chaque jour des médias, tandis que les analystes, les commentateurs et les déclarations officielles n'en sont pas moins influents. Par exemple, le 13 avril 2015, "le colonel Steve Warren, porte-parole du Pentagone", a souligné que l'État islamique avait "cédé de 5 000 à 6 000 miles carrés de territoire", brossant un "portrait plus rose" comme l'ont rapporté Mitchell Prothero et James Rosen pour McClatchy DC (15 avril 2015). Deux jours plus tard à peine, le même porte-parole décrivait les combats de Ramadi et de Baiji d'une manière qui donne à réfléchir, même si Prothero et Rosen soulignent également que "les responsables américains ont pris soin de ne pas surestimer les succès irakiens contre l'État islamique" (Ibid.) - depuis lors, Baiji est à nouveau sous le contrôle du gouvernement irakien, tandis que les combats se poursuivent à Ramadi et plus généralement à Anbar, voir Rudaw, 22 avril 2015; 29 avril 2015; 26 avril 2015.

Autre exemple, si l'État islamique a perdu du terrain et la ville de Tikrit et si la situation à Anbar reste contestée (par exemple Bill Roggio & Caleb Weiss, Le Journal de la Longue Guerre(26 avril 2015), d'autre part, une première vidéo psyops du Yémen, "Soldats du califat en terre yéménite - Wilāyat Ṣana "ā"" a également été “Soldiers of the Caliphate in the Land of Yemen – Wilāyat Ṣana’ā'”, Yemen, Islamic State, ISIS, ISpublié le 24 avril 2015 (voir Jihadologie.net*), après la première déclaration du 20 mars 2015 "Adopter les opérations de martyre contre les repaires des Ḥūthīs - Wilāyat Ṣana "ā"" (Jihadologie.net). Cela pourrait marquer le début d'activités réelles dans ce pays. En effet, le Yémen a été déclaré Wilayat en novembre 2014 (Aaron Zelin, "Le modèle de l'État islamique“, Le Washington Post28 janvier 2015, Ludovico Carlino, IHS Jane's25 mars 2015), mais, selon Zelin (Ibid.), à la fin du mois de janvier, il n'y avait guère d'activité. Nous aurions donc à la fois une attrition et une expansion.

Les psychopathes et la propagande, le brouillard de la guerre, ainsi que la difficulté d'obtenir des informations fiables sur l'État islamique, tous ces éléments interagissant, contribuent à cette situation compliquée.

L'ampleur, l'intensité et l'évolution de la menace constituée par l'État islamique, sa Khilafah et la vision du monde et le système qu'ils cherchent à établir (voir l Série Psyops), ainsi que la durée de la guerre et les perspectives de son issue, dépendent fondamentalement de la capacité de l'État islamique à atteindre des objectifs situés dans trois dimensions interdépendantes : Wilayat Sanaa, Yémen, État islamique, IS, ISISconsolider et développer l'État islamique et sa Khilafah en tant qu'entité politique sous toutes ses facettes, affirmer la suprématie sur les groupes concurrents réels ou potentiels et lutter victorieusement contre les ennemis (voir H. Lavoix, "Les psy de l'État islamique - La guerre mondiale"., The Red Team Analysis Society16 janvier 2015). Par conséquent, vaincre l'État islamique implique d'attaquer selon ces trois dimensions, en entravant en permanence chaque objectif.

Auparavant, nous nous sommes concentrés sur les psychopathes de l'État islamique afin de mieux comprendre son système de croyances, sa façon de penser, sa vision du monde et ses objectifs. Nous avons notamment souligné que son influence actuelle et potentielle, ainsi que la puissance de son approche, reposent sur sa capacité à promouvoir une idéologie spécifique cohérente ancrée dans un véritable pouvoir matériel territorial de type État, synthétisant ainsi idéalisme et matérialisme (voir pour le détail H. Lavoix, "Guerre mondiale"). Nous allons maintenant aborder l'aspect matériel ou concret de l'État islamique, sans oublier le modèle socio-idéologique qui en est le fondement, en nous concentrant sur la capacité de l'État islamique à créer effectivement un véritable régime politique. Nous chercherons à améliorer notre compréhension du type de régime politique, avec ses spécificités, qui est en train de se former. Notre but ultime est de pouvoir contribuer à une évaluation prospective de la durabilité de l'État islamique, en d'autres termes de répondre à des questions telles que L'État islamique est-il sur le point de s'effondrer ? Se renforce-t-il ? Va-t-il durer un, deux ou dix ans ?

Nous nous concentrerons ici sur la structure globale de l'État islamique et de sa Khilafah et identifierons une unité d'analyse significative, avec des spécificités qui pourront ensuite être contrôlées pour prévoir et avertir des développements globaux de l'État islamique.

[Consultez également l'analyse détaillée du 22 février 2016 sur la structure de l'État islamique et les wilayat au Yémen en utilisant le cadre expliqué ici : “Comprendre le système de l'État islamique - Wilayat et Wali au Yémen“]

Gouvernance interne et wilayat externe ?

La première difficulté dans la description d'une entité politique est de ne pas introduire de biais involontaires, notamment en projetant sur une autre entité politique des modèles inconscients que nous pouvons avoir de la façon dont une entité politique fonctionne. Il faut garder à l'esprit la diversité des organisations politiques dans le temps et l'espace, depuis, par exemple, le système pré-moderne de "l'État galactique" d'Asie du Sud-Est (Tambiah, 1976) jusqu'à l'État-nation moderne en passant par le système féodal européen, d'une part, et l'originalité du système d'État islamique fusionnant le salafisme ; ainsi les anciens textes islamiques avec le matérialisme et l'utilisation des techniques et de l'approche du XXIe siècle, il est très probable que nous serons souvent ou pour le moins parfois confrontés à des unités et des dynamiques politiques qui ne correspondront pas à notre modèle d'État moderne habituel et implicite. Il est probable que nous trouverons également des pratiques et des organisations politiques hybrides, nouvelles ou différentes.

La première différenciation que la plupart des analystes de l'organisation de l'État islamique, s'appuyant sur des sources peu nombreuses, semblent faire consiste à distinguer entre "gouvernance externe et interne", reproduisant ainsi plus ou moins la différenciation habituelle entre l'organisation politique interne (l'État et ses divisions administratives) wilayat, Irak, État islamique, gouvernance, guerre, Is, ISISet externe (des États clients, aux alliés en passant par les colonies). Nous trouvons donc, d'une part, des études de ce qui semble être conceptualisé comme se concentrant sur l'"État islamique proprement dit" - c'est-à-dire sur les territoires qui ont été capturés en Syrie et en Irak et qui sont gouvernés, apparemment directement - et, d'autre part, des analyses des zones qui sont déclarées par l'État islamique comme wilayatsouvent à la suite d'un serment d'allégeance fait par un groupe qui est un futur acteur étatique et de son acceptation par le Khalif.

Le premier cas est illustré par l'affaire Barrett L'État islamique (Le groupe Soufannovembre 2014). L'auteur s'appuie principalement, pour la partie concernant le leadership et la "structure de gouvernance", sur une analyse publiée par Le télégraphe (Ruth Sherlock, 9 juillet 2014voir pour une utilisation de la même source apparemment, CNN et TRAC, 14 janvier 2015), en utilisant "des informations qui ont été trouvées sur des clés USB prises au domicile d'Abu Abdul Rahman al-Bilawi, le chef d'état-major militaire d'al-Baghdadi pour le territoire irakien" auxquelles l'analyste Hashimi al Hashimi "avait accès".

Selon Hashimi, Sherlock et Barrett, nous avons donc une structure très centralisée (Barrett : 28) dirigée par le Khalifah (calife, personne qui est le chef de file de la Khilafah, organisation politique), conseillée et légitimée (sachant que la légitimité peut aussi être mise en doute) par deux conseils, le conseil de la Shura et le conseil de la Charia, secondés par deux députés, l'un responsable de l'Irak et l'autre de la Syrie, puis par différents conseils (nous y reviendrons plus en détail dans le prochain article, voir "Comprendre le système de l'État islamique - Le califat et la légitimité“). L'État islamique a ensuite été divisé en 18 wilayat, huit en Irak, neuf en Syrie et une, Wilayat Al-Furat, à la frontière entre la Syrie et l'Irak (Ibid. : 33). Toujours selon cette approche, mais en l'actualisant, d'ici mars 2015, selon Dabiq #8 (p.27) nous avons 20 wilayat : dix en Irak, neuf en Syrie et Al-Furat.

État islamique, wilayat, Irak, Syrie, guerre
La wilayat de l'État islamique en Mésopotamie par H Lavoix, Analyse rouge (équipe) - fond de carte : Situation militaire au 28 avril 2015 par Haghal Jagul - Domaine public via Wikimedia Commons - Cliquez pour agrandir l'image

A wilayat est traduit différemment selon les dictionnaires. Pour Lewis (Le langage politique de l'Islam(1988 : 123), il s'agit d'une gouverne ou d'une province. Comme ces termes peuvent avoir des significations politiques différentes, il est préférable de conserver dans un premier temps le sens original et de l'expliquer ensuite par le biais du système d'État islamique lui-même. Nous utiliserons ainsi l'explication de Lewis selon laquelle "vali et vilayat sont la prononciation turque du participe actif et du nom verbal de la racine arabe w-l-y, "être proche" et donc "prendre en charge" (Ibid.). Par extension, wilayat sera "ce qui est pris en charge", "ce qui est régi".

Dans le second cas, nous avons des analyses plutôt axées sur les wilayat externes, comme celle d'Aaron Zelin (ibid., voir aussi un classement mensuel de la puissance AQ vs IS et les catégories utilisées), visant en fait d'abord à comparer et à contraster le système des wilayats de l'État islamique et les franchises d'Al-Qaida.

Khorasan sc
Présentation officielle de la vidéo du 28 avril "Cibler l'apostasie des mortiers de l'armée pakistanaise dans la région de Khyber" Wilayat Khorasan
wilayat Khorasan, Pakistan, Afghanistan, État islamique, ISIS, IS
Extrait de la vidéo

Nous avons donc ici, en relation avec l'État islamique, "l'Algérie (Wilayat al-Jazaïr), la Libye (Wilayat al-Barqah, Wilayat al-Tarabulus et Wilayat al-Fizan), le Sinaï (Wilayat Sinaï), l'Arabie Saoudite (Wilayat al-Haramayn) et le Yémen (Wilayat al-Yaman)", auxquels il faut ajouter le Wilayat Khorasan, c'est-à-dire le Pakistan et l'Afghanistan (Ibid.). Plus récemment, Boko Haram aurait été rebaptisée province de l'Afrique de l'Ouest de l'État islamique ou ISWAP (Adam Whitnall, L'Indépendant26 avril 2015), qui serait devenu Wilāyat Gharb Ifrīqīyyah (voir Jihadologie.net, 31 mars 2015).

Selon Zelin, "il [l'État islamique] a eu un programme et un modèle relativement clairs : lutter localement, instituer une gouvernance limitée et mener des actions de sensibilisation". Zelin souligne toutefois que la Libye et le Sinaï "suivent la même méthodologie sur le terrain et dans les médias que les wilayats de l'État islamique en Irak et en Syrie" et que "son appareil médiatique [l'État islamique] a pris le contrôle des départements médiatiques de toutes les wilayats locales en dehors de la Mésopotamie". Il lybian arena scfait ensuite remarquer que la Libye - comme le montre également l'attention qui lui est accordée dans Dabiq, voir #5, #6, #7, #8 - a "le plus grand potentiel pour reproduire le modèle de l'État islamique en Mésopotamie si les choses se passent bien", avec trois wilayat ayant été créé. Zelin souligne ensuite les similitudes qui sont développées dans la gouvernance de ces wilayatalors qu'on exige que des promesses soient faites au calife. En conséquence, l'auteur apporte ces wilayat s'éloignent d'une catégorisation initiale implicite (externe contre interne), montrant au contraire qu'ils se rapprochent progressivement du centre. La recherche d'un nouveau cadre d'analyse peut être signalée ici par l'utilisation du terme Mésopotamie, pour rompre analytiquement avec l'ordre international existant.

wilayat al Barakah, Syrie, guerre, État islamique, Is, ISIS
Image officielle de la vidéo "Lion of the Battlefield #2 - Wilāyat al-Barakah", 16 avril 2015, à voir sur Jihadology.net

Si l'approche consistant à séparer les wilayat externes des wilayat internes est pratique, facile à comprendre et claire, on peut également se demander si elle n'est pas potentiellement trompeuse à contrecœur parce qu'elle ne représente pas pleinement la réalité. En effet, si nous avions deux catégories de ce type, alors pourquoi l'État islamique utiliserait-il le même label pour les deux, c'est-à-dire wilayat. En outre, si l'on considère l'idée relativement a-locale et a-géographique qui est incluse dans la notion de ribatqui nous a amenés à revoir notre compréhension de ce qui est étranger et de ce qui est intérieur, du point de vue de l'État islamique (H. Lavoix "La guerre ultime"), ainsi que l'objectif d'établir une Khilafah, donc une entité unique dans le monde entier, alors sommes-nous sûrs que nous pouvons vraiment classer complètement différemment wilayat situés dans l'État islamique et ceux qui sont "en dehors" de celui-ci ?

D'autre part, l'État islamique et ses dirigeants ont fait preuve de pragmatisme, ce qui a été souligné à nouveau par Der Spiegel's Christoph Reuter "Le stratège de la terreur : Les dossiers secrets révèlent la structure de l'État islamique” (18 avril 2015). Dans cette analyse approfondie de documents émanant de Samir Abd Muhammad al-Khlifawi alias Haji Bakr, ancien colonel des services de renseignement de la force de défense aérienne de Saddam Hussein et cerveau de la "soumission" d'une partie de la Syrie par l'État islamique, Reuter explique la dynamique d'infiltration et de domination utilisée par la direction de l'État islamique, ainsi que l'appareil de sécurité de la wilayat al khayr prier scÉtat islamique. Cela souligne entre autres que la première étape vers l'expansion, pour l'État islamique, n'est pas seulement militaire mais aussi, et peut-être surtout, religieuse. Cet aspect de la prise de contrôle souterraine a également été confirmé en ce qui concerne la ville de Mossoul par l'analyse d'Al-Tamimi ("Aspects de l'administration de l'État islamique (IS) dans la province de Ninive : Partie III", 23 janvier 2015).

Compte tenu du pragmatisme de la direction de l'État islamique, il est très probable que la distance réelle par rapport au centre de la Khilafah, ainsi que la position d'un groupe extérieur dans la dynamique de révolte contre l'ordre existant jouent un rôle dans le type d'organisation et la relation avec le centre pour chaque wilayatC'est ce que l'on peut déduire de la fascinante analyse d'Aymenn Jawad Al-Tamimi".L'État islamique et sa "province du Sinaï".” (26 mars 2015) vers laquelle nous allons maintenant nous tourner car il nous donne la clé d'une compréhension très probablement plus adéquate du système de l'État islamique, comme cela est déjà implicitement présent dans le travail de Zelin.

Un système mondial de wilayat articulé autour de la force administrative et militaire ?

En comparant trois promesses d'allégeance et la réponse que l'État islamique y a apportée, Al-Tamimi explique dans chaque cas la réponse, et comment elle se traduit en termes administratifs et politiques. Si l'on généralise la compréhension d'Al-Tamimi, qui est également conforme à ce qu'explique Zelin, il s'ensuivrait que, dans le cas de groupes plus éloignés (dans tous les sens du terme) et relativement faibles compte tenu de la zone où ils opèrent, comme le "groupe jihadiste indien Tanẓim Ansar al-Tawheed" (promesse faite en mai 2014), il n'y a pas de réponse officielle de l'État islamique. Le groupe est donc simplement utilisé "pour un travail de propagande" (Ibid.).

En fait, et ce point ne remet pas en cause le raisonnement et l'explication d'Al-Tamimi, si nous suivons l'explication de l'État islamique telle qu'elle est donnée dans Dabiq #5 : 24, l'acceptation des engagements aurait été faite pour tous les groupes (Dabiqest malheureusement générique, terminant une liste de groupes par "et ailleurs"), mais les déclarations de wilayat serait retardée. Seule la manière dont ce retard prendra fin est alors expliquée : cas 1 - "nomination ou reconnaissance de la direction par la Khalifah pour les terres où de multiples groupes ont donné bay'at et fusionné" et cas 2 - "établissement d'une ligne de communication directe entre la Khilafah et la direction des moudjahidin des terres qui n'ont pas encore pris contact avec l'État islamique et reçoivent donc des informations et des directives de la Khalifah" (Ibid.).

wilayat sinai, État islamique, IS, ISIS
"Récolte des opérations militaires pour le mois de mars-avril 2015 - Wilāyat Sīnā' (Sinaï)" - 26 avril 2015 - Voir sur Jihadology.net

Ensuite, pour des groupes tels que le Gaza-Sinaï Jamaʿat Ansar Bayt al-Maqdis (engagement : novembre 2014), la réponse officielle de l'État islamique se traduit par la création d'une nouvelle wilayat, ici le Wilayat Sinaï (maintenant Wilāyat Saynāselon divers produits psyops - mise à jour 16 février 2016). Ainsi, selon Al-Tamimi, les dirigeants de l'État islamique estiment que ces groupes sont capables de "donner à la marque IS une présence militaire viable et, à terme, une représentation de type étatique dans la région en question" avec une forte composante médiatique. Ils sont ainsi transformés en wali car le territoire où ils opèrent et, en fin de compte, plus ou moins de règles deviennent une wilayat. La mesure dans laquelle ils seront ou resteront wali restent à explorer. Cependant, si l'on se réfère à l'explication de Dabiq, le wali est spécifiquement considérée comme "désignée par nous [l'État islamique] pour elle [la wilayat]” (Dabiq #5 : 25). Ceci soutient donc la thèse d'Al-Tamimi selon laquelle l'État islamique doit être suffisamment sûr de la force du groupe principal lorsqu'il déclare un wilayat.

Damas sc

Pour ces cas spécifiques de wilayatAl-Tamimi souligne également qu'il n'existe pas encore de "division administrative significative de l'État islamique" ni même d'"organes proto-étatiques" ; ce que l'on peut trouver, en dehors des opérations militaires et des médias, c'est seulement "un proto-Hisbah" (Shariʾa law enforcement)" (Ibid.). Il convient de noter, comme le précise Al-Tamimi dans le cas du Sinaï, que le défi pour chaque wilayat, notamment à ce tournant ou à ce stade précoce, est similaire au triple objectif qui existe au niveau de l'État islamique au sens large et qui consiste notamment à amener d'autres groupes, tribus et factions à prêter allégeance au Khalif et à unir ces acteurs.

Enfin, le troisième cas identifié par Al-Tamimi est représenté par Wilayat al-Barqah (centré autour de Derna en Libye), où des "institutions islamiques de type étatique" ont été mises en place, comme "un Diwan al-Hisbah (faire respecter la morale islamique), un Diwan al-Taʾaleem (éducation) et un Diwan al-Awqaf wa al-Masajid (portée religieuse et contrôle des mosquées)", tandis que le contrôle militaire semble plus fort (Ibid.)

Pour comprendre au mieux la politique de l'État islamique, il serait donc logique de prendre le wilayat comme principale unité d'analyse, puis de considérer comme caractéristiques principales non pas sa situation géographique par rapport à l'Irak et à la Syrie, mais le degré de contrôle administratif et militaire de type État islamique sur la population et le territoire, tandis que le contrôle des médias commencerait à être mis en œuvre dès que possible, même pour les groupes les moins avancés. Une carte provisoire utilisant ce système est présentée ci-dessous. Sur le plan dynamique, il est également intéressant de souligner que l'on passe d'un groupe et de son engagement à un territoire avec son système administratif, ce qui n'est pas sans présenter, ironiquement, des similitudes avec le passage d'un contrôle sur les adeptes comme dans les systèmes pré-modernes à l'État territorialement délimité comme dans celui de l'État moderne. Cette similitude ne doit cependant pas être surestimée compte tenu du rôle très probablement crucial de la religion, comme nous le verrons plus en détail dans les prochains articles.

État islamique wilayat, IS, ISIS
La wilayat de l'État islamique - 29 avril 2015, par H Lavoix pour l'analyse rouge (Team). En blanc entouré de noir la wilayat la plus inactive. En gris, les wilayat où les combats sont prépondérants et où l'activité administrative/chari'h est extrêmement rare. En noir, les wilayats les plus avancées sur le plan administratif. La classification pour la Mésopotamie est provisoire. Ajouter à la carte, la wilayat Qawqaz (Caucase), créée le 23 juin 2015 sur une partie du territoire de la Fédération de Russie (réf : Harleen Gambhir, "ISIS Declares Governorate in Russia's North Caucasus Region", ISW, 23 juin 2015) - Cliquez pour accéder à l'image en grand format.

Cette approche serait-elle également cohérente pour wilayat qui sont situés en Syrie et en Irak ? Si nous nous tournons vers Caris et Reynolds qui ont analysé Gouvernance de l'ISIS en Syrie (ISW(juillet 2014), ils mettent également l'accent sur la dynamique consistant à établir d'abord un contrôle militaire puis à passer au contrôle politique par la mise en place d'une gouvernance et d'une structure étatique, articulées autour de "l'administration et des services musulmans" (Ibid. : 14). En comparant Wilayat al-Khayr (Deir ez-Zour, où les opérations militaires sont toujours en cours, par exemple Ara NewsLa Commission européenne a décidé d'étendre le champ d'action de l'Union européenne (UE) du 28 mars 2015 au Wilayat al-Raqqa (où l'État islamique est considéré comme le plus fort et le mieux établi), dewan de la santé al Raqqa scils soulignent en outre spécifiquement que le niveau de sophistication de la gouvernance et des services mis en œuvre est proportionnel au degré de contrôle militaire, tel qu'identifié par Al-Tamimi dans les cas de Wilayat Barqa et Wilayat Sinai. Ainsi, le modèle décrit correspondrait également wilayat situés en Irak et en Syrie.

Il convient toutefois de souligner que certains wilayatnotamment en Syrie (à savoir wilayat al-Lādhiqīyah et wilayat Idlib), ne présentent aucune activité depuis le retrait de l'État islamique en mars 2014 (Caris et Reynolds, ibid. : 8, 13), mais restent néanmoins des wilayat, probablement en prévision d'éventuelles opérations futures. Ceci souligne d'une part l'importance de considérer la fluidité de la guerre et d'autre part la nécessité d'appliquer ce cadre, comme tous les modèles, plus comme une ligne directrice que comme des règles gravées dans le marbre.

Bien que nous ayons idéalement besoin d'une évaluation détaillée de chaque wilayat, il faut en outre qu'elle soit suivie dans le temps pour confirmer pleinement la validité de notre wilayat-En tant que tel, il est le plus susceptible d'être suffisamment représentatif de la réalité de l'État islamique pour servir de cadre idéal pour comprendre le fonctionnement de l'État islamique et évaluer les chances de sa survie et de son expansion ou, au contraire, de sa décadence et de sa disparition.

Dans les prochains articles, nous détaillerons davantage la dynamique politique, les processus et les structures du système des wilayats au sein de l'État islamique.

Helene Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est la directrice de la Red (Team) Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les questions de sécurité nationale et internationale.

——-

* Tous les chercheurs et analystes de l'État islamique devraient remercier tout particulièrement Aaron Zelin pour la maintenance de Jihadology.net, car cela nous permet à tous d'accéder aux vidéos et documents djihadistes, non seulement en un seul endroit mais aussi facilement, l'accès aux documents de l'État islamique semblant de plus en plus interdit dans certains pays.

De même, le travail de traduction et les recherches primaires effectuées par Aymenn Al-Tamimi sont immensément utiles.

Bien entendu, ces remerciements ne diminuent en rien l'intérêt des analyses des deux chercheurs.

——-

Bibliographie

Al-Tamimi, Aymenn Jawad, "Aspects de l'administration de l'État islamique (IS) dans la province de Ninawa : Partie III", Iraq Insurgent Profiles (aymennjawad.org), 23 janvier 2015.

Al-Tamimi, Aymenn Jawad, "The Islamic State and its 'Sinai Province'",Tel Aviv Notes : Centre Moshe Dayan, 26 mars 2015.

Barrett, Richard, L'État islamique, Le groupe Soufan, novembre 2014.

Caris, Charles C., & Samuel Reynolds, ISIS governance in Syria, ISW, juillet 2014.

Lavoix, Hélène, "The Islamic State's Psyops - Ultimate War", Analyse de Red (Team), 9 février 2015.

Lavoix, Hélène, "The Islamic State Psyops - Worlds War", analyse de Red (Team), 19 janvier 2015.

Lewis, Bernard, The Political Language of Islam, The University of Chicago Press, 1988, n° 22, p. 123.

Reuter, Christoph, "The Terror Strategist : Secret Files Reveal the Structure of Islamic State", Der Spiegel, 18 avril 2015.

Roggio, Bill, & Caleb Weiss, "Islamic State captures dam, overruns base in western Iraq", The Long War Journal, 26 avril 2015.

Sherlock, Ruth, "Inside the leadership of Islamic State : how the new 'caliphate' is run", The Telegraph, 9 juillet 2014.

Tambiah, Stanley, Conquérant et renieur du monde : une étude du bouddhisme et de la politique en Thaïlande dans un contexte historique (Cambridge : Cambridge University Press, 1976).

Zelin, Aaron, "Le modèle de l'État islamique", Le Washington PostLe 28 janvier 2015.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR