Niveau de risque et incertitudes

Niveau de risque
très élevé au niveau national (évaluation de l'OMS)
 élevé au niveau régional (évaluation de l'OMS)
➀ faible au niveau mondial (évaluation de l'OMS)

➚   Risque pour les acteurs sans activités en RDC - Mettez le risque sous surveillance

Principaux acteurs concernés: voyages et tourisme, ONG, Sociétés minières (notamment Cobalt, Cuivre) - Risque d’évaluation en fonction du lieu et des activités.

Faits et analyses

Chiffres de l'OMS - Du 4 avril au 17 mai 2018:

  • 45 cas suspects, probables et confirmés (14) d'Ebola signalés
  • 25 morts (+2 / 15 mai)
  • 527 contacts ont été identifiés et sont suivis et surveillés

Une nouvelle épidémie de maladie à virus Ebola (Ebola) se déclare en République démocratique du Congo.

Le 8 mai 2018, la RDC a notifié à l'OMS «deux cas confirmés d'infection par le virus Ebola survenus dans la zone sanitaire de Bikoro, dans la province de l'Équateur». Depuis lors, nous suivons de près l'évolution de la maladie.

Carte de l'OMS - Actualités sur les flambées de maladies 17 mai 2018

Le 17 mai 2018, l'OMS a augmenté le niveau de risque lorsqu'un nouveau «cas confirmé par un laboratoire de la ville de Mbandaka» a été «notifié par le ministère de la Santé du pays». Mbandaka compte 1,2 million d'habitants. D'ici le 18 mai 2018, 3 cas seraient ainsi confirmés à Mbandaka. La ville est un port qui «se trouve sur la rive est du fleuve Congo, le deuxième plus long d’Afrique après le Nil. Des dizaines de millions de personnes vivent le long du fleuve, ainsi que les capitales du Congo, de la République centrafricaine et de la République du Congo, ainsi que ses affluents. Cela crée une situation beaucoup plus précaire pour la propagation du VE que Bikoro, l'épicentre de l'épidémie (ProMed, 17 avril) ».

En conséquence, le 18 mai 2018, l'OMS a réuni un comité d'urgence chargé d'évaluer la dernière épidémie d'Ebola. Il a décidé qu'à cette date, cette épidémie devrait ne pas être considéré comme une urgence de santé publique de portée internationale - une PHEIC. Le comité se réunira de nouveau si l'épidémie se propage et réévalue alors la situation. Outre les mesures de «réponse vigoureuse» et de renforcement de la préparation et de la surveillance des pays voisins, le conseil principal est le suivant:

«Le filtrage des sorties, y compris dans les aéroports et les ports du fleuve Congo, est considéré comme d’une grande importance; toutefois, le filtrage des entrées, en particulier dans les aéroports éloignés, n’est pas considéré comme ayant une valeur en termes de santé publique ou de rapport coût-bénéfice ».

Selon le rapport de situation de l'OMS du 17 mai 2018, le niveau de risque pour la santé publique évalué par l'OMS a été modifié pour devenir

  • très élevé au niveau national
  • élevé au niveau régional.
  • faible au niveau mondial

Compte tenu des trois principaux facteurs identifiés lors de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest (2014-2015), l'existence du vaccin anti-Ebola disponible, le vaccin rVSVDG-ZEBOV-GP, qui s'est révélée très efficace et qui est déjà envoyé en RDC, est un facteur favorable pour voir l'épidémie contrôlée. «L’OMS envoie 7540 doses du vaccin Ebola rVSV-ZEBOV, ce qui est suffisant pour 50 anneaux de 150 personnes. 4300 doses de vaccin sont déjà arrivées à Kinshasa. Des équipes logistiques et de vaccination sont mises en place pour commencer la vaccination dès que possible »(OMS).

La difficulté de stocker puis de déplacer le vaccin dans les zones touchées est toutefois préoccupante, tout comme l'état des soins de santé dans la région. Médecins Sans Frontières (MSF) prend déjà des mesures pour «intensifier sa réponse dans la zone touchée».

Pour les acteurs mondiaux n'ayant aucune activité directe en RDC, l'enjeu est donc à surveiller mais reste relativement peu préoccupant.

Signaux et Sources

Ebola: deux autres cas confirmés à Mbandaka en RDC - The Guardian

Deux autres cas d'Ebola ont été confirmés dans la ville de Mbandaka, dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo, ont annoncé des responsables de la santé. Le rapport porte à trois le nombre de cas confirmés dans la ville d'un million d'habitants, laissant entrevoir la possibilité d'une épidémie plus vaste que prévu.

Déclaration sur la 1ère réunion du Comité d'urgence du RSI concernant l'épidémie d'Ebola en 2018 - OMS

La 1ère réunion du Comité d'urgence convoqué par le Directeur général de l'OMS au titre du Règlement sanitaire international (RSI) (2005) concernant l'épidémie de maladie à virus Ebola (EVD) en République démocratique du Congo a eu lieu le vendredi 18 mai 2018, De 11h00 à 14h00, heure de Genève (CET).

Maladie à virus Ebola - République démocratique du Congo - Actualités sur les épidémies - OMS -17 mai 2018

Maladie à virus Ebola - République démocratique du Congo

Nouvelles sur les épidémies d'Ebola en RDC.

RDC: La neuvième épidémie d'Ebola en 40 ans touche une zone urbaine - MSF - 17 mai 2018

RDC: La neuvième épidémie d'Ebola en 40 ans touche une zone urbaine

Un foyer d’Ebola a été déclaré dans la province de l’Équateur, en République démocratique du Congo (RDC). L’épidémie, dans le nord-est du pays, a touché 44 personnes présentant des symptômes de fièvre hémorragique dans la région; Trois cas d'infection à virus Ebola ont été confirmés et 23 décès ont été notifiés par les autorités sanitaires nationales.

A propos de l'auteur: Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (Relations internationales), est le directeur de The Red (Team) Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte en matière de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur l'intelligence artificielle, la science quantique et la sécurité. Elle enseigne au niveau Master à SciencesPo-PSIA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont utilisées.

FR
EN FR