Dans cet article, nous nous concentrerons sur la signification stratégique de l'intégration rapide de l'intelligence artificielle (IA) par l'armée chinoise, au niveau du commandement et de la gestion des opérations de guerre.

Dans le premier article de cette série, nous avons vu comment l'Armée populaire de libération de la Chine (APL) travaille à intégrer l'IA à de nombreux systèmes d'armes, développant ainsi sa "puissance de feu". Ce processus fait partie de l'effort national chinois pour devenir le leader mondial dans le domaine de l'IA avant 2030, grâce au processus de fusion civilo-militaire (Jean-Michel Valantin, "Militarisation de l'intelligence artificielle - Chine (1)“, The Red Team Analysis Societyle 23 avril 2018). Le gouvernement et la Commission militaire centrale de l'APL considèrent l'AI comme une force massive, un facteur de rapidité et de précision et un multiplicateur de son appareil militaire ("Témoignage devant la Commission d'examen des questions économiques et de sécurité États-Unis/Chine : Les avancées chinoises en matière de systèmes sans pilote et d'applications militaires de l'intelligence artificielle - La trajectoire de l'APL vers une guerre sans pilote et "intelligente”, Le groupe de stratégie à long terme, 23 février 2017.

Dans cet article, nous nous concentrerons sur le processus d'"intelligentisation" mené par l'APL, qui vise également à renforcer les capacités cognitives et décisionnelles des niveaux de commandement grâce à la capacité extrêmement forte et rapide de traitement de l'information de l'IA (Lt Col Ashutosh Verma, "Comment la Chine s'oriente vers une guerre intelligente“, Le monde géospatialle 26 avril 2018). Ces nouvelles capacités pourraient avoir des conséquences massives sur la façon dont l'APL conçoit les opérations de guerre, notamment par l'utilisation stratégique de l'IA afin de réduire considérablement le facteur d'incertitude dans les opérations de guerre, et ainsi atteindre la domination militaire. En effet, cette militarisation de l'IA pourrait conduire à une "domination militaire de l'IA", c'est-à-dire la composante militaire de ce qu'Hélène Lavoix qualifie de "puissance de l'IA" ("L'intelligence artificielle au service de la géopolitique - Présentation de l'IA" et dans "Intelligence artificielle et apprentissage approfondi - Le nouveau monde de l'IA en devenir”, The Red Team Analysis Societyle 26 mars 2018).

De là, il ressort que l'APL expérimente la manière dont l'IA pourrait aider les niveaux de commandement à lever ce que Clausewitz appelle la "grande incertitude", c'est-à-dire la difficulté à comprendre l'objet immensément complexe que sont les opérations de guerre et donc à prendre les bonnes décisions au bon moment (Sur la guerrechapitre 3, "Le génie pour la guerre").

Tout d'abord, nous examinerons la manière dont la militarisation de l'IA conduit de la "puissance (de feu) de l'IA" à la "prise de décision du commandement de l'IA". Ensuite, nous verrons comment cette tendance militaire de l'IA vise à réduire l'incertitude dans la guerre. Ensuite, nous proposerons un résultat possible pour cette tendance, c'est-à-dire une "domination de l'IA" du futur afin d'atteindre une domination militaire pendant les opérations de guerre en cours.

L'accès pour les non-membres ou pour votre forfait est limité.
Pour continuer la lecture, devenir membre de la société d'analyse The Red (Team).
Si vous êtes déjà membre, veuillez login (n'oubliez pas de rafraîchir la page).

Article complet 1623 mots - environ 5 PAGES

 

Aujourd'hui, les opérations militaires contemporaines menées par les grandes puissances se déroulent également dans le cyberespace et peuvent se développer à une telle vitesse que les opérateurs humains doivent désormais compter sur de nouvelles capacités pour percer les "nuages d'incertitude". Dans ce processus, il apparaît que grâce au processus d'intelligentification de l'APL, la militarisation de l'IA devient rapidement d'une importance stratégique au 21ème siècle, (Hélène Lavoix, "Intelligence artificielle - forces, moteurs et enjeux". The Red Team Analysis Society26 mars 2018).

À propos de l'auteur: Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Géopolitique de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale.

Image en vedette : Défilé de la Seconde Guerre mondiale en Chine en 2015 (capture d'écran) - 3 septembre 2015 - De VOA - Domaine public.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et sécurité de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR