Les États-Unis et la Chine sont engagés dans une lutte de plus en plus acharnée pour le statut de superpuissance. Au départ, beaucoup n'ont perçu cet affrontement que sous l'angle d'une guerre commerciale. Cependant, la "saga" des ZTE indiquait déjà que la question était plus large et impliquait une bataille pour la suprématie sur les technologies du 21e siècle et, par conséquent, pour la puissance internationale (voir Quand l'IA a commencé à être créée - Intelligence artificielle et puissance de calcul7 mai 2018).

La bataille technologique sino-américaine s'apparente de plus en plus à un combat à mort, l'offensive contre Huawei visant notamment à protéger les futurs réseaux 5G (Cassell Bryan-Low, Colin Packham, David Lague, Steve Stecklow et Jack Stubbs, "Le défi de la Chine : le combat des 5G“, Reuters enquête21 mai 2019). Pour Huawei et la Chine, ainsi que pour le monde entier, les conséquences sont considérables, car après l'arrêt par Google de la licence Android de Huawei et l'interdiction d'Intel et de Qualcomm, le concepteur de puces britannique ARM, détenu notamment par la Softbank japonaise, met désormais fin à ses relations avec Huawei (Paul Sandle, "L'arrêt de l'approvisionnement en ARM porte un nouveau coup au géant technologique chinois Huawei“, Reutersle 22 mai 2019 ; "Briefing sur le DealBook : La réaction de Huawei se mondialise“, Le New York Times23 mai 2019 ; Tom Warren, "Les alternatives Android et Windows de Huawei sont vouées à l'échec“, Le vertige23 mai 2019).

La très probable offensive américaine contre la chaîne chinoise Hikvision, l'un des plus grands producteurs mondiaux de systèmes de vidéosurveillance impliquant notamment "l'intelligence artificielle, la surveillance de la parole et les tests génétiques" ne ferait que confirmer l'offensive américaine (Doina Chiacu, Stella Qi, "Trump affirme que le "dangereux" Huawei pourrait être inclus dans l'accord commercial entre les États-Unis et la Chine“, Reuters23 mai 2019 ; Ana Swanson et Edward Wong, "L'administration pourrait mettre sur liste noire la société de surveillance chinoise Hikvision“, Le New York Times21 mai 2019).

La Chine, pour sa part, répond à la fois à la guerre commerciale et à la lutte technologique par une mobilisation idéologiquement martiale de sa population sur le modèle de la "guerre du peuple", de "la longue marche", et en changeant la programmation télévisée pour diffuser des films de guerre (Iris Zhao et Alan Weedon, "La télévision chinoise change soudainement de programme pour diffuser des films anti-américains dans le contexte de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine", ABC News, 20 mai 2019 ; Michael MartinaDavid Lawder, “Préparez-vous à des temps difficiles, demande le Chinois Xi, alors que la guerre commerciale approche“, Reuters22 mai 2019). Cela souligne l'importance de l'enjeu pour l'Empire du Milieu, comme nous l'avons expliqué précédemment (★ Capteur et actionneur (4) : Intelligence artificielle, la longue marche vers la robotique avancée et la géopolitique).

Ces mesures soulignent les immenses intérêts en jeu. En effet, les nouvelles technologies, de l'intelligence artificielle (IA) sous ses multiples formes à l'internet des objets (IdO) et à la communication, en passant par les sciences et technologies de l'information quantique (SQI), participent à un changement paradigmatique, qui inclut également la gouvernance, le pouvoir international et la manière dont les guerres peuvent être menées et gagnées.

Contenu
  1. Comment les êtres humains deviennent les acteurs des agents de l'IA
    1. Étude de cas
      1. L'exemple du jeu de go de Google DeepMind
      2. Voyager en avion
      3. Le cas des maisons intelligentes
    2. Former les êtres humains à agir sans réfléchir au préalable
  2. Gagner une guerre par la soumission de l'ennemi : réflexion sur un scénario dystopique
  3. De la création de ponts entre les mondes à la modification de l'équilibre des mondes
    1. Changer de monde pour surmonter les difficultés
      1. Passerelles numériques
      2. Dématérialiser le monde
      3. Bienvenue à la matrice
    2. L'impossible dématérialisation totale du monde et les vulnérabilités
      1. Il n'existe pas de monde uniquement numérique
      2. L'énergie, la composante physique cachée de la numérisation
      3. Les entreprises informatiques, les catastrophes liées au changement climatique et la responsabilité
    3. Les pays des utilisateurs paient la facture, des menaces systémiques et un revirement stratégique
      1. Pays des utilisateurs et menaces systémiques
      2. Un tournant stratégique

Nous nous concentrerons ici sur ces nouveaux visages possibles de la sécurité en général et de la guerre en particulier. Ces changements potentiels - et déjà opérationnels - découlent des dynamiques complexes qui ont été déclenchées. Comme nous l'avons constaté précédemmentL'évolution difficile vers des robots avancés, ajoutée au vif intérêt des parties prenantes pour l'obtention de systèmes d'intelligence artificielle (IA), notamment Apprentissage approfondi (DL), qui sont opérationnelles et rentables, entraînent une conséquence inattendue. Les êtres humains eux-mêmes sont de plus en plus entraînés dans l'écosystème des agents de l'IA. Ils sont en fait transformés en actionneurs d'algorithmes.

Nous allons d'abord examiner ce qui se passe et expliquer comment les êtres humains deviennent les acteurs des agents de l'IA, en donnant des exemples. Ensuite, nous esquisserons un scénario expliquant comment cette évolution pourrait conduire à un avenir dystopique où un acteur étatique maîtrisant les agents IA pourrait gagner une guerre d'une nouvelle manière.

Troisièmement, nous nous tournerons vers les mondes numérique et matériel et vers les ponts entre eux. Nous soulignerons que la nécessité de voir se développer l'IA conduira également à une dématérialisation plus poussée du monde, avec, comme extrême, la réalité virtuelle. Cependant, nous expliquerons que la dématérialisation totale est impossible et qu'elle s'accompagne d'un coût caché important, à savoir une augmentation de la consommation d'énergie, avec des conséquences sur le changement climatique. Nous soulignerons également que les pays utilisateurs supportent le plus gros du fardeau et sont confrontés à des menaces systémiques majeures. Enfin, nous identifierons un moyen pour eux d'anticiper ces menaces systémiques, dans une perspective stratégique intéressante.

Comment les êtres humains deviennent les acteurs des agents de l'IA

Étude de cas

L'exemple du jeu de go de Google DeepMind

Reprenons d'abord notre premier exemple de jeu de go de Google DeepMind (voir Insérer l'intelligence artificielle dans la réalité). Comme nous l'avons expliqué, le déroulement du jeu se présente comme suit :

Capture d'écran de la vidéo Google DeepMind : AlphaGo maîtrise le jeu de Go - 1:19

Nous avons fait remarquer que pour voir l'agent IA de DeepMind devenir pleinement opérationnel, il fallait prévoir un capteur pour remplacer la dame en C et un actionneur à la place du monsieur en A.

Cependant, pour obtenir un actionneur en A, nous aurions idéalement besoin d'un robot avancé. Comme nous l'avons vu, des robots avancés aussi sophistiqués ne sont pas encore disponibles (★ Capteur et actionneur (4)...). Nous sommes encore loin d'avoir les types de robots avancés dont nous aurions besoin pour nombre des tâches d'actionnement que les agents AI/DL devraient idéalement effectuer (Ibid.).

Ainsi, ce qui se passe, c'est que A restera un être humain dans un avenir proche, tandis que AI et notamment DL continueront à se développer parce que les parties prenantes ont besoin de leur expansion (Ibid.).

En d'autres termes, les parties prenantes qui promeuvent les agents de l'IA et leur utilisation, afin de surmonter la pénurie encore actuelle d'actionneurs non humains, transformeront les êtres humains que l'IA est censée aider en actionneurs de ces agents.

Voyager en avion

Prenons un autre exemple, celui d'une série d'agents d'IA qui visent à vendre des billets d'avion. L'objectif final du voyageur est de pouvoir se rendre de son domicile au lieu P. Grâce à une série de numérisation du processus et à l'utilisation de divers algorithmes, les meilleurs étant du type apprentissage approfondi, le futur voyageur se verra présenter une série de destinations et d'itinéraires et de billets d'avion. Il en choisira une puis paiera son billet à la compagnie aérienne.

Si notre voyageur possède un smart phone, il pourra alors obtenir son billet sur son smart phone. Sinon, il devra l'imprimer. À l'aéroport, s'il n'a pas de smart phone, il devra imprimer une carte d'embarquement.

Dans tous les cas, il devra imprimer les billets de bagages. Selon les robots disponibles dans l'aéroport, il devra scanner la carte d'embarquement et le billet de bagage, placer les bagages sur la ceinture de transport, vérifier le poids ou, à défaut, faire passer les bagages dans un robot qui vérifiera ensuite les billets de bagage et le poids.

Enfin, qu'il soit prêt à passer les contrôles de sécurité.

Pour la plupart des étapes, on peut voir comment l'absence d'un appareil intelligent avancé est compensée par l'utilisateur, c'est-à-dire un être humain. Les utilisateurs ont été transformés en actionneurs des agents AI de la compagnie aérienne, remplaçant entre-temps également les anciens employés de la compagnie aérienne. En outre, lorsqu'un appareil intelligent est opérationnel, les consommateurs ou les utilisateurs sont ceux qui doivent acheter les appareils intelligents. Ils supportent donc désormais une partie des investissements qui étaient autrefois payés par les compagnies.

Nous avons observé quelque chose de similaire dans le cas de l'agriculture intelligente lorsque des machines agricoles avancées n'étaient pas disponibles ou construites dans le cadre de l'ensemble du processus utilisant l'IA (voir ★ L'intelligence artificielle, l'Internet des choses et l'avenir de l'agriculture : Une agriculture intelligente et sûre ? (1) et (2)).

Le cas des maisons intelligentes

Le cas est moins clair lorsque l'on examine les maisons intelligentes et certains de leurs composants, comme les célèbres assistants d'IA Amazon Alexa qui se connecte avec le smart speaker Echo ou Google assistant >/a> qui se connecte avec les appareils IoT du téléphone portable à la tablette via le haut-parleur Google Home.

On peut imaginer que l'un de ces assistants pourrait formuler une suggestion telle que "pour atteindre à temps le lieu où vous devez rencontrer tel ou tel client, vous devez partir maintenant et conduire selon cet itinéraire".

Une première série d'actionneurs serait à l'œuvre pour traduire le résultat des algorithmes DL en une série de phrases ordonnées de manière à ce qu'elles aient un sens en termes d'agenda humain. D'autres actionneurs fonctionneraient ensuite pour exprimer les suggestions d'une manière qu'un être humain puisse entendre et comprendre. Dans d'autres cas, si les capacités vocales ne sont pas disponibles, les conseils pourraient alors être affichés sur un écran.

Il est probable que la personne qui reçoit les suggestions ait l'impression que l'assistant AI l'aide, ce qui est probablement vrai.

Cependant, du point de vue des agents AI, l'individu agirait également en fonction des suggestions des agents AI. L'individu ferait en sorte que la production des agents AI existe dans le monde physique.

Former les êtres humains à agir sans réfléchir au préalable

Ce qui est troublant du point de vue de l'être humain, c'est que notre propre séquence "de la cognition à l'action", construite sur 40 000 ans si l'on considère uniquement le Cro-magnon (Encyclopédie Britannica), est brisée. En résumé, si nous faisons une évaluation très simpliste de la séquence qui conduit à nos actions, nous avons plus ou moins le schéma suivant : sentir le monde, analyser les données recueillies, décider en fonction de l'analyse, agir. Ce modèle devrait être affiné en utilisant les recherches disponibles. Pourtant, quelles que soient les conclusions et les recherches les plus récentes, avec l'assistant d'AI, notre processus habituel est modifié et une partie en est supprimée.

Dans notre cas, les agents AI font l'analyse, puis suggèrent des possibilités de décisions. Ceci est destiné à nous rassurer et à nous faire croire que nous sommes libres de décider d'agir ou non, puis d'agir en conséquence.

Cependant, décider sans aucun contrôle sur les apports et les analyses, puis agir en fonction de cette décision va tout à fait à l'encontre des efforts de compréhension, de connaissance et d'éducation de milliers d'années d'histoire. Nous avons l'impression d'être transformés, au mieux, en enfants, au pire, en esclaves... ou en robots. Même si la décision reste entre nos mains, une décision prise sans tenir compte de l'analyse n'est pas une décision réelle et la porte est ouverte à toute manipulation ou erreur.

D'où, ici, la nécessité absolue de développer la confiance, ainsi que la capacité à "entrer dans" et à superviser l'analyse, c'est-à-dire à surmonter le "problème de la boîte noire" de l'IA (par exemple Will Knight, "Le sombre secret au cœur de l'IA“, Revue technologique du MIT11 avril 2017)

En fait, le fait que le secteur des entreprises possède les agents AI et qu'il les utilisera donc à son propre avantage d'abord et ensuite au profit de son client ne fait qu'aggraver le problème. Des décennies de publicité et de tentatives de marketing visant à manipuler le processus de prise de décision des consommateurs ne font qu'aggraver le problème, sans parler des siècles de lobbying au profit des entreprises, le plus souvent contre le bien public.

Ainsi, seul un rôle très fort des autorités politiques comme garant du bien public et de la sécurité de chaque citoyen, qu'il s'agisse d'une personne physique ou morale, peut, en fin de compte, établir les conditions de la confiance qui sera absolument nécessaire pour que les agents AI qui transforment les êtres humains en actionneurs se développent en toute sécurité.

De plus, il sera crucial de s'assurer que les capacités humaines ne sont pas perdues entre-temps. Quelques auteurs évoquent cette possibilité dans le cas de la prise de décision stratégique, par exemple (Andrew Hill, "L'intelligence artificielle crée de véritables dilemmes stratégiques“, Financial Times20 mai 2019).

Gagner une guerre par la soumission de l'ennemi : réflexion sur un scénario dystopique

Un scénario dystopique peut être imaginé pour mettre en évidence certaines des caractéristiques de cette réalité possible.

La nouvelle société est segmentée en deux.

Les citoyens et les entreprises plus riches peuvent acheter les robots qui agissent alors à leur place, lorsque ces robots avancés sont disponibles. Dans ce cas, ces personnes plus riches économisent du temps et des ressources pour un certain nombre de tâches, entièrement sous-traitées à des agents AI et à leurs robots actionneurs avancés. Il est vrai que, dans l'intervalle, ils abandonnent également une partie de leur pouvoir, en tant qu'action - comme dans le Macht ou en anglais Pourrait - est fondamentalement le pouvoir. Pourtant, quelques-uns d'entre eux, ceux qui sont assez sages pour le faire, utilisent le temps ainsi épargné pour d'autres tâches plus évoluées.

Les citoyens et les entreprises les plus pauvres, la grande majorité, sont de plus en plus souvent les acteurs des agents de l'IA et de leurs parties prenantes. Leur volonté est apparemment maintenue, mais, parce qu'ils agissent sur les suggestions et les analyses faites par les agents d'IA appartenant aux parties prenantes des entreprises, ils sont de facto subordonnés aux intérêts de ces parties prenantes.

Par exemple, pour poursuivre avec notre exemple précédent, lorsqu'il se rend à une réunion, l'appareil connecté du citoyen le plus pauvre choisira un itinéraire qui s'approchera de tel ou tel magasin. L'appareil lui indiquera alors qu'il doit acheter ce produit, disponible par hasard dans ce magasin. Au contraire, notre citoyen plus riche, avec son ensemble de robots, n'aura pas à passer par là. Il trouvera les produits déjà livrés chez lui.

Il pourrait sembler que les plus pauvres soient en fait mieux lotis en termes de liberté que la classe riche. Cela est cependant discutable, car dans le cas des plus pauvres, on prend l'habitude de se fier à quelque chose qui nous dit quoi faire sans réfléchir. Ainsi, l'apparence de la liberté de décision n'est en fait qu'une apparence. Ensuite, une fois l'habitude prise et, par conséquent, la capacité de penser avant d'agir progressivement perdue, la porte est ouverte à toute manipulation.

Il est vrai que les personnes les plus riches seront mises en face de la fait accomplimais la séquence même qui mène de la réflexion à l'action n'aura pas été brisée et endommagée. Si - et c'est un grand "si" - les personnes les plus riches utilisent le temps qui leur est imparti pour s'instruire davantage, elles peuvent alors échapper à un autre danger, qui est de renoncer complètement à toute maîtrise de certains secteurs de leur vie.

Dans les deux cas, sans un contrôle et une protection solides, les citoyens risquent fort de perdre une partie de leur humanité et d'être transformés en choses. Ils peuvent progressivement devenir l'outil des agents de l'IA et de leurs parties prenantes, sans jamais se battre, car la transition aura été lente et apparemment inoffensive.

Maintenant, considérez que le(s) principal(aux) acteur(s) ayant vendu la gamme d'agents AI est(sont) une puissance étrangère. Par ailleurs, les entreprises qui vendent ces agents peuvent être étrangères et, pour une multitude de raisons, notamment l'intérêt national et la sécurité nationale, doivent obéir à des autorités politiques étrangères.

Cette puissance étrangère aurait alors un contrôle presque total sur la population grâce aux agents de l'AI. En cas de guerre, si l'armée et les autorités politiques du pays visé ont l'intention de se battre, l'acteur étranger qui dirige les agents AI pourrait facilement manipuler la population utilisatrice, qu'elle soit riche ou pauvre, selon la façon dont elle a été transformée. L'armée pourrait alors être confrontée à d'éventuelles attaques sans et surtout avec une masse d'ennemis à l'intérieur, car la population pourrait être retournée de diverses manières contre sa propre armée. L'agresseur se battrait et gagnerait éventuellement avec un minimum de pertes.

Compte tenu du danger, les autorités politiques - en supposant une fois de plus qu'elles ne sont ni prédatrices ni "vendues" à un acteur plus fort et plus puissant - ont encore plus intérêt à s'assurer que la population qu'elles dirigent ne finira pas par être dirigée par d'autres.

D'une manière générale, il ne s'agit pas ici de refuser le progrès technologique, ni d'accroître la peur et l'hostilité à l'égard de l'IA. Ce qui compte, c'est d'être conscient des risques et d'essayer de prendre les bonnes mesures pour utiliser au mieux le progrès, tout en atténuant les conséquences négatives involontaires.

Plus précisément, pour chaque régime politique, il devient important de comprendre les enjeux, de s'assurer qu'une règle étrangère et éventuellement négative n'est pas imposée à une population candide. Même sans intention agressive, la possibilité même que la capacité d'assouplir une règle étrangère soit mise en place devrait sonner l'alarme et déclencher des actions de protection.

Or, comme l'a notamment montré l'exemple des voyages aériens, ce qui est en jeu ici n'est pas seulement l'utilisation d'agents AI. La question est plus large et comprend l'ensemble du processus de numérisation, comme nous allons le voir maintenant.

De la création de ponts entre les mondes à la modification de l'équilibre des mondes

Dans un premier temps, nous avons constaté que les capteurs et les actionneurs d'un agent IA (ou d'une série d'entre eux) servent également de ponts entre différents types de mondes ou de réalités (Insérer l'intelligence artificielle dans la réalité).

Changer de monde pour surmonter les difficultés

Passerelles numériques

Nous pouvons avoir des IA qui opèrent uniquement dans le monde numérique. Dans ce cas, les capteurs et les actionneurs font principalement le lien entre les différentes façons de comprendre le monde numérique. Par exemple, un capteur "lira" une entrée numérique initialement intelligible pour les humains ou pour un autre appareil et la rendra intelligible pour l'agent d'intelligence artificielle. L'actionneur prendra la sortie de l'IA et la rendra compréhensible numériquement à n'importe quel acteur qui en a besoin, qu'il soit humain ou non.

Le dernier exploit réalisé par l'agent AI AlphaStar de Google DeepMind, lorsqu'il a maîtrisé le jeu StarCraft II de Blizzard, est un exemple de ce type d'environnement exclusivement numérique (AlphaStar Team, "AlphaStar : Maîtriser le jeu de stratégie en temps réel StarCraft II“, Blog de DeepMind(voir leur site web pour plus de photos et de vidéos).

AlphaStar en action avec la séquence de différence, l'entrée et la sortie - Vérifier Image originale de DeepMind pour l'animation

Dématérialiser le monde

De manière plus complexe, nous avons des capteurs et des actionneurs qui doivent servir de ponts entre le monde physique ou matériel et le monde numérique.

Face à la difficulté de relier des mondes vraiment différents, une solution, outre la transformation des êtres humains en actionneurs, consiste à faire entrer le plus possible du monde physique dans le monde numérique. C'est exactement ce que décrit l'exemple ci-dessus de voyage en avion.

On peut donc s'attendre à ce que, dans les années à venir, la numérisation du monde soit encore plus encouragée. En effet, nous avons vu précédemment l'intérêt que les différents acteurs ont à développer et à rendre opérationnels et rentables les systèmes d'IA, notamment en impliquant DL (voir la partie 3 de ★ Capteur et actionneur (4) : Intelligence artificielle, la longue marche vers la robotique avancée et la géopolitique). Ainsi, ces acteurs ont de fortes chances de transformer les êtres humains en actionneurs, tout en réduisant autant que possible le besoin d'actionneurs reliant le monde numérique au monde physique, dans une stratégie à deux volets.

La numérisation du monde devient une dématérialisation avec laquelle les êtres humains doivent trouver des moyens d'interagir.

Bienvenue à la matrice

Une évolution extrême consisterait à développer davantage ce que l'on appelle la réalité virtuelle, ce qui permettrait d'amener toujours plus d'êtres humains dans le monde des agents AI. Dans ce cas, les actionneurs seraient mis à l'envers. Il ne s'agirait plus de dispositifs servant de passerelle entre le monde numérique et le monde physique et permettant aux agents IA de produire des résultats dans le monde physique. Ils seraient des dispositifs faisant le pont entre le monde physique et le monde numérique, donc similaires à des capteurs, et amenant des êtres humains dans le monde des agents IA.

Bienvenue à la Matrice !

L'appareil peut être externe, comme par exemple avec les fameux casques (par exemple "Les meilleurs casques de RV pour 2019“, PC Magazine) ou avec des lunettes Google (dernière génération pour les entreprises, publié le 20 mai 2019). Ils pourraient même être implantés dans des êtres humains. Ils pourraient être un mélange des deux, comme dans le cas d'AlterEgo, "une interface neurale périphérique non invasive, portable, qui permet aux humains de converser en langage naturel avec des machines, des assistants d'intelligence artificielle, des services et d'autres personnes sans aucune voix... Le retour d'information à l'utilisateur est donné par l'audio, via la conduction osseuse"... Les capteurs "capturent les signaux neuronaux périphériques lorsque les articulateurs de la parole interne sont activés volontairement et neurologiquement" (Site AlterEgovoir aussi Lauren Golembiewski, "Comment l'IA portable va amplifier l'intelligence humaine“, HBR30 avril 2019).

TED2019 | Avril 2019

La dématérialisation du monde jusqu'à la réalité virtuelle et l'inversion des actionneurs, ainsi qu'avant cette étape la transformation des êtres humains en actionneurs, ont des impacts cruciaux pour les forces armées, car la nature de leurs cibles possibles change. En conséquence, les fins, les moyens d'attaque et de défense doivent également changer en conséquence. Cependant, comme nous l'expliquons ci-dessous, nous ne devons pas non plus surestimer les changements. Compte tenu du temps nécessaire à la mise au point de nouveaux systèmes d'armes et d'armements, il est crucial d'anticiper ces évolutions.

L'impossible dématérialisation totale du monde et les vulnérabilités

Examinons maintenant ces séquences de façon schématique mais dans leur ensemble, comme un système, avec le schéma ci-dessous.

Modèle d'actionneur de capteur PDDP
Intelligence artificielle, numérisation et dématérialisation du monde

Il n'existe pas de monde uniquement numérique

Parce que nous, en tant qu'êtres humains, vivons dans le monde réel et sommes des êtres physiques, alors, à un moment ou à un autre, même ce qui semblait initialement ne se dérouler que dans le monde numérique devra être traduit dans le monde physique. Quelle que soit l'ampleur de la dématérialisation, il faudra des ponts avec le monde physique.

Quelle que soit l'ampleur de la dématérialisation, il faudra des ponts avec le monde physique.

Ainsi, en fait, la bonne façon d'aborder la question d'un point de vue systémique n'est pas d'envisager deux types de séquences, numériques-numériques d'une part, et numériques-physiques d'autre part, les deux étant séparés.

Ce que nous avons est toujours une séquence unique qui, en termes de mondes ou d'environnements, est physique-numérique-numérique-physique. Si la partie numérique est égale à zéro, alors nous retrouvons les interactions physiques classiques. Mais nous ne pouvons en aucun cas supprimer les deux extrémités physiques, même si nous pensions être simplement dans une séquence numérique-numérique.

Même dans le cas extrême d'une réalité virtuelle généralisée, les êtres humains auraient toujours besoin de voir leurs besoins fondamentaux satisfaits, comme la nourriture et la boisson, comme le montrent les films La matrice. Leur processus émotionnel et cognitif devrait être maintenu en bonne santé comme dans Total des rappels. En attendant, le système numérique devrait fonctionner.

L'énergie, la composante physique cachée de la numérisation

En effet, aussi cachée soit-elle, la dématérialisation de la société s'accompagne toujours d'un pont ou d'un lien fondamental avec le monde physique ou matériel. Ce lien est l'utilisation de la ressource fondamentale la plus élémentaire du monde physique, l'énergie, comme l'a si bien souligné Thomas Homer Dixon (Le revers de la médaille, la catastrophe, la créativité et le renouvellement de la civilisation, 2006).

Dans ce cadre, Janine Morley, Kelly Widdicks et Mike Hazas examinent "la croissance phénoménale du trafic Internet, comme une tendance ayant des implications importantes pour la demande d'énergie" ("Digitalisation, energy and data demand : L'impact du trafic Internet sur la consommation globale et les pics de consommation d'électricité", Recherche sur l'énergie et les sciences socialesVolume 38, avril 2018, pages 128-137, https://doi.org/10.1016/j.erss.2018.01.018). Appelant à un agenda pour mieux comprendre et ensuite atténuer "les projections les plus problématiques de la consommation d'énergie sur Internet", ils soulignent également la forte consommation d'énergie de l'Internet et donc la numérisation impliquentmême si divers scénarios restent possibles compte tenu de l'incertitude. Par exemple :

"La plupart des estimations de la consommation d'énergie liée aux TIC prévoient également une croissance régulière. Par exemple, Van Heddeghem et al. estiment que l'électricité consommée par les appareils et infrastructures numériques croît plus rapidement (7% par an) que la demande mondiale d'électricité elle-même (3% par an), le taux de croissance des réseaux étant le plus élevé de tous (10,4%). Andrae et Edler, anticipant également un taux de croissance composé de 7% par an, calculent que la production et l'exploitation des TIC atteindront 21% de la consommation mondiale d'électricité d'ici 2030 : il s'agit d'une augmentation absolue à 8000 TWh, à partir d'une base d'environ 2000 TWh en 2010. Dans le pire des cas, cela pourrait atteindre 50% de consommation mondiale d'électricité d'ici 2030, mais seulement 8% dans le meilleur des cas". 

W. Van Heddeghem, S. Lambert, B. Lannoo, et al. "Trends in worldwide ICT electricity consumption from 2007 to 2012", Comput. Commun., 50 (2014), pp. 64-76A et Andrae, T. Edler, "On global electricity usage of communication technology : trends to 2030", Challenges, 6 (2015), p. 117, cité par Morley, Widdicks, et Hazas.

Si des efforts en matière d'efficacité énergétique existent, ils n'ont pas permis, jusqu'à présent, de compenser la croissance de la consommation d'énergie (Ibid.).

Les entreprises informatiques, les catastrophes liées au changement climatique et la responsabilité

Il va sans dire que l'impact en termes de changement climatique et les multiples effets négatifs qui en découlent sont tout aussi importants.

L'initiative de Microsoft pourrait-elle montrer non seulement qu'elle est pleinement consciente de sa lourde empreinte énergétique, mais aussi de sa participation aux catastrophes liées au changement climatique mondial ?

Comme autre signe de cette lourde empreinte énergétique, avec des impacts négatifs liés au changement climatique, "Microsoft a rejoint un groupe dirigé par des conservateurs qui demande que les entreprises de combustibles fossiles bénéficient d'une immunité juridique contre les tentatives de récupération des dommages causés par le changement climatique qu'elles ont contribué à provoquer"... Elle "devient ainsi la première entreprise technologique à rejoindre le CLC [Climate Leadership Council], qui compte parmi ses membres fondateurs les géants pétroliers BP, ExxonMobil, Shell, Total et ConocoPhillips". (Oliver Milman, "Microsoft se joint à un groupe qui cherche à mettre fin à des procès historiques sur le changement climatique“, Le Gardien1er mai 2019). Outre le fait qu'elle souligne combien nous devons prendre la "communication d'entreprise" avec une pincée de sel, la démarche de Microsoft pourrait-elle montrer non seulement la pleine conscience de sa lourde empreinte énergétique, mais aussi de sa participation aux catastrophes liées au changement climatique mondial ?

Les pays des utilisateurs paient la facture, des menaces systémiques et un revirement stratégique

Pays des utilisateurs et menaces systémiques

En outre, Morley, Widdicks et Hazas, mettent en évidence un point crucial :

"Si les études sont exactes, cela suggère que la majeure partie de la consommation d'énergie des infrastructures Internet a lieu dans le pays d'utilisation.

Par conséquent, dans la même dynamique, la population (qu'il s'agisse de citoyens ou d'entreprises) des pays utilisant des systèmes d'IA est d'abord transformée en actionneurs. Ensuite, ils voient leur monde dématérialisé et doivent trouver des moyens d'y faire face. Troisièmement, lorsqu'ils le peuvent, ils doivent également investir dans des équipements coûteux s'ils veulent éviter d'être complètement "robotisés". Quatrièmement, ils doivent également payer les coûts énergétiques initiaux et cachés et leurs conséquences, par le biais de leur facture énergétique et de leurs impôts.

Il est évident que les conséquences pour un État et sa population sont très différentes selon qu'un pays est un producteur de dématérialisation et d'IA ou un consommateur de celle-ci. La position en termes de leadership et de course à l'IA et à l'informatique, donc en termes d'influence et de part de marché, est également importante. Ceux qui sont en tête de la course et les plus influents développent un pouvoir sur les autres qui est immense et multidimensionnel.

Pour les autres pays, seules des autorités politiques fortes, conscientes des défis à relever, peuvent espérer s'attaquer à cette menace systémique qui pèse sur toute une population.

Par conséquent, compte tenu de la lourde suprématie américaine en la matière et des énormes efforts déployés par la Chine pour devenir le leader dans ce domaine, la confrontation des deux pays devient encore plus logique, pour ne pas dire inévitable. En attendant, les autres pays, s'ils le peuvent, feraient mieux de se réveiller au plus vite, avec toute une série de réponses, s'ils ne veulent pas payer un prix extrêmement lourd.

Un tournant stratégique

Dans une tournure stratégique intéressante, la dépendance énergétique d'une part, la dépendance humaine d'autre part, pour l'ensemble du système, pourraient bien être les clés que pourraient jouer les pays moins influents.

En d'autres termes, comme premier type de réponses, les autorités politiques concernées pourraient chercher à éduquer une population pour qu'elle ne soit pas la proie des pires impacts cognitifs de la "transformation en actionneurs".

Deuxièmement, les acteurs pourraient développer une série d'actions, d'outils et d'armes visant à menacer l'utilisation de l'énergie par les fournisseurs du monde dématérialisé et les agents de l'IA. Ils pourraient alors utiliser l'existence même de ces dispositifs comme une assurance préventive pour s'assurer que les fournisseurs de dématérialisation et d'IA ne vont pas à l'encontre de leur population, ou se comportent d'une manière qui aurait des conséquences néfastes pour la population et le pays. En cas de nécessité, comme une guerre déclarée, des actions contre l'énergie, le pont entre le monde numérique et le monde physique, pourraient faire s'écrouler tout l'édifice numérique de l'ennemi.

Enfin, d'un point de vue défensif et sécuritaire, les êtres humains et le "pont énergétique" doivent être sécurisés en priorité. Cela signifie également qu'il faut agir pour s'assurer que le changement climatique et ses conséquences, ainsi que l'épuisement de l'énergie, ne finissent pas par détruire ceux qui ont contribué à la propagation de ces menaces existentielles pour les espèces vivantes de la Terre.


Image en vedette : Conférence de presse sur la réalité virtuelle de Samsung MWC 2016, par Maurizio Pesce de Milan, Italie [CC BY 2.0] via Wikimedia Commons.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR