Cet article présente l'effort privé chinois dans la course au quantum (mis à jour le 11 octobre 2019). Il s'appuie sur l'article précédent, qui détaillait les efforts des grandes entreprises informatiques chinoises en termes d'investissements dans les sciences de l'information quantique (QIS) (★ Le BATX chinois dans la course à l'informatique quantique : de la recherche au capital-risque en passant par les médicaments et les technologies de pointe). Il traduit sous forme de graphiques les principaux résultats de nos recherches.

En utilisant exclusivement des informations de source ouverte en chinois et en anglais, nous avons constaté que seuls les trois premiers des célèbres BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi) avaient déclaré des stratégies et des actions dans le monde quantique. Après Baidu, Alibaba et Tencent, nous avons examiné Huawei, ainsi que Quantum CTek, en tant qu'acteurs de l'effort quantique privé chinois. Enfin, nous avons également examiné les fabricants chinois de supercalculateurs et n'avons trouvé aucune preuve ouverte d'investissement dans le QIS.

Une division du travail à l'échelle nationale ?

Comme le montre le graphique ci-dessous, il est intéressant de voir qu'une sorte de division du travail a lieu entre les principaux acteurs privés chinois de Quantum.

Le secteur privé chinois et les sciences et technologies de l'information quantique

(Le graphique du 11 octobre 2019 a été mis à jour pour inclure Qasky 问天量子 - Anhui Qasky Quantum Technology Co. Ltd, spécialisée dans la cryptographie et la communication quantiques et créée en 2009).

Trois acteurs privés sur quatre développent des plateformes quantiques où les capacités de l'informatique quantique peuvent être testées et expérimentées.

Tencent semble se spécialiser dans l'expérimentation et le développement d'applications pour le QIS. Ses principaux domaines d'activité sont la pharmacie et la finance, notamment la communication et la sécurité, et éventuellement les simulations. Tencent contribue ainsi à la diffusion du QIS dans le monde réel. Il facilitera l'adoption rapide des QIS et de leurs applications.

Baidu est particulièrement fort en matière de capital-risque. Cette force n'est encore qu'un potentiel en ce qui concerne les technologies quantiques. En effet, le capital-risque de Baidu vise actuellement principalement l'intelligence artificielle, mais le domaine des technologies quantiques est également souligné comme un domaine d'intérêt. Par conséquent, Baidu devrait être en mesure d'investir rapidement dans toute technologie ou application quantique prometteuse. Cela pourrait s'avérer un avantage crucial pour la Chine à l'avenir, notamment lorsque les efforts en faveur de l'informatique quantique porteront de plus en plus leurs fruits.

De la recherche au marché, au-delà du clivage public-privé

Si la plupart des acteurs privés mènent des recherches dans le cadre du QIS, Alibaba domine jusqu'à présent ce domaine. Elle le fait notamment en collaboration avec le secteur public de la recherche. La création du Quantum CTek, issu de la recherche de l'Université des sciences et technologies de Chine, confirme l'importance du secteur public pour la recherche dans le domaine des QIS.

Ainsi, pour évaluer le potentiel de l'écosystème chinois, il faut tenir compte à la fois du secteur public et du secteur privé. Ensemble, le privé et le public créent un réseau relativement dense. En outre, la recherche publique est notamment active depuis 2013 (voir pour les détails et les sources Quantum, AI et géopolitique (3) : Cartographier la course à l'informatique quantique).

L'écosystème quantique privé-public chinois

Cette tendance n'est pas spécifique à la Chine. Dans le monde entier, pour la course aux quanta, les divisions public-privé et recherche-commercial sont floues, voire trompeuses. Cette disparition des catégorisations classiques est, en fait, une caractéristique frappante de l'écosystème quantique mondial. Elle aura très probablement aussi un impact sur le futur monde à énergie quantique.


Image en vedette : Extrait de l'article ARL Public Affairs, "Des scientifiques de l'armée explorent les propriétés permettant de créer ou de rompre l'intrication quantique", le 2 avril 2018. Domaine public.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR