Le COVID-19 semble plonger le monde dans une profonde confusion. Les messages sont la plupart du temps contradictoires. Ils varient selon les pays et les acteurs, de "l'épidémie est derrière nous", "retournons tous à nos habitudes et travaillons à la reprise" aux craintes d'un éventuel déclenchement d'une nouvelle vague de pandémie.

Cette confusion caractérise la pandémie COVID-19 depuis son début, comme nous l'avons souligné dès le 5 février 2020 (voir Hélène Lavoix, "Le mystère du nouveau coronavirus COVID-19 - Vérification des faits"et "L'épidémie de coronavirus COVID-19 ne concerne pas seulement un nouveau virus“, The Red Team Analysis Society).

Pour espérer pouvoir surmonter la confusion, et donc agir de manière saine et efficace, il faut regarder la réalité en face. C'est l'objectif de cet article, de donner une simple preuve de la nouvelle réalité actuelle et des éventuelles caractéristiques émergentes de l'ordre international en mutation.

Ainsi, en premier lieu, nous donnons un aperçu de la réalité de la pandémie mondiale. Ensuite, nous suggérons de classer les pays selon trois types de stade de la pandémie : les pays sur le fil du rasoir, ceux qui sont confrontés à un rebondissement déclaré et ceux qui sont encore aux prises avec l'épidémie initiale. En attendant, nous soulignons les traits émergents du nouvel ordre international imprégné de COVID-19.

La situation de la pandémie mondiale

Le premier fait que nous devons affronter et reconnaître est que la pandémie n'est pas terminée. Nous ne sommes pas dans un monde post-COVID-19. Cela n'arrivera probablement pas avant un certain temps. Nous devons vraiment vivre avec la pandémie tant qu'une vaccination de masse n'a pas eu lieu, qu'un traitement de masse n'est pas disponible ou que la disparition miraculeuse du SRAS-CoV-2 ne se produit pas (voir La pandémie de COVID-19 - Survivre et reconstruire; Traitements et scénarios antiviraux COVID-19 et La COVID-19, l'immunité et la sortie du confinement).

En effet, le 11 juin 2020, le monde a enregistré 138.400 nouveaux cas confirmés de COVID-19, le nombre de cas quotidiens le plus élevé jamais enregistré, suivi d'un groupe de cas quotidiens, en tenant compte des week-ends, plus élevé que les semaines précédentes (118.100, 134.200 et 134.000). En outre, ce chiffre est très probablement sous-estimé.

Nous sommes sur le point d'atteindre les 8 millions de cas confirmés cumulés dans le monde.

En termes de potentiel de contagion, ces chiffres donnent à réfléchir.

COVID-19 Cas quotidiens mondiaux - Données 15 juin 2020 13:28 CET
COVID-19 Cumul mondial des cas confirmés
Données 15 juin 2020 13:28 CET

Les autorités sanitaires se sont relayées pour rappeler ce fait au monde.

Le 8 juin 2020, Tedros Ghebreyesus, directeur général de l'OMS, avait rappelé au monde que la pandémie était "loin d'être terminée" (Stephanie Nebehay, Emma Farge, "Selon l'OMS, la pandémie est loin d'être terminée, le nombre de cas quotidiens atteignant un niveau record“, Reuters8 juin 2020).

Le 10 juin, le Dr Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses et conseiller principal de la Maison Blanche, s'est fait l'écho de cette mise en garde. Le 12 juin 2020, c'était au tour du commissaire européen à la santé d'insister sur le même message (John Lauerman et Riley Griffin, "Fauci dit de la pandémie de grippe son "pire cauchemar", loin d'être terminé", Bloomberg,10 juin 2020 ; Reuters, "L'UE met en garde contre la crise sanitaire COVID-19 et appelle à la vigilance"(12 juin 2020).

Les perspectives de la pandémie mondiale couvrent cependant différents types de situations selon les pays. Actuellement, on peut distinguer trois grandes catégories.

Sur le fil du rasoir

Certains pays semblent avoir dépassé le stade initial de la pandémie. Les États appartenant à ce groupe sont ceux qui ont été les premiers touchés et qui ont choisi de gérer la pandémie selon ce que l'on pourrait appeler le modèle du Collège sinocoréen-impérial (pour le modèle de l'équipe d'intervention COVID-19 du Collège impérial, voir Impact des interventions non pharmaceutiques (NPI) pour réduire la mortalité COVID19 et la demande de soins de santé16 mars 2020). En d'autres termes, ces pays ont décidé de mettre en œuvre en premier lieu toutes les mesures nécessaires, y compris un verrouillage total, pour préserver la vie de leurs citoyens. Cela signifie également qu'ils avaient les moyens de mettre en œuvre ce modèle et que leurs décisions étaient plus ou moins opportunes pour leur permettre de contrôler la contagion.

Voici une sélection des pays qui se qualifient pour ce premier groupe, classés en fonction du nombre maximum de nouveaux cas quotidiens. La sélection est effectuée en fonction des nouveaux cas quotidiens au 15 juin 2020. Elle peut changer avec le temps.

Groupe 1 COVID-19 - Sur le fil du rasoir - Sélection des pays

Nouvelle-Zélande
Evolution du PIB en 2020 : -8,9%


Corée du Sud
Variation du PIB en 2020 : -1,2%


Italie
Evolution du PIB en 2020 : -11,3%


ROYAUME-UNI
Evolution du PIB en 2020 : -11,5%

Thaïlande
Variation du PIB en 2020 : -6,7%


Autriche
Variation du PIB en 2020 : -6,2%


France
Evolution du PIB en 2020 : -11,4%


Australie
Évolution du PIB en 2020 : -5%


Allemagne
Variation du PIB en 2020 : -6,6%


Espagne
Évolution du PIB en 2020 : -11,1%


Chine
Variation du PIB en 2020 : -2,6%

Nombre de nouveaux cas quotidiens - 15 juin 2020 (sources : Tableau de bord COVID-19 du Centre pour la science et l'ingénierie des systèmes (CSSE) de l'Université Johns Hopkins (JHU)) - Prévision du PIB : OCDE, pour la Thaïlande : FMI

Même au sein de ce groupe, nous avons des situations très variées. Nous pouvons les classer en fonction de deux facteurs, dont la combinaison a ensuite influencé l'ampleur et la durée du verrouillage.

En premier lieu, nous disposons de la préparation et des premiers moyens pour lutter contre la pandémie, notamment en termes de tests et de masques faciaux. Les pays concernés vont de la Corée du Sud et de l'Allemagne, d'une part, à des pays moins bien préparés comme l'Espagne, la France, l'Italie ou le Royaume-Uni, d'autre part.

Le deuxième facteur est le niveau d'infections et de décès toléré, allant d'une tolérance proche de zéro avec la Nouvelle-Zélande, l'Australie, la Thaïlande ou l'Autriche à une acceptation du risque beaucoup plus élevée pour de nombreux pays européens comme l'Espagne, l'Italie, la France ou le Royaume-Uni. Le gouvernement britannique est cependant attaqué, notamment en raison de la décision tardive de fermer le pays et du prix élevé à payer en termes de vies (par exemple, Jasmina Panovska-Griffiths, "Coronavirus : cinq raisons pour lesquelles le nombre de décès au Royaume-Uni est si élevé“, La Conversation10 juin 2020).

Un sous-facteur, pour la période postérieure à la première épidémie, est la tolérance aux nouveaux cas d'infection. D'une part, la Corée du Sud et la Chine, par exemple, n'acceptent pratiquement aucun nouveau cas, compte tenu également du danger de mutation du virus. Par exemple, Pékin est passé en mode "temps de guerre", en rétablissant les mesures de niveau 2 en raison d'un nouveau groupe lié à l'immense marché alimentaire de Xinfadi, ce qui a conduit à 79 cas identifiés au soir du 14 juin (par exemple "Pékin rapporte 36 nouveaux cas COVID-19 dans un nouveau groupe de marchés locaux“, CGTN15 juin 2020). Auparavant, pendant 56 jours, Pékin n'avait signalé aucun nouveau cas d'infection transmise localement (Ibid.). À l'opposé, la France souligne que "le pire de l'épidémie est passé" malgré, par exemple, 407 nouveaux cas quotidiens (chiffres pour le 14 juin 2020) et 193 clusters sous enquête le 9 juin 2020 (Reuters, "Ministre français de la santé : Le pire de l'épidémie est derrière nous, mais le virus n'est pas mort"(15 juin 2020).

Les pays de ce premier groupe se battent maintenant, quelles que soient leurs politiques, pour garder la pandémie sous contrôle et réduire le nombre de cas d'une part, pour relancer leur économie d'autre part. En effet, le bilan économique, mesuré en fonction du monde pré-pandémique, a été énorme. Par exemple, selon les prévisions de l'OCDE du 10 juin 2020, dans le meilleur des cas, les pays du G7 devraient voir leur PIB diminuer en 2020 entre 6% pour le Japon et 11,5% pour le Royaume-Uni. Les prévisions d'effondrement pour tous les pays de l'OCDE sont détaillées dans le graphique ci-dessous. La Chine, pour sa part, devrait voir son PIB diminuer de 2,6% (Ibid.).

Les pays de ce premier groupe, en fonction des mesures sanitaires prises, et de ce qui serait idéalement nécessaire pour ces mesures, comme nous l'avons détaillé dans nos deux articles sur la deuxième vague, marchent sur le fil du rasoir (voir Dynamiques de contagion et seconde vague de COVID-19 et L'origine cachée du COVID-19 et la deuxième vague).

En d'autres termes, tout faux pas grave, ou plus probablement l'accumulation de petites erreurs, pourrait déclencher un rebond de l'épidémie de COVID-19. Par exemple, la Corée du Sud, préoccupée par la multiplication des grappes d'entreprises autour de Séoul, a décidé "d'étendre les directives de prévention et d'assainissement contre le coronavirus jusqu'à ce que les nouvelles infections quotidiennes tombent à un chiffre" (Sangmi Cha, "La Corée du Sud va étendre les directives sur les virus à la prévention et à l'assainissement“, Reuters12 juin 2020). La Chine, comme le montre le marché Xinfadi du 12 juin à Pékin, fait également preuve d'une extrême vigilance et d'une action immédiate et de grande envergure (Ibid, Judy Hua, Cate Cadell, "Le district de Pékin en "situation d'urgence en temps de guerre" après l'apparition d'une grappe de virus sur un grand marché alimentaire“, Reuters13 juin 2020)

La situation est d'autant plus difficile que de nombreux acteurs veulent croire que la pandémie COVID-19 est terminée, ou à tout le moins que le pire de l'épidémie est passé, et qu'il est temps de se concentrer sur l'économie. Même si beaucoup acceptent de souligner que le monde ne sera plus jamais comme avant, il s'agit dans l'ensemble de mots vides de sens, et la plupart se battent pour revenir au monde d'avant COVID-19.

De nouvelles idées apparaissent, comme par exemple la bulle verte, la voie verte, la bulle de voyage ou le pont aérien, qui permettraient de voyager et d'échanger entre les pays qui ont réussi à contrôler la pandémie (par exemple Tamara Thiessen, "Europe Travel : Les touristes des pays de Safe Covid-19 sont les premiers à être accueillis“, Forbes12 juin 2020, "'Green lanes' pour isoler la bulle trans-Tasman". L'Australie14 juin 2020 ; Ned Temko, "Le saut de frontière sans saut de bulle : Une nouvelle stratégie COVID-19 ?” CSM, 19 mai 2020, "Que sont les ponts aériens et pourquoi le gouvernement les envisage-t-il ?“, Le télégraphe).

C'est une caractéristique très nouvelle du monde qui peut faire ou défaire des pays. En effet, ceux qui ne seront pas en mesure de contrôler leur situation épidémique seront également rejetés. Positivement pour les citoyens, cela peut encourager les autorités politiques à prêter attention à la santé et à la sécurité, comme c'est, de toute façon, leur devoir. Cela peut également encourager les acteurs puissants à faire pression pour une politique de santé stricte plutôt que de mettre l'économie au premier plan tout en négligeant les coûts en termes de vies. Des situations complexes et tendues, tant au niveau national qu'international, sont néanmoins susceptibles d'évoluer à partir de cette nouvelle caractéristique du monde international.

Faire face à un rebondissement de COVID-19

Un groupe plus restreint de pays, qui avaient plus ou moins bien résisté à la première épidémie, connaissent ou ont connu un rebondissement. À ce jour (15 juin 2020), nous pouvons citer comme cas Singapour, l'Iran, le Royaume d'Arabie Saoudite, le Pakistan, le Bahreïn, le Qatar. La place du Qatar dans ce groupe est provisoire.

Groupe 2 COVID-19 Rebond - Sélection des pays

Singapour


KSA

Bahreïn


Iran

Qatar ( ?)


Pakistan

Le Pakistan, par exemple, paie un prix très élevé pour la décision de la Cour suprême de lever le verrouillage, même si le pays, comme d'autres, a été pris entre le marteau et l'enclume (Ayaz Gul, "La Cour suprême du Pakistan met fin au verrouillage des coronavirus", VA, 18 mai 2020 ; Charlotte Greenfield et Umar Farooq, "Après le pari de la fermeture du Pakistan, les cas de COVID-19 augmentent"(en anglais), Jakarta Post, 5 juin 2020).

Les cas de ces pays mettent encore plus en évidence la précarité des pays du premier groupe et la facilité avec laquelle on peut passer d'un groupe à l'autre.

Sous le premier feu

Enfin, certains pays sont encore, à ce jour (15 juin 2020), dans la première phase de l'épidémie. Ils se trouvent à différents stades de cette "première vague", et la gèrent plus ou moins bien. On trouve ici la Russie, la plupart des pays d'Amérique latine et centrale, l'Inde, l'Indonésie, les Philippines, probablement une grande partie de l'Afrique, etc.

Groupe 3 COVID-19 - Sous le premier feu - Sélection des pays

Les Philippines


Russie


Brésil

Indonésie


Inde

Afrique du Sud


ÉTATS-UNIS

Les États-Unis font également partie de cette catégorie. En effet, s'ils ont fait partie des premiers pays à avoir connu le COVID-19, ils sont toujours aux prises avec les défis de l'épidémie 6 mois plus tard. La situation de chaque État américain est différente, et certains s'en sortent mieux que d'autres et se trouvent à des stades différents. Néanmoins, l'épidémie semble s'aggraver, car les nouveaux cas et les nouvelles hospitalisations augmentent dans de nombreux États (Lisa Shumaker, "Des pics records de nouveaux cas de coronavirus, des hospitalisations dans certaines régions des États-Unis."Reuters, 14 juin 2020). Selon un décompte de Reuters, "l'Alabama a enregistré un nombre record de nouveaux cas pour le quatrième jour consécutif dimanche. L'Alaska, l'Arizona, l'Arkansas, la Californie, la Floride, la Caroline du Nord, l'Oklahoma et la Caroline du Sud ont enregistré un nombre record de nouveaux cas au cours des trois derniers jours... L'Arkansas, la Caroline du Nord, le Texas et l'Utah ont tous enregistré un nombre record de patients entrant à l'hôpital le samedi" (Ibid.).

La disparité même de la situation, et des politiques mises en œuvre pour chaque État, peut également être considérée comme une fragilité croissante propre au système fédéral américain. En effet, d'autres systèmes fédéraux, ou régionaux, n'ont pas connu les difficultés auxquelles les États-Unis sont évidemment confrontés. Ici aussi, les conséquences potentielles sont extrêmement élevées en termes d'ordre international. En effet, alors que les États-Unis se battent pour conserver leur position de superpuissance et qu'ils se perçoivent comme la première puissance du monde, avec une mission quasi-divine (voir notre série Quel déclin américain ? Le point de vue du Conseil national du renseignement américain), puis le fait d'être incapable de gérer la pandémie COVID-19 met en évidence un manque de pouvoir (dans l'idée de mach, de pouvoir, de capacité à faire quelque chose) et l'échec de sa mission. Sur le plan international, cela ne peut que signifier une perte d'influence internationale car elle est jusqu'à présent incapable d'offrir un modèle pour résoudre un problème.

Il est vrai que les capacités, notamment en termes d'économie, de recherche et de puissance militaire, des États-Unis restent très importantes, mais la pandémie COVID-19 est un danger supplémentaire pour le statut international des États-Unis.

Nous commençons donc à voir un ordre international peut-être très différent émerger de la pandémie COVID-19. Le sort des pays reste pour l'instant fluide et peut changer rapidement. De nouveaux moyens d'interaction entre des pays qui n'existaient pas auparavant, fondés sur la sécurité et la capacité à contrôler la COVID-19, apparaissent. En attendant, la position des États-Unis en tant que superpuissance semble de plus en plus précaire. Ces changements en gestation vont interagir avec la manière dont les pays gèrent la pandémie et donc, à leur tour, influer sur la pandémie elle-même. Nous n'en sommes qu'au début des changements.


Image en vedette : Carte du monde de Cas COVID-19 confirmés quotidiennement, 15 juin 2020Notre monde en données


Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation ainsi que les problématiques d'intelligence artificielle et de technologie quantique du point de vue de la sécurité internationale. Elle enseigne au niveau du master à SciencesPo-PSIA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR