Le consommateur américain est en train de devenir un acteur conscient de lui-même, actif, géopolitique et stratégique sur la scène mondiale. Cela se manifeste par sa nouvelle attitude très négative à l'égard de l'achat de produits "made in China" (Brendan Murray, "Les Américains font la sourde oreille à la Chine”, Bloomberg,17 mai 2020).

Vers le grand découplage ?

Il se trouve que depuis quarante ans, la désindustrialisation de l'Amérique a été "compensée" par des importations massives de Chine (Martin Jacques, Quand la Chine domine le monde, 2012). Cela a engendré l'abyssal déficit commercial américain avec la Chine. Cependant, le faible coût des produits chinois est également un facteur important de la consommation américaine. C'est donc aussi un facteur important de la croissance économique américaine (Niall Ferguson, Xiang Xu, "Rendre la Chimère à nouveau géniale”, Bibliothèque Wiley one line21 décembre 2018).

Si l'on considère, réciproquement, l'importance considérable des relations avec les États-Unis pour la croissance de la Chine, cette nouvelle tendance américaine à la consommation de produits anti-Chine n'est rien d'autre qu'une géopolitique à l'échelle mondiale. Il en est ainsi car il apparaît comme le signal, parmi beaucoup d'autres, d'une dynamique puissante : une tendance américaine à découpler son économie de l'économie chinoise.

De la guerre commerciale à la guerre des consommateurs ?

Un récent sondage a révélé que plus de 401 Américains de la catégorie P1T déclarent qu'ils n'achèteraient pas de produits chinois. Seuls 25% Américains déclarent qu'ils ne s'en soucieraient pas. Cependant, 35% déclarent qu'"ils n'aimeraient pas, mais qu'ils finiraient par l'acheter" (Brendan Murray, "Les Américains font la sourde oreille à la Chine”, Bloomberg,17 mai 2020). 

Vers l'anti-"made in China" ?

Selon Bloomberg, cette tendance consumériste anti-Chine établit que les Américains de 78% seraient prêts à payer des prix plus élevés pour des produits si leur producteur quittait la Chine. Le sondage révèle également que 66% sont favorables à des restrictions d'importation plus strictes des produits chinois, afin de soutenir l'économie américaine. Enfin, 55% déclarent qu'ils ne font pas confiance à la Chine pour donner suite à l'accord commercial de janvier avec les États-Unis.

Ce sondage est particulièrement intéressant dans le contexte actuel de chômage gigantesque aux États-Unis, déclenché par la pandémie Covid-19 (Jean-Michel Valantin, "Le concours Covid-19 entre les États-Unis et la Chine (2) : l'Amérique et la Chimère en crise”, L'analyse rouge (équipe), 15 mai 2020). Il se trouve que depuis la mi-mars, près de 40 millions d'Américains sont au chômage. Au cours du premier trimestre 2020, le PIB américain a diminué de 5% annualisé. C'est la pire chute depuis la crise de 2008, sachant que les perspectives du choc Covid-19 sont pires.

Des consommateurs qui se sacrifient ?

Nous devons garder à l'esprit qu'aux États-Unis, les habitudes de consommation, ainsi que l'assurance maladie, le remboursement des prêts hypothécaires et les pensions de retraite dépendent entièrement des emplois. Il en est ainsi parce qu'il y a peu de filet de sécurité publique. C'est dans ce contexte de dégradation rapide de la situation économique et d'insécurité financière profonde que les 40% des consommateurs américains se déclarent prêts à payer des prix plus élevés pour ne pas acheter de biens "made in China".

En d'autres termes, le consommateur américain se déclare prêt à rejoindre les rangs de la guerre commerciale. Et il le fait en sacrifiant une partie de son pouvoir d'achat déjà en baisse. Le changement de cap de cette tendance de consommation devient une nouvelle dynamique au sein de la "guerre commerciale" qui oppose les États-Unis et la Chine depuis 2018. En effet, le gouvernement américain lie la guerre commerciale à la réindustrialisation des États-Unis.

En effet, un nouveau comportement d'achat américain frapperait directement les rendements financiers vers la Chine. Cela se produit déjà, car près de 300 milliards de dollars de biens chinois sont déjà soumis à une taxation plus élevée. Elle porterait également atteinte à l'offre chinoise dans le cadre des relations commerciales avec les États-Unis. Ainsi, il aurait un impact sur la production industrielle chinoise. En attendant, cette dernière se contracte déjà à un rythme historique, en conséquence du verrouillage de Covid-19 (Hélène Lavoix, "L'émergence d'un ordre international Covid-19”, The Red Team Analysis Society15 juin 2020).

Déchirer la chimère

Le président Donald Trump encourage fortement cette politique et ce sentiment antichinois. Il a officialisé la dimension politique et stratégique de cette position le 26 mai 2020, comme l'indique le rapport de la Maison Blanche "Approche stratégique des États-Unis à l'égard de la République populaire de Chine" a été libéré.

Ce rapport indique que l'administration Trump a "adopté une approche compétitive vis-à-vis de la RPC, fondée sur une évaluation lucide des intentions et des actions du PCC {Parti communiste chinois}, une réévaluation des nombreux avantages et lacunes stratégiques des États-Unis, et une tolérance à l'égard de frictions bilatérales plus importantes".

De la guerre commerciale à la guerre populaire (des consommateurs)

La connexion de la guerre commerciale et de la tendance à la consommation anti-Chine à la grande stratégie de cette Chine américaine crée un consensus politique fort. Ce consensus imprègne le tissu même de la croissance américaine, ainsi que la vie quotidienne des citoyens américains. Il s'agit donc d'une situation profondément ressentie, tant par les familles que par le gouvernement. En d'autres termes, une grande partie des citoyens américains partagent activement la grande stratégie anti-Chine.

Il s'agit d'un changement géo-économique et géopolitique majeur. La relation entre les États-Unis et la Chine est une structure si complexe et si puissante que l'historien britannique Niall Ferguson la surnomme "Chimère". Cette expression traduit la quasi-hybridation entre ces deux gigantesques économies nationales (Niall Ferguson, Xiang Xu, "Rendre la Chimère à nouveau géniale”, Bibliothèque Wiley one line21 décembre 2018).

La chimère au bord du gouffre

Ce processus est né de l'installation de milliers d'industries et de sociétés américaines en Chine dans les années 1980. Il a créé le modèle des relations commerciales gigantesques entre les deux pays. Dans le même temps, la Chine achète d'énormes quantités de la dette américaine en achetant des bons du Trésor. En février 2020, la Chine possédait 1 097 billions de dollars de titres du Trésor (Adam Tooze, Crashed, Comment une décennie de crises financières a changé le mondeLe rapport de Jeffery Martin, publié en 2019, indique que "l'économie chinoise a connu son pire trimestre en 40 ans après le verrouillage de l'accès au Coronavirus, entraînant le monde dans la récession", Newsweek, 4-17-20).

Il apparaît donc clairement que la politique américaine à l'égard de la Chine, comme la guerre commerciale ou la position sur Taïwan et Hong Kong, témoigne d'une puissante intention politique. Cette intention semble être une volonté de massacrer la "Chimère", afin de découpler les deux superpuissances.

L'intérêt national et la guerre géo-économique

Dans ce contexte, la pandémie Covid-19 et ses conséquences économiques énormes apparaissent comme une opportunité pour la nouvelle stratégie Trump. En effet, elle est un facteur d'accélération de cette stratégie de "grand découplage". Au-delà du surnom du virus "Covid-19" comme "virus de Wuhan", Washington intensifie la guerre commerciale.

Cela se produit même si les économies américaine et chinoise sont toutes deux aux prises avec le choc de Covid-19. Dans la même dynamique, Pékin exerce des représailles. Depuis 2018, elle diminue ses importations agricoles américaines, tout en augmentant fortement ses importations de produits agricoles brésiliens (Emiko Tearzono, Sun Yun, "Les importations record de soja brésilien par la Chine entravent l'objectif commercial des États-Unis”, Financial Times14 mai 2020).

Un découplage mimétique ?

Ce mouvement exprime la manière dont Pékin tente de mettre en œuvre une autre forme de dépendance extérieure. Elle tente de découpler la Chine de la production agricole américaine. En d'autres termes, la "guerre commerciale" pourrait déclencher les mêmes politiques à Washington et à Pékin. Ces politiques visent à réduire de manière drastique la dépendance mutuelle "chimérique" entre les États-Unis et la Chine.

Vers un futur proche dangereux ?

Toutefois, cela soulève la question de l'avenir économique à court terme de l'agriculture américaine. Ce secteur est déjà frappé par le changement climatique et par la guerre commerciale. En Chine, une crise d'approvisionnement alimentaire à l'époque du Covid-19 et une pandémie de grippe porcine africaine pourraient déclencher l'insécurité alimentaire (Hélène Lavoix, "Covid-19 et alerte précoce sur l'insécurité alimentaire”, La société d'analyse Red (Team), 18 mai 2020).

Ces questions sont d'autant plus pressantes que si la coopérative Chimerica est démantelée, la concurrence stratégique sera d'autant plus féroce. Cela pourrait être particulièrement vrai dans la région Asie-Pacifique.


Image en vedette : Henrikas Mackevicius de Pixabay 

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et sécurité de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. Lorsque les allocations de chômage de la covid-19 fédérale américaine pour les 30 millions de chômeurs américains arriveront à terme, certains d'entre eux avant le 31 juillet 20, ainsi que l'abstention de paiement de 4,2 millions d'hypothèques immobilières totalisant 1 000 milliards de dollars US et les licenciements d'ici la fin septembre 2020 des dizaines de milliers d'employés des entreprises ayant reçu une aide fédérale, reprenez la même enquête. Je parie que les résultats changent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR