Le design : Jean-Dominique Lavoix-Carli

La nouvelle géopolitique de l'Arctique

Dans l'Arctique, le climat et la "nouvelle guerre froide États-Unis/Russie/Chine" se réchauffent tous deux à un rythme très rapide (Jean-Michel Valantin, "Vers une guerre entre les États-Unis et la Chine ? (1) et (2) : Tensions militaires dans l'Arctique”, The Red Team Analysis Society16 septembre 2019). En effet, depuis 2016, la Russie multiplie les manœuvres militaires massives. Cela inclut la militarisation, la guerre nucléaire et des exercices d'armes hypersoniques dans le nord de la Sibérie, ainsi que dans l'archipel arctique russe.

En attendant, la Chine intensifie ses opérations pétrolières et gazières en mer de Barents, tandis que le nombre de convois qui empruntent la route maritime du Nord ne cesse de croître (Atle Staalesen, "Le gaz arctique trouve un nouveau chemin de Yamal à la Chine”, L'Observateur indépendant de Barents1er avril 2020). Parallèlement, les États-Unis et l'OTAN déploient régulièrement de grands exercices militaires, y compris des démonstrations de force aérienne.

Du réchauffement de l'Arctique au réchauffement de la géopolitique

En d'autres termes, la coopération très complexe entre la Russie et la Chine dans l'Arctique devient un moteur de tensions avec les États-Unis, qui ressentent également l'attraction du réchauffement du Nord (Valantin, ibid). En raison du réchauffement rapide de cette région, le moteur stratégique de ces tensions est l'ouverture de l'Arctique à la concurrence internationale pour les ressources énergétiques, minérales et biologiques (Michael Klare, L'enfer se déchaîne, le point de vue du Pentagone sur le changement climatique, 2019). Cependant, cette évolution stratégique ne doit pas cacher l'émergence d'une situation géopolitique fondamentalement nouvelle.

Cette nouvelle situation n'est rien d'autre que la transformation du littoral arctique sibérien en une rampe de lancement continentale vers l'Arctique des puissances russo-asiatiques qui dominent la gigantesque masse terrestre de l'Asie de l'Est, du Sud et du Centre et de la Russie (Jean-Michel Valantin, "Le réchauffement de l'Arctique russe : où convergent les intérêts stratégiques de la Russie et de l'Asie ?”, The Red Team Analysis Societyle 23 novembre 2016).

Arctic Covid-19

Cette dynamique continentale a une signification géopolitique profonde en raison de la déstabilisation accélérée de la couverture de glace arctique. Cependant, une autre dynamique hante l'Arctique et perturbe sa géopolitique émergente, à savoir la pandémie de Covid-19 (Hélène Lavoix, "L'émergence d'un ordre Covidien international”, The Red Team Analysis Society15 juin 2020).

Dans cette nouvelle série, nous verrons comment ces nouvelles tensions s'intensifient et comment la nouvelle géophysique de l'Arctique perturbe les équilibres géopolitiques les plus profonds de notre monde. Cette perturbation émerge de cette nouvelle frontière de la puissance maritime.

La première étape de ce changement géopolitique massif est la structuration de l'Arctique par le même type de compétitions et de tensions qui organisent le Moyen-Orient ou la mer de Chine méridionale. Ces compétitions résultent des conflits entre les intérêts nationaux et privés qui se battent pour l'accès aux ressources naturelles. Dans la même dynamique, ces tensions limitent la capacité des acteurs à accéder à ces ressources.

L'Arctique comme nouvelle mer de Chine méridionale...

La nouvelle frontière américaine et chinoise

Le 6 mai 2019, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo s'est adressé en Finlande aux participants du Conseil de l'Arctique, l'organisme international regroupant toutes les nations de la région arctique. Lors de son discours, il a déclaré que :

"L'Arctique est à la pointe de l'opportunité et de l'abondance, ... Il abrite 13 % du pétrole non découvert dans le monde, 30 % du gaz non découvert, une abondance d'uranium, de minéraux de terres rares, d'or, de diamants et des millions de kilomètres carrés de ressources inexploitées, La réduction constante de la glace de mer ouvre de nouveaux passages et de nouvelles possibilités de commerce, ... Cela pourrait réduire de 20 jours le temps nécessaire pour voyager entre l'Asie et l'Occident ... Les voies maritimes arctiques pourraient devenir les canaux de Suez et de Panama du 21e siècle".

Cependant, Mike Pompeo a également ajouté :

"Voulons-nous que l'océan Arctique se transforme en une nouvelle mer de Chine méridionale, marquée par la militarisation et des revendications territoriales concurrentes ? " (Mike Pompeo de Jennifer Anslen, "Pompeo : La fonte des glaces de mer "offre de nouvelles opportunités commerciales”, CNNLe 7 mai 2019.

Cette déclaration géopolitique et stratégique dévoile la manière dont les plus hautes autorités fédérales américaines sont particulièrement conscientes de la nouvelle réalité géopolitique : avec le soutien de la Russie, la Chine devient une puissance arctique. Il se trouve qu'un nombre croissant de convois de marchandises chinois empruntent la nouvelle route maritime russe du Nord.

Cette route maritime relie le détroit de Béring à la mer de Norvège, ainsi qu'au Pacifique, à l'océan Arctique et à l'Atlantique. Ainsi, l'utilisation de la route maritime du Nord permet à la flotte marchande chinoise d'atteindre les ports commerciaux de Scandinavie, d'Europe du Nord et de l'Atlantique Nord, y compris l'Islande (Jean-Michel Valantin, "La Chine arctique (1) - Le dragon et les Vikings”, The Red Team Analysis Society26 mai 2014).

La présence chinoise dans l'Arctique est également scientifique. Un nombre croissant d'expéditions chinoises cartographient les fonds marins afin d'identifier les ressources en pétrole et en gaz. Dans le même temps, d'autres étudient les conséquences du changement climatique sur l'environnement arctique.

Ces missions scientifiques visent à identifier de nouvelles voies maritimes et ressources biologiques potentielles (Thomas Nilsen, "La Chine cherche à jouer un rôle plus actif dans l'Arctique”, L'Observateur indépendant de Barentsle 11 mai 2019). Dans la même dynamique, les grandes entreprises énergétiques chinoises investissent dans les opérations pétrolières et gazières russes. Elles développent également leurs propres opérations off-shore dans la zone économique exclusive russe.

Vers un Arctique chinois et américain "mer de Chine méridionale" ?

En d'autres termes, l'Arctique russe voit se déployer le même type de développements commerciaux, de pêche et énergétiques que ceux qui ont lieu dans la mer de Chine méridionale. Cependant, la comparaison que fait Mike Pompeo est également de nature géopolitique. En effet, la mer de Chine méridionale est un théâtre historique de rivalités entre la Chine et d'autres États riverains, ainsi que, de manière connexe, entre la Chine et les États-Unis (Jean-Michel Valantin, "Militarisation de la nouvelle route de la soie chinoise - Partie 1 - La mer de Chine méridionale”, The Red Team Analysis Societyle 13 mars 2017).

Ainsi, lorsque Mike Pompeo prononce de tels avertissements, il laisse également entendre que la présence américaine dans l'Arctique va également s'intensifier. Et qu'ils vont devenir un concurrent actif de la Chine dans la région arctique.

Ces tensions croissantes entre les États-Unis, la Russie et la Chine dans un Arctique en réchauffement révèlent également une tendance plus profonde : la transformation de l'Arctique en réchauffement en un théâtre de compétitions et de conflits à plusieurs échelles. Ces derniers sont dus à la concurrence entre les grandes puissances pour l'accès et le contrôle des ressources vitales. Ensuite, la compétition a créé des tensions entre les acteurs régionaux. Pourtant, la mer de Chine méridionale n'est pas la seule analogie pour ce genre de politique internationale.

... Ou en tant que nouveau Moyen-Orient ?

En fait, on y trouve aussi les moteurs mêmes de la géopolitique et des dynamiques que l'on peut observer au Moyen-Orient ( Andrew J. Bacevich, La guerre de l'Amérique pour le grand Moyen-Orient, 2017).

Une "moyen-orientalisation" de l'Arctique ?

L'une des caractéristiques de la géopolitique du Moyen-Orient est la façon dont elle a hérité des tensions régionales. La politique internationale y est également enracinée dans une histoire multimillénaire et dans des conditions géographiques, hydriques et climatiques difficiles. Ce contexte géo-historique répond aux tensions internationales récentes centrées sur le pétrole et le gaz. Ce croisement des tensions civilisationnelles et énergétiques impose des changements politiques et militaires en cascade. En outre, cela se produit dans une région qui connaît des changements sociaux et écologiques très rapides (Fred Pearce, "Guerres de l'eau au Moyen-Orient : en Irak, une bataille pour le contrôle de l'eau”,Yale 360°, 25 août 2014).

Il est intéressant de noter que, actuellement, le réchauffement de l'Arctique devient une imbrication de différents niveaux géopolitiques. De ce point de vue, on pourrait dire que la Norvège est en train de vivre un processus de "moyen-orientalisation". C'est un petit pays, indépendant, tout en étant un important producteur de pétrole. C'est aussi un voisin terrestre et maritime immédiat de la Russie.

La Norvège est également membre de l'OTAN, et les ports norvégiens sont les ports des nombreux navires scientifiques et commerciaux chinois. Elle est également un candidat actif pour accueillir l'extrémité nord-européenne du câble intercontinental à fibres optiques prévu par la Chine. Ce câble pourrait s'étendre depuis la Chine et être posé le long de la côte sibérienne jusqu'en Norvège. Là, la Norvège raccorderait ce câble aux réseaux européens de fibres optiques.

Ce projet est réalisable en raison du réchauffement de l'Arctique et de la diminution accélérée de la couverture de glace en été et en hiver (Maija Mylella, Finlande arctique "Les câbles de données sont les nouvelles routes commerciales, la Finlande veut une autoroute des données vers l'Asie via les eaux arctiques”, L'Observateur indépendant de Barents15 juin 2017 et Thomas Nilsen, "Une étape importante vers une liaison câblée arctique euro-asiatique", L'Observateur indépendant de Barents6 juin 2019).

Une guerre froide qui se réchauffe ?

Cependant, en octobre 2018, la Norvège a accueilli le plus important exercice naval de l'OTAN depuis la fin de la guerre froide en 1990. Cet exercice était destiné à dissuader l'"adversaire non identifié", c'est-à-dire la Russie. Il a également permis le déploiement d'énormes capacités aériennes et maritimes à la porte d'entrée de la route maritime de l'Atlantique Nord. Ces déploiements militaires sont un avertissement envoyé à la Russie et à la Chine ( Jean-Michel Valantin, "Militariser le réchauffement de l'Arctique - La voie vers le(s) néo-mercantilisme(s)“, The Red Team Analysis Societyle 12 novembre 2018).

Comme on peut le voir, la Norvège est un "centre d'imbrications d'échelles géopolitiques". Elle est aussi complexe que n'importe quel pays du Moyen-Orient. En attendant, le changement climatique favorise l'accès aux énormes ressources énergétiques et biologiques de la zone. En attendant, la route maritime du Nord devient une solution alternative au canal de Suez.

L'Arctique entre dans le monde Covid19

Les comparaisons entre la "mer de Chine méridionale" et le "Moyen-Orient" nous aident à comprendre comment le réchauffement de l'Arctique évolue rapidement. Ce dernier devient un pôle d'attraction pour les compétitions locales, régionales, internationales et mondiales en matière de géopolitique et de ressources. Cette nouvelle réalité est de plus en plus évidente et prégnante depuis mars 2020. En effet, la nouvelle géopolitique arctique devient aussi un puissant vecteur de la pandémie de Covid-19 (Hélène Lavoix, "L'émergence d'un ordre Covidien international”, The Red Team Analysis Society15 juin 2020).

LeRègles "Covid World

Cette géopolitique s'incline néanmoins devant la situation géopolitique dominatrice qu'Hélène Lavoix qualifie de "monde Covid". En d'autres termes, de nos jours, la pandémie de Covid-19 devient la principale et la plus puissante force géopolitique du monde. Cela peut se vérifier par les bouleversements géo-économiques mondiaux et gigantesques qu'elle entraîne dans son sillage. En raison de ses effets en cascade, le Covid-19 conduit l'économie mondiale vers la mère de toutes les dépressions.

En effet, la pandémie touche tous les pays arctiques, ainsi que les secteurs stratégiques de l'énergie et de l'armée. En outre, le "Covid World" absorbe également l'Arctique par l'infection éventuelle de différentes unités militaires.

Par exemple, la région de Mourmansk est gravement touchée par le virus. C'est particulièrement important, car Mourmansk est le plus important port civil russe sur la côte arctique.

L'oblast de Mourmansk est également le quartier général de la flotte russe du Nord. Cette dernière joue un rôle croissant dans la sécurisation de l'immense zone économique exclusive. Elle accueille également le gigantesque chantier de Novatek, la deuxième compagnie pétrolière et gazière russe. Ces constructions soutiennent le développement de l'énorme gaz naturel liquide de la péninsule de Yamal, ainsi que d'autres projets.

Entre-temps, par exemple, en juin, l'oblast de Mourmansk a subi un plus grand nombre de contaminations que la Norvège voisine. Cela a ralenti et perturbé le fonctionnement des industries civiles, avec plus de 2000 travailleurs infectés sur le site Novatek de Belokamenka, ainsi que sur ceux de la flotte du Nord (Atle Staalesen, "Après l'infection de plus de 2000 travailleurs, la situation est sous contrôle sur le chantier de Belokamenka”, L'observateur indépendant de BarentsLe 16 juin 2020 et "Le City hat construit les sous-marins nucléaires russes a plus de 2000 cas Covid-19”, L'Observateur indépendant de Barents23 juin 2020). 

Ainsi, la pandémie perturbe le rythme des plans de développement civils et militaires de l'Arctique en réchauffement. 

Perturbation des covariables

Cette situation n'est pas anodine. Novatek est un des principaux développeurs des opérations Yamal I et II. Celles-ci attirent des investissements étrangers massifs, de Chine, d'Inde et du Japon, entre autres. Ces développements sont profondément dépendants du réchauffement de la région qui permet l'accès à de nouvelles ressources. Ces opérations d'extraction présentent un grand intérêt pour les nations asiatiques. Elles travaillent à la diversification de leur secteur énergétique, afin d'utiliser moins de charbon, tout en soutenant leur développement économique.

Ainsi, les délais que le virus impose à ces opérations sont une contrainte potentielle pour le développement économique de l'Asie. Réciproquement, cela dévoile comment l'Asie se lie au développement de l'Arctique russe qui se réchauffe. Elle révèle également la manière dont ces stratégies géo-économiques massives sur une planète en réchauffement sont actuellement absorbées par le "Covid World".

Nous devons donc maintenant examiner la manière dont ces acteurs publics et privés s'adaptent à la fois au changement climatique et au "monde de Covid"".


Image en vedette : Design by Jean-Dominique Lavoix-Carli pour le Red Team Analysis Society


Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et sécurité de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR